« Non, Johnny tu n’es pas vieux comme tous les vieux de ton âge. | Accueil | Bagdad café : l’addition ! »

Quéle afaîre à Lîdge !

Commencée par une tragédie, l’affaire de l’assassinat d’André Cools prend des allures de vaudeville.
C’est tout Liège, cette façon de cheminer allègrement sous des tonnes de procédure.
Ce ne serait rien moins qu’une rigolade de plus, s’il n’y avait eu mort d’homme.
A peine la première semaine écoulée, le rideau retombe. La moitié des détenus à la mutuelle et le restant en fuite ! Puis voici les avocats qui se sentent outragés par les propos du président Godin ! On attend de voir la semaine prochaine pour le deuxième acte.
Le conseil de Richard Taxquet, Maître Julien Pierre, a déposé une requête en récusation contre le président de la Cour d’Assises Henri-Paul Godin. Il se base sur des propos qui ont été tenus lors de l’audience d’hier par le juge. Julien Pierre lui reproche son manque d’impartialité. Il souligne que le président a mis en doute la maladie de certains accusés. La requête a été déposée ce matin au greffe de la cour d’appel. Le greffe dispose de 24 heures pour la notifier au président Godin, qui disposera alors d’un délai de 48 heures pour décider s’il se retire ou non du dossier. Pendant ce temps, il devra suspendre les débats.
Voilà dans toute sa sécheresse la situation reproduite depuis Teledis sur le Net.
Ainsi après 12 ans d’instruction et la volonté du juge Godin d’en finir en deux mois, avatar du jour : les avocats se disent outragés par les propos du Président de la Cour !
Certes, le président Godin reconnaît et il regrette ses expressions un peu vives qui sont la marque d’un énervement inadéquat.
Mais les excuses ne sont pas suffisantes pour des gens dont l’honneur ne se lave qu’à grande eau ! Qu’est-ce que vous croyez ?
Sur une semaine de débats, on a déjà pris 15 jours de retard ! Alors que les aller et retour entre le procès et la Cassation n’ont pas fini leur ronde.
En dernière minute la cour de cassation a tranché et le président Godin est récusé. Pour son dernier procès avant la retraite, cela doit lui faire un coup. Il est vrai aussi que ce Magistrat à l’ancienne s’est trompé d’époque. On n’est plus du temps o le ton paternaliste et caustique était accepté par les avocats des parties comme faisant partie du jeu.
Est-ce un bien, un mal ? Son remplaçant passe pour avoir du tempérament et une grande intelligence.

laurel.jpg

Le public n’y comprend plus rien et les jurés doivent se demander ce qu’ils font là.
Bien sûr, tout le monde savait que les accusés qui ne sont pas des enfants de chur, sortiraient toutes les petites ficelles du métier pour instaurer le doute et la confusion dans l’esprit des jurés, mais que les avocats d’Assises se prêtent à leur jeu, démontre qu’aujourd’hui la médiatisation de la défense n’est pas une bonne chose, dans la mesure o certains avocats se font de la pub sur le dos de la Justice et coûtent de l’argent aux contribuables.
Alors, se déroulera-t-il enfin, ce procès ?
N’avons-nous pas là un avant-goût de ce qui nous attend à l’affaire Dutroux davantage médiatisée encore ?
La procédure en Belgique est certes conçue pour donner toutes les chances à l’accusé d’un procès juste et équitable ; mais, le législateur avait-il prévu les possibilités qu’ont les avocats d’intervenir au moindre propos ?
On sait déjà le déséquilibre entre les accusés et les victimes et comme ces dernières sont les mal aimées du Code. On étudie au Ministère des aménagements de la procédure en leur faveur. Ne faudrait-il pas revoir aussi les recours de suspicion à l’encontre des juges, non pas en limitant leurs portées, mais en sanctionnant ceux qui en abuseraient et dans la mesure o les recours seraient non fondés et rejetés ?
Le bâtonnier à quoi sert-il au juste ?
De même, dans cette affaire, n’aurait-on pas pu laisser les prévenus en liberté puisqu’ils y avaient été mis sur décision de justice depuis plus de dix ans pour certains ? On rétorquera le Code le Code. On trouve toujours le moyen de passer outre.
Ceux qui l’auraient voulu pouvaient jouer les filles de l’air bien avant l’ouverture du procès, comme ne s’en sont pas fait prier les absents qui se sont évaporés du côté de la Sicile !
L’incapacité de la Justice de mener sereinement et rondement une affaire importante n’échappe à personne.
Il faudra se résigner à vivre encore des péripéties du genre. Le cirque n’est pas près de plier ses toiles et dresser son chapiteau à Arlon pour un autre triomphe.
Certains chroniqueurs qui n’aiment pas l’ironie et s’attachent aux faits auront bien difficile à garder leur sérieux !
Pour eux l’affaire Cools doit être un sacré calvaire.
Alors, si tout le monde prenait parti d’en rire ?
Liège, la Marseille du Nord ?
Ah ! Maître Pierre, tu me fends le cur

Poster un commentaire