« O� Richard d’York s’explique... | Accueil | Une société morale. »

Si nos ancêtres avaient su.

Ah ! si Cro-Magnon revenait ! i’ pourrait plus s’asseoir sur les talons pour contempler son chose, sans faire embarquer sa grosse nature au gnouf pour indécence.
Pourtant, à l’odeur du purin, c’est partout la partouze. Rien qu’à pousser le bouton de la télé, on a les germes des présentateurs qui papillonnent dans les rayons des spots. On peut pas faire un pas sans tomber sur une prétentieuse à la gloire qui commence par montrer son cul avant d’en pousser une.
Il est pas sorti de la caverne familiale pour la gloire, Cro-Magnon. Saisit par le doute, dessous sa peau d’ours, a pas intérêt à la sortir devant ces dames, pourtant si friandes, si consommatrices. Se trouverait vite fait au photomaton de la brigade des murs.
Sa saine grossièreté naturelle résisterait pas une seconde à la vulgarité agressive. Pour le streep-tease, tout est dans la manière, la façon de présenter les choses aux abrutis de la convention sociale. Si chez Schumacher on déshabillait le bestiau devant la clientèle, personne voudrait plus le faux-filet. Il aurait belle mine Cro-Magnon, le morceau que c’est dans le paf de RTL-RTBf, si l’on considère l’enculage de mouche que c’est de dire les choses. On le voit pas bien sortir son engin du holster façon tannerie Altamira, se précipiter sur Simone ou Fabienne et se mettre en position de les tirer. Certes, ça augmenterait l’audience, ça se discute même pas ; mais, y aurait qu’une émission, désastre pour un lieu propice au feuilleton, au prolongement, à l’usage immodéré du remake, même que pour Bourvil et de Funès, on les compte plus.
Tous les branchés de la turlute d’après minuit sur le câble en reviendrait pas. Brutes, certes, mais en bas de soie, tout en prévenance, mise en garde, moins de douze, seize, dix-huit, soixante-neuf ans, qu’on reste entre salopards bien prévenus, suffisamment au courant qu’on peut se faire pisser sur la gueule, se faire reluire en mickey par une assistante sociale du coup par coup, ou se taper des rassis sur les nichons de la Carembeu à 3 millions de pixels, sans en tirer aucune gloire.
Il s’étonnerait bien Cro-Magnon des manières de nos contemporains, de la façon qu’on mange, des chichis qu’on fait pour déféquer. Il s’étonnerait bien davantage de la façon dont on fait l’amour. Les si parfaites inventions, les combinaisons saphiques, les mirobolants travestis, les drôles de jaquettes que c’est de faire la passe par le tromblon, lui qu’est resté bien plus propre dans sa préhistoire natale, plus fleur bleue, qu’à côté les singes du zoo d’Anvers, c’est des pervers. Ah ! mais on le voit traîné devant tous les tribunaux, l’ancêtre ! Marquer son territoire, renifler la femelle, cela se fait plus de nos jours, dans la rue quand le jour n’est pas tombé.
Une époque encore acceptable ? Mettons le XV siècle. Du temps de la guerre des deux Roses, pas celle de Mitterrand contre celle de Roccard, non, les York et les Lancastre l’homme était moins jugé par son prochain, nagé à poil hommes et femmes dans la rivière était permis. Les gens n’avaient pas appris qu’il faut se conformer plutôt que sentir Alors qu’aujourd’hui on fait dans la demi teinte, la branlette d’intello pour convaincre des bienfaits de la démocratie, le pouvoir, quoique violent, se foutait de ce qu’on pense. Chacun allait à la défense de son pré carré. Comme Cro-Magnon, le plus des moyen-âgeux aurait l’air aujourd’hui d’un débile léger. Mais tout bêtes qu’ils étaient, seul le présent comptait. Il était inutile de leur seriner que demain avec plus de socialisme ou plus de capitalisme tout va s’arranger. Avec Cro-Magnon, ils voyaient pas si mal que ça sous Richard III !
Comment qu’il atterrirait au flagrant délit, Cro-Magnon en 2003 !
Vous suivez pas la mode ? Vous lisez pas les journaux ? L’évolution, vous vous en foutez ! Mais Monsieur, allez vous rhabiller, voyons couvrez-vous, dirait la Loi qu’a passé tout le week-end un doigt dans le cul. C’est une honte diraient les Gaspard d’égout aux mâchicoulis de l’information, alors qu’ils ferment les yeux tous les jours sur des trois pièces cravates qui font bien pires, c’est une honte de voir ce mec surgit d’on ne sait o se conduire comme une bête. Même GAIA leur donnerait raison et que Cro-Magnon est pire que le toucheur de buf qui corrige son veau avec la vigueur de sa propre connerie, qui est considérable.
Rejeté de tous, grand-papa n’aurait plus qu’à plonger dans le premier trou venu, disparaître par o il est sorti, sans femelle, sans avenir en se tracassant le cassis pour savoir de quelle planète sont ces gens qu’il ne reconnaît pas comme étant ses enfants.
Heureusement que ce que je dis-là ne sont que des conneries.
C’est même pas sûr qu’on est de la lignée Homo, devenu sapiens à force de se torcher sur la nature, d’exterminer ou d’asservir toute la création, y compris nos semblables, de prendre des manières, d’inventer des vices, de faire découvrir à nos psy des abysses de pourriture, sur le qui-vive q’on est en espoir d’enculage perpétuel, de donner à d’étranges papiers qui vont des uns aux autres, une importance qu’ils n’auraient jamais dû acquérir, d’avoir conservé l’esclavage antique transformé en travail obligatoire, de réussir à pourrir la vie de tout le monde en choisissant des maîtres caractériels
C’est même pas sûr

Poster un commentaire