« Fr Elise | Accueil | La fin des idéologies »

Belgique : une future république bananière ?

golf 4.jpg

On est bien parti pour les 200.000 emplois, sauf qu’au lieu d’être supplémentaires, ce sera en tout !
Ils sont marrants les petits génies de la politique de l’emploi.
Ils veulent en finir avec les prépensions, parlent de travailler plus, sur le temps que les patrons bradent les personnels âgés et que, continue d’être actuelle, une notion de jeunisme dans les entreprises dynamiques .
Maria Arena n’est pas la seule à rêver tout haut.

golfeur 1.JPG

Une politique du chômage plus musclée voudrait remettre sur le marché du travail une flopée de chômeurs alors que l’emploi est tragiquement déficitaire !
On joue à la chaise musicale avec les sans travail.
On leur dit cherche et sur le temps qu’ils peinent à se vendre, l’Administration retire en douce la chaise sur laquelle ils étaient assis.

golfe1.JPG

Ceux qui s’épanouissent dans les prépensions ou dans les indemnités de remplacement sont particulièrement mal vus des patrons et de l’Administration.
O est le discours du dépressif qui pleure parce qu’on lui a retiré son boulot ?
Si au départ chacun avait une indemnité lui permettant de vivre décemment, les patrons devraient renoncer à faire chier le monde sous peine d’aller au boulot, tous seuls.
Il faudrait alors des nouvelles formules : cesser d’être aux culs des productifs, arrêter la pression d’ergonomes qui n’ont jamais vraiment bossé sur une chaîne de montage.
Bref, une culture des doigts de pieds en éventail pour tout le monde.
On a vécu des temps pré-socialistes, jadis, quand existait un parti du même nom entre 1945 et 1955 quand les forces vices craignaient qu’à trop malmener les travailleurs, ils s’affilient au parti communiste.
Ces temps de la sainte frousse capitaliste sont révolus.

golf 13.JPG

Ce sont des pays communistes comme la Chine qui prennent le pain de la bouche de nos travailleurs, en toute solidarité prolétarienne.
La base chez nous sait tout cela.
Elle n’a pas les dirigeants qu’elles méritent.

golfe 15.JPG

Parmi les jeunes, il en est beaucoup qui ne veulent plus attendre d’être vieux pour jouir de la vie.
Ils sont comme le mec de 39 qui tapait le poing sur la table du troquet en gueulant Nom de dieu, qu’est-ce que c’est pour une vie de merde ! A nous les gonzesses, les planques au soleil, la belle vie.
Certes l’ouvrier de 39 était fin saoul. Mais il voyait clair.
C’est la guerre qui lui a rabattu son caquet.
On ne le dira jamais assez, les guerres en ont sauvé des mises risquées côté pognon !

golf 16.JPG

Poster un commentaire