« octobre 2017 | Accueil

18 novembre 2017

La soupe refroidit.

On assiste en France à un phénomène qu’on pourrait appeler de reflux, celui du désintérêt de la foule aux manifestations contre les ordonnances Macron.
Est-ce à dire qu’une large majorité aurait été convaincue par le bienfondé des mesures du nouveau président de la république ?
On en est très loin.
C’est une période en forme de sas de décompression que l’approche des fêtes de fin d’année allongera jusqu’en janvier 2018.
La quatrième journée de mobilisation depuis la rentrée pour dénoncer les ordonnances est-elle la manifestation de trop ? Celle dont on savait à l’avance qu’elle se solderait par un échec ?
La détermination du gouvernement, de passer aux réformes suivantes, sans autres formes de procès que les rares entrevues entre les syndicats et le gouvernement Philippe, est-elle significative de la baisse de régime des oppositions ? Peut-on parler de concertations ? Des questions qui attendent des réponses, si la gauche française a pour objectif de se ressaisir.
L’imprévisibilité des foules a fasciné des générations de philosophes et de politiciens, ce n’est pas le moment de passer à côté des réponses.
De grands découragements succèdent à des révoltes souvent brèves, tant elles ressemblent à des crises de nerf, mais il ne faut pas s’y fier. La situation politique étant inchangée entre l’une ou l’autre saute d’humeur, l’activité revendicative qui retombe soudain, reste un grand mystère.
On imagine mal les travailleurs réconciliés avec le pouvoir libéral, admettre des modifications de salaire, d’horaire, du nombre d’années d’accès à la pension, dans le cadre d’une nouvelle législation du travail.
Je pencherais vers un découragement de la gauche suite à l’ascendant d’un pouvoir de conviction résolument pour Macron, rendant vains les efforts de faire entendre sa voix.
La foi soulève des montagnes, la raison ne soulève que des contradictions à la foi. Elle met rarement l’accent sur les sottises d’y croire.
Il faudrait donc que la gauche attende des vents plus favorables, une usure du pouvoir, des bévues manifestes du gouvernement et surtout les premiers avatars de cette régression du monde du travail, sur les salaires et le pouvoir d’achat des plus visés par les mesures.
Le centre, ceux que le pouvoir crédite de raisonnables, prennent-ils un nouveau départ ?

1fjarrtn1j.jpg

Le Centre n’a jamais produit en France une forte majorité capable seule de former un gouvernement. Le seul président centriste fut Giscard d’Estaing. Cependant, toutes les forces politiques en France convergent vers le centre, pour tenter d’obtenir un plus large consensus.
Or, l’opposition de droite de Laurent Wauquiez et de gauche de Mélenchon ne le sont pas. Ce qui laisse à Macron un boulevard pour ses LREM.
Par le passé, toutes les tentatives de cet ordre ont échoué. De Séguin à Borloo, en passant par le MODEM de François Beyrou, les succès passagers se révélèrent être des échecs dès que grossissait le centrisme autour des personnalités. Ils ne savent qu’en faire !
Le contraste avec l’électorat belge saute aux yeux. Tous les gouvernements sont ou vont au centre. Le PS de Di Rupo l’a appris un peu tard et à ses dépens.
Est-ce qu’intuitivement la foule française attend le temps de la déconvenue, avant de repartir avec pancartes et slogans vengeurs, dans la rue ?
En attendant, les politiciens de gauche espèrent un regain de l’activité dans la rue, pour exister. Pour eux, s’effacer en attendant que les événements leur donnent raison, signifie la mort politique.
"Il n'y a que ceux qui ne font rien qui sont sûrs de perdre", a expliqué cette semaine Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. Il parlait évidemment d’or. Ce constat résume également la donne pour les appareils de partis.
Même ceux qui sont farouchement opposés au système sont condamnés à l’optimisme, c’est-à-dire à utiliser la propagande honnie du marketing capitaliste. En attendant que la roue tourne et que le succès revienne, la fuite en avant, en se racontant des blagues sur sa bonne forme, est de rigueur.

17 novembre 2017

Les MR place Vendôme.

C’est la sortie de Dupont-Moretti à la réplique de Bernard-Henry Lévi sur sa manière de plaider dans le procès d'Abdelkader Merah, qui m’a fait penser au rapprochement entre BHL et notre élégant ministre des affaires étrangères.
Avec le philosophe de salon, notre Machiavel porte des chemises « Charvet », à 400 € pièce !
Il me semblait que la coupe du col de chemise chez Reynders était caractéristique de la maison Charvet, de la place Vendôme.
Évidemment, les chemises de Bernard-Henry, toujours col ouvert, ne définissent pas l’authenticité par la coupe du col puisqu’on ne voit par la large échancrure offerte à tous les vents, que la poitrine naissante du beau George Bryan Brummel français.
Qu’on ne se méprenne pas. Faire une chronique sur les chemises de Reynders n’a rien d’anodin. D’abord, nul ne conteste le fini et la douceur des étoffes, le travail des couturières et l’agréable du sur mesure.
Le luxe, enfin, est bel et bien supérieur à la confection de série, pour la tenue du vêtement et le confort de l’endosser, comme étant le vêtement qui le distingue des autres vêtures. Ce qui justement fait partie du droit pour tous de s’y envelopper, voire de se vautrer dans la soie d’autres accessoires du bien vivre, comme des draps de soie du sachant bien dormir.
C’est la raison pour laquelle, je revendique le luxe pour tous. Puisqu’il s’avère que la qualité est rarement compatible avec le nombre, au moins pour ceux qui le méritent et non pas pour ceux qui ont les moyens de se l’offrir.
La question est donc de savoir si, dans une société plus juste, Didier Reynders aurait le droit de porter une chemise de 400 € ?
Parce que dans celle-ci, s’il le peut, c’est uniquement parce qu’on prélève sur mon travail beaucoup trop, ce qui permet à Monsieur Reynders des élégances à nulle autre pareille, attendu qu’à ma connaissance, cela fait très longtemps qu’il est au service du peuple et que le bénéfice qu’il en retire est le seul argent frais qu’il aura gagné de toute sa vie. Encore s’il était un surdoué, sorte de phénomène dont on paierait l’exceptionnelle registre de compétences ! Hélas ! ni plus ni moins qu’un autre collègue plus modestement vêtu.

1lkjhgfdsq2.jpg

Vous allez vous récrier « oh ! le gros jaloux. ». Ce serait injuste, attendu que j’applaudirais des deux mains qu’on sape façon « chic parisien » des héros de tous les jours et qui ne le savent pas, des femmes méprisées dans des professions de survie, alors qu’elles sont sublimes dans leur lutte au quotidien, des victimes des accidents du travail, qui meurent sans bruit dans les hôpitaux, faute de pouvoir prouver que l’appât du gain fait parfois de certains patrons, des meurtriers. Il y en a ainsi des listes plus longues que celle du bottin mondain et autrement plus représentatives pour des millions de gens.
Quoi, détournement des valeurs ?
Réajustement logique d’une aspiration à une meilleure société, plutôt !
Il y a aussi une autre logique à bomber le torse dans des chemises à 400 €, mais elle est spécifique au Mouvement Réformateur, théorie d’ailleurs produite plusieurs fois par Louis Michel, avec toute la naïveté du condottiere qui a réussi, trop fier et imbu de sa personne pour se rendre compte de ce qu’il dit !
Elle tient dans l’apparence. Comment faire croire à la réussite sociale selon laquelle « tout libéral pourrait prétendre », si vous vous présentez mal habillé aux suffrages d’une population qui aspire à la réussite et à l’aisance ?
Voyez De Decker, sauf pour son procès où il aurait intérêt d’arborer une mise « Prizu », toujours impeccable, il est en concours permanent à Uccle, avec Didier Reynders, son dauphin en politique et en fringues !
Et de quoi parlent-ils ? De politique, de la Belgique dans le monde, de l’Europe de l’économie, des pauvres de la Commune, d’un fonds Chodiev ? Que nenni, mais des costumes Arnys, des chemises Charvet et des chaussures Corthay.
Ne consultez pas votre Smartphone, vous ne parviendriez pas à toucher la porte d’entrée de ces temples de la qualité et du goût.
Voilà pourquoi, il y a de cela peu de Temps, Louis Michel a de nouveau pris tout le monde à contrepied sur la question de son salaire. Il estime ne pas gagner suffisamment !
Dame, ne se vêt pas n’importe qui, place Vendôme. Loulou a des réticences pour la confection. Reste le sur mesure.
Peu importe l’indigence qui gagne du terrain, il veut que nous contribuions à sa réussite personnelle.
C’est qu’il voudrait nous rendre responsable de la vastitude de ses pantalons pour lesquels la grand’ voile d’un trimaran serait insuffisante.
A-t-il publiquement émis cette demande en voyant les chemises Charvet du ministre de son fils ? A-t-il un hallux valgus pour sonner chez Corthay, faute de supporter des Batta ? est-il tenté par la coupe fuseau d’Arnys ? Ou bien a-t-il secrètement rêvé d’agrandir son foncier ?
On n’en sait rien.
Vraiment, la chemise à 400 € de Didier Reynders ouvre des horizons insoupçonnés.

16 novembre 2017

Arrêt sur image en République.

Il se passe quelque chose d’étrange en France dans l’ensemble des partis et des rapports entre « La République en marche » et le pouvoir incarné par Macron, son chef.
D’abord les partis.
Le séisme provoqué par Les Républicains (droite) qui ont perdu avec leur candidat Fillon, les élections à la présidence de la République qu’ils ne pouvaient pas perdre, est loin d’être terminé. Laurent Wauquiez ne fait pas l’unanimité des têtes de gondole, mieux, il divise plus qu’il unit. Sa candidature à la présidence du parti est assurée comme certaine aux élections internes en décembre. Le degré de participation des LR en règle de cotisation reste une inconnue. Une partie et non la moindre de cette formation politique s’est déjà positionnée en faveur de Macron. Ce qu'il reste de cette droite craint la réaction en décembre d’Alain Jupé et de Valérie Pécresse devant un Wauquiez clivant et frisant des prises de position trop extrêmes pour eux.
Wauquiez a eu jusque là un parcours en dents de scie, voulant rassurer tout le monde et ne convainquant personne, sauf du côté de la droite nationaliste et intégriste. Il semble vouloir jouer la séduction d’une partie des membres du Front National, déçue depuis la prestation de Marine Le Pen à l’entre deux tours des élections contre Macron où elle s’était montrée définitivement inapte à occuper l’emploi.
La gauche est aussi au plus mal, avec un PS en voie d’extinction, quoique les partis ne meurent jamais, celui-ci est entré en léthargie. Valls est passé chez Macron, Hamon veut créer un parti en dissidence avec le PS et les irréductibles hollandais sont devenus des fantômes qui ne hanteront plus bientôt les couloirs du siège du parti de la rue de Solferino, mis en vente.
La France Insoumise de Mélenchon n’est pas au mieux de sa forme non plus. Son chef, Mélenchon n’a-t-il pas reconnu qu’il avait perdu la première manche contre Macron, devant l’essoufflement des manifestations de rue et le peu d’enthousiasme des syndicats et du parti communiste, de se concerter pour la manifestation de fin novembre ?
Toute proportion gardée et avec l’humilité qu’il convient dans une comparaison hasardeuse, il est un peu comme « Richard III », avec l’impression de prêcher dans le désert. Peut-être bien parce qu’il s’agit d’un prêche et que les gens ne supportent plus qu’on leur dise de façon obsessionnelle que le capitalisme conduit à l’abîme, ce que croient pourtant profondément Mélenchon et plus modestement votre serviteur.

1aabcd2ab.jpg

Dans ces conditions que faire ?
Honnêtement, persister dans ce que l’on croit et ne pas mettre de l’eau dans son gros rouge, quitte à déplaire à la mode et au temps présent.
Oui, mais la démocratie, pas celle dont on rêve, mais celle que l’on vit, survit dans la statistique et la force du nombre. Il faut bien reconnaître qu’outre des médias surpayés pour soutenir la propagande d’un libéralisme orienté vers la mondialisation économique, l’opinion est très éloignée de croire aux désastres futurs de la dite économie.
Enfin, comptabiliser les erreurs des gouvernements et les glissements vers l’abîme des populations paupérisées n’a jamais enthousiasmé les foules, outre le noyau des partisans éclairés de la France Insoumise.
Marcher au coup de colère et à la brusque envie de tout casser suite à la réaction simplissime des gens, n’est pas une politique non plus.
Reste le parti au pouvoir – si on ose appeler ainsi « La République en Marche – qui est plutôt une association disparate en faveur d’un homme et de son programme, dont on juge à présent qu’il serait plutôt de droite que de gauche. En effet, cent marcheurs annoncent leur démission du parti présidentiel. Ils dénoncent l'absence d'un mécanisme de régulation au sein de LREM, ainsi que le manque de démocratie interne.
« La fronde gronde à La République en Marche avant le Congrès » titre « Challenges » de l’excellente journaliste Ghislaine Ottenheimer.
Que voilà une drôle d’Assemblée avec le parti majoritaire qui n’est pas là pour faire un travail parlementaire, c’est-à-dire poser des questions, proposer des lois, apporter des amendements, mais seulement voter pour approuver les yeux fermés les lois proposées par le premier ministre, dictées par le président Macron.
Un parti qui n‘en est pas un, avec pour conséquence des parlementaires qui n’ont aucun contact, ni aucun repère, enfin la plupart, avec la population qui les a élus, voilà bien une nouvelle manière de pratiquer la démocratie et le travail parlementaire !
Enfin, certains élus de cette formation ne s’en remettent toujours pas de la désignation par la présidence de la république de Christophe Castaner, candidat unique et imposé sans discussion à la tête de LREM ! La déception croissante d'une partie des macronistes est patente.
La France connaît une période d’incertitude. Aucun parti n’est assuré de rien, même pas celui de la majorité actuelle.
Au moins les français sont inquiets pour leur avenir, ce n’est pas comme en Belgique dont la placidité du Bleu-Blanc est légendaire.

15 novembre 2017

Libéralisme et méthode Coué.

La logique du système libéral devrait faire réfléchir les libéraux les plus acharnés.
Cette logique profite aux seuls détenteurs des capitaux, au détriment des autres libéraux.
Les délocalisations, les restructurations et les fusions d’entreprises ont un seul but, dégager le plus de cash possible afin de « récompenser » les bailleurs de fonds.
Des rationalisations aux progrès des techniques, sous prétexte de produire mieux et moins cher, se cache la finalité du capitalisme : réduire les coûts, c’est-à-dire les salaires.
Tant qu’en Inde, au Vietnam, dans la Chine des confins, les Balkans ou au Maghreb, il y aura une différence, parfois infime, avec les coûts salariaux des travailleurs de l’UE, l’industrie s’y établira pour bénéficier de la différence.
C’est irrémédiable et incontournable. Y aurait-il un seul patron respectueux de son personnel, qu’il ne pourrait rivaliser avec son concurrent moins scrupuleux.
Ajouter à cela une révolution technologique inédite, bouleversant l'économie, la santé, l'identité biologique et les relations affectives, nous avons ainsi la recette d’un cocktail explosif. En plus des implantations industrielles dans des pays à bas salaires, la révolution numérique et robotique est à l'œuvre. Elle accompagne la chute vertigineuse des emplois et constitue l'une des causes de l'extension des précarités et du chômage de masse.
Les conséquences de ce libéralisme « moderne » sont visibles.
Les salaires régressent partout en Europe – tout au moins des plus bas, aux moyens – les conditions de travail et l’âge de la pension s’en ressentent aussi.
Même la dette des pays n’est rien d’autre qu’une hésitation des responsables politiques, devant les conséquences logiques et froides annoncées, du capitalisme de misère.
Des esprits altruistes pourraient trouver que le néo-libéralisme est une solution mondiale pour combattre la précarité des populations des pays « en voie de développement ». Erreur profonde, l’infime salaire est concurrencé par plus infime encore. Les « sous-continents » ne profitent nulle part de cet accroissement de travail au niveau le plus bas.
Les statistiques sont formelles, la misère augmente partout dans le monde.
On se rappelle l’incendie d’une usine de confection de vêtements au Bangladesh qui fit plus de 500 mortes parmi les couturières, aux conditions de vie et d’hygiène épouvantables.
Ce fait-divers gît depuis dans les archives des journaux. Pendant quelques semaines, on a montré du doigt l’industrie du luxe qui faisait coudre ses sacs et ses vêtements par des femmes et parfois des enfants sous-payés. Y a-t-il eu une suite à cette exploitation esclavagiste ? Aucune !
Le visage du capitalisme, masqué dans les partis en Belgique et ailleurs, l’est avec la complicité des médias.
C’est en partie à cause des contradictions que soulèvent les aspirations à la démocratie et la dignité humaine, en opposition à l’ignominie d’un travail le plus souvent idiot et parcellisé sur des chaînes de montage, que dans l’enseignement aussi, on marche sur la tête.
Quel langage peut-on tenir à un adolescent intelligent à qui on offre un travail intérimaire, une servitude perpétuelle pour des tâches ne réclamant qu’obéissance et dextérité ?

1jarretn1h.jpg

Quel langage peut-on tenir à un intellectuel dont on n’utilise la réflexion profonde que pour accomplir des desseins médiocres ?
Pour un Einstein révélé, deux cents ne le seront jamais dans leur lutte pour survivre.
La politique qui pousse les jeunes à faire des études ne comble que de façons limitées les chanceux ou les pistonnés, après avoir assuré que pour réussir, des diplômes sont nécessaires. On a oublié de préciser « dans certaines spécialités ».
On a inventé des professions réglementées (médecins, notaires, pharmaciens, vétérinaires) qui contredisent le sacro-saint principe de la liberté d’entreprendre les études de son choix, à l’inverse de ce que déclare le monde libéral. Il fallait que subsistassent certains privilèges pour justifier ceux de la classe politique et admettre la logique de l’injustice du système.
Pour les autres, tous les étudiants qui sortent de l’école de la magistrature ne seront pas magistrat et tous les ingénieurs en aéronautique ne construiront pas des avions.
La société est saturée de diplômés qui ne peuvent pas vivre de leur savoir et qui, faute de mieux, dérogent à leur niveau et disputent à l’échelon d’en-dessous, le pain des autres.
La plupart des professions à moyenne connaissance sont prises par des universitaires, alors qu’elles pourraient l’être par des jeunes sortis des écoles secondaires, sans problème ! ... et avec la complicité des milieux gouvernementaux et universitaires !
Enfin, inutile de faire comprendre aux apprentis journalistes, aux archéologues et aux futurs philosophes, que leur seul débouché est la possibilité d’enseigner à leur tour.
Voilà le système dans lequel nous sommes. Voilà ce que vantent MM. Châtel, Michel, Reynders et compagnie, une démocratie libérale dont ils savent bien qu’elle ne mènera nulle part.

14 novembre 2017

Le fiasco de La Louvière. (suite)

La mascarade sans nom du Congrès MR à La Louvière, abondamment commentée dans le monde de l’info comme étant le point de départ des futures élections communales, n’a été qu’un congrès bidon, comme le MR en a toujours monté.
Le constat est affligeant. Voilà des champions du libre échange, des ligueurs farouches de l’économie de marché qui nuisent sans le savoir à leur cause, en suiveurs aveugles d’un système économique qui conduit tout le monde dans le mur.
Comment peut-on passer une journée à galvaniser une salle, sans réel bilan et un avenir bien pire ?
Le capitalisme est-il amendable ? Pas vraiment en écoutant le MR triompher de trois fois rien. La droite n’est pas capable de réformer quoi que ce soit. Plus on voit d’évidence ce qu’elle devrait faire, moins elle a envie de le faire, poussée par sa bêtise et sa seule cupidité.
De tous les cadors catalogués comme des valeurs sûres du Mouvement Réformateur, il n’y en a pas un à La Louvière à sortir du lot. Le pire est encore Louis Michel, qu’on n’entend plus guère aux amplificateurs d’estrade.
Les MR n’ont rien perdu. Il n’avait à la bouche que « libéralisme social, progrès du vivre ensemble, construction de l’Europe et de la Nation » et dans la pratique, il a toujours fait le contraire.
C’est avec lui et ses pareils qu’on n’a tiré aucune leçon de la crise de 2008.
À cause du MR et des partis libéraux rassemblés en meute à l’Europe, l'évasion fiscale appelée par les experts libéraux « optimisation fiscale » détruit lentement, mais sûrement, la démocratie en s’attaquant à ses principes.
À la Louvière, les chantres des petites entreprises n’ont pas dit un mot sur la concurrence déloyale. On aurait dit, au contraire, que celles qui payent honnêtement leurs impôts, étaient plutôt ringardisées par les ruffians du négoce qui font du black et les politiques qui se sont arrangés de ce que les citoyens leur offrent « pour rester honnêtes ».

1mguhuh2hu.jpg

Châtel s’est réfugié derrière ses potiquets pour oublier la pilule amère de l’augmentation de la dette publique que le gouvernement Michel impose pour compenser la volatilisation des impôts dus à l’optimisation fiscale, comme les coupes dans les services sociaux et la vente à prix cassés des biens de l’État et bientôt des services publics.
Pas question de parler du nouveau monstre financier qu’est devenue la Chine et de son emprise tentaculaire en Europe.
Rien sur le rôle ambigu que tient la Chine en Belgique, jusqu’au « show » bien orchestré du panda, aux manœuvres moins protectrices de la faune sur le port d’Anvers et l’aéroport de Liège. Dans la liste noire des « Paradise Papers » faudra-t-il un jour y faire figurer Pékin?
Dans le journal économique « Challenge » on apprend qu’ « En vertu des contraintes de l'Organisation Mondiale du Commerce et des traités pour abaisser tous les droits de douane, les produits chinois achetés par les consommateurs européens ne sont pas surtaxés. »
Cela n’a pas l’air de vraiment intéresser le MR !
Le boutiquier qui a écrasé une larme à La Louvière au moment où Châtel exaltait le travail de Charles Michel au gouvernement, était-il assez stupide pour croire ce que le président du MR lui susurrait d’une voix étranglée par l’émotion ?
Si ce parti poursuit son aveuglement, il finira par nommer le Chinois Xi Jinping président d’honneur du parti !
La Chine avec son fond souverain de 3000 milliards d'euros peut acheter l'Europe, la Belgique et ses partis politiques, MR compris, si ce n’est fait, pour ce dernier.
Déjà en 2010, Jean-Claude Junker, vantait le Luxembourg auprès des Chinois comme la "porte idéale d'entrée pour accéder au marché européen". Louis Michel était déjà tout assotté de l’Europe, en y percevant ses royalties. Personne ne l’a entendu se méfier de ce rapprochement, pourtant lui si prudent d’habitude, si résolu de lutter contre les extrémistes de son pays, c’était une occasion magnifique d’étendre cette méfiance là où il y avait un réel danger. Il aurait dû. En 2017, le Luxembourg est devenu la tête de pont des investissements chinois en Europe.
À force de croire que tous les trafics sont bons à la prospérité générale, d’ici dix ans le MR figurera parmi les fossoyeurs de l’Europe.
Il est déjà bien tard.
Il est vrai que dans une décennie, personne ne se souviendra du congrès MR de La Louvière. Les vedettes auront disparu dans la tourmente, mortes ou retirées après « fortune faite ». Seuls les petits artisans, les boutiquiers et les moyennes entreprises seront Grosjean.

13 novembre 2017

Chastel et les aspirateurs…

Le parti de MM. Kubla, De Decker, Michel père et fils, Reynders, du petit Chastel, Ducarme et on en passe, comme l’ineffable Gérard Deprez, en un mot le MR aux affaires délicates et aux affaires de l’État, a tenu un congrès à La Louvière en vue des élections locales d'octobre 2018.
Il paraît que le thème principal portait sur « la bonne gouvernance la grande priorité du parti ».
Le MR ne peut pas cacher ses ambitions, la vente forcée !
Ses plus éminents personnages sont des VRP (Voyageur Représentant Placier) nés. Ils ont ça dans le sang, au point d’acheter ou de vendre des idées. C’est ainsi que «…des formations extrémistes vendent des solutions simplistes, démagogiques et dangereuses" a lancé le président Olivier Chastel.
Ramenant tout au commerce, le MR imagine la gauche « extrême » vendant des slogans appelant à l’émeute, plus que les bottes de drapeaux rouges qu’ils sont censés envelopper !
Châtel a une drôle de conception de son rôle de président du MR, on le dirait encore sur le pas de la porte de son officine, faire la conversation, pour déjà vendre ses idées, avec sa voisine qui ouvre son magasin de chaussures.
Le petit pharmacien de Charleroi propose des « aspirations » comme des aspirateurs à faire des surfaces occupées par les siens, des lieux de « transparence de fonctionnement ».
Borsus en marchand de vin opulent et Reynders en prêteur sur gage qui a réussi, voilà qui va ravir la clientèle de l’artisanat et du négoce, sauf que le PS vient d’ouvrir un comptoir en face, pour séduire la même clientèle !
On est en 1852, le père Baudu admirablement interprété par Louis Michel tient une boutique de tissus, au Vieil Elbeuf, on est en plein dans la série des Rougon-Macquart de Zola et comme le MR cherche à établir une parité entre les hommes et les femmes des marquants qui le composent, on se demande où l’inventif Richard Miller avait la tête de ne pas appeler ce Congrès « Au bonheur des dames » !
Que diable ! il ne fallait pas une salle avec des chaises, une estrade, des micros et des bonimenteurs qui se suivent et se ressemblent à vendre des cravates aux badauds stupéfaits, pourquoi pas remplacer le toutim par des stands tenus par les caïds du système MR ?

1mqvugc2.jpg

On voyait très bien Didier Reynders au bonneteau dès l’entrée, Ducarme au stand de charcuterie du « Petit ardennais », Borsus à la dégustation des vins de terroir évidemment, De Decker, délégué de la banque Chodiev aux placements sûrs, Deprez à la voyance et aux tarots, Florence Reuter, aux fake-news ce qu’elle a fait toute sa vie, Marie-Christine MARGHEM, guide des personnes qui souhaitent prendre un avocat, Sophie WILMES, à l’appoint pour augmenter le nombre de femmes présentent dans les stands, Loulou Michel au stand du réchauffement climatique pour proposer les nouvelles calories à prix coûtant.
C’eût été un triomphe.
On sait Charles Michel sensible aux ovations. Cet homme là ne marche pas qu’aux pourboires, il aime qu’on l’apprécie, qu’on l’encourage. Il n’a pas toujours une vie facile, pour satisfaire la N-VA, une cliente exigeante.
Avec les stands, on n’aurait pas eu le temps de parler du scandale de Publifin dans lequel la formation libérale est largement impliquée.
On voyait bien, Richard Miller à la vente de photos en couleur de Jean Gol, avec distribution de ballonnets bleus gonflés par Christine Defraigne.
Le petit Châtel a terminé son beau discours en affirmant sa volonté de « supprimer à terme l'institution provinciale, sans perte de services ni d'emplois, par des transferts de compétences vers les communes ou la région », tout ça pour faire oublier au plus vite que le MR est un nid de petits profiteurs, ce qu’il n’est pas, puisqu’il est un nid de gros profiteurs et que les petits n’y ont pas leur place.
Là-dessus la direction est formelle. Elle laisse les petits à Di Rupo !
Pour le reste, on parle toujours d’achat, de vente de fusion, au MR, on n’y coupe pas.
Fusion volontaire des communes de petite taille, économies d'échelle pour réduire leur coût de fonctionnement, développer les partenariats public-privé.
C’est tout juste si Châtel ne met pas l’État belge en bourse avec émission de titres au porteur.
Il va même jusqu’à proposer aux bénéficiaires du revenu d'intégration sociale (RIS) "de les encourager à créer leur propre job".
Ce n’est plus un président de parti, c’est un placeur hors-pair, cet homme là !

12 novembre 2017

Marx ? …Connais pas !

Les bourges sont agressifs et moqueurs des marxistes, qu’ils soient communistes ou non. La philosophie de Marx, question économie et conduite de l’État, est antinomique de la pensée d’Adam Smith.
On peut retourner la question et obtenir la même réponse. Le salarié ne blaire pas les champions du capital et de la rente.
Cet antagonisme est moins visible aujourd’hui. Les calamités économiques font les dos ronds dans les usines. Cependant, les malheurs ne tuent pas la croyance très ancienne de la lutte des classes, comme seul moyen d’en finir avec le capital.
Marx publia « Das Kapital, Kritik der politischen Ökonomie » en 1867, quatre ans avant la Commune de Paris (1871), vingt-deux ans avant l'Internationale ouvrière de Friedrich Engels (1889), vingt-sept ans avant la Charte de Quaregnon (1894) et cinquante ans avant la Révolution d’octobre, 7 novembre 1917.
La guerre de 14-18 vint à point pour la classe dominante, d’envoyer dans les cimetières de l’Europe la piétaille qui était sur le point de l’engloutir.
Nous sommes quasiment aux termes de 2017, cent cinquante ans après la publication du « Capital ».
Alors que l’on ne se prive pas de critiquer Kant, Rousseau, Nietzsche et tous les autres jusqu’à Platon et Aristote, les bourgeois railleurs et les fervents marxistes restent sur leur position respective, comme si Marx n’était qu’un farceur pour les uns et un sacré bonhomme pour les autres !
En réalité, rares sont les partisans des deux clans qui ont lu Marx et qui peuvent en discuter en connaissance de cause, comme Nietzche, Kierkegaard et Schopenhauer, d’ailleurs.
Je ne veux pas me faire plus érudit qu’un autre, j’avoue que malgré toute ma bonne volonté, il n’y a pas un seul des philosophes cités, duquel j’ai pu garder le livre ouvert plus de dix pages à chaque fois que je le reprenais, sans être plongé dans un océan de pensées contradictoires ou m’être soudain assoupi, saisi par une irrépressible somnolence.
Quand on demande à des personnes moyennement intéressées à l’économie sociale ce qu’elles pensent de Marx, c’est comme si on leur demandait ce qu’elles ont retiré comme leçon de la Grande-Jacquerie, lors de la guerre de Cent Ans, de Jacques Bonhomme et de Guillaume Carle ?

ababa1ab2.jpg

Autrement dit, ces débats s’ils sont encore utiles pour établir une chronologie d’événements majeurs de l’Ancien Régime à nos jours, sont du domaine des philosophes et des historiens.
Bornons d’apprécier ce qui s’est décanté depuis le début, jusqu’à la situation réelle dans un environnement qu’on appelle la Belgique.
Et là, nous ne savons bien qu’une chose établie dans des faits. La lutte des classes est bel et bien dans son paroxysme, malgré tout ce qu’on veut bien nous en dire contre.
L’astuce de la super catégorie est de s’être entourée de mercenaires établis dans le bon salaire : haute administration publique, personnel politique et presse adaptée.
Et ça, c’est la faute de l’électeur qui a abandonné son pouvoir de gestion et de contrôle dans des mains suspectes.
Dans ce combat le peuple ne peut pas se être battu. Il finira par faire le constat des millions de chômeurs sans espérance, de cette pauvreté en progrès, de ce monde écrasé du poids de cette classe raflant la quasi-totalité des profits. Quand ce jour arrivera, c'en sera fini des inégalités excessives.
Nous le ressentons dans notre sang. Merci à Marx et à tous les autres qui nous ont mis sous le nez, les pièces d’un puzzle qui a beaucoup changé, sauf la misère qui est restée.
En dépit de cette évidence, le PS bien malade se divise sur cette notion de lutte des classes !
« La pratique prévaut sur la théorie, le concret sur l’utopie, au nom de quoi l’élimination des « excès » du capitalisme, pour éviter le transfert des richesses vers une minorité, pourrait se faire « en douceur », comme allant de soi, en supprimant le principe de la lutte des classes du POB. » (Elio Di Rupo)
J’aurais été d’accord avec Elio, s’il avait tenu ce discours à la fin des années 70, celle des Années Glorieuses, si en partant de ce palier, les classes inférieures s’étaient progressivement hissées à des niveaux de progrès conséquents, dans des affrontements pacifiques où elles auraient fini par avoir le dessus.
Mais ce n’est pas du tout le cas. Nous n’atteindrons pas cet objectif d’équilibre et de respect entre ceux qui produisent et ceux qui financent.
Si bien que l’équilibre n’existe pas. Nous sommes dans un stade marquant de l’hégémonie sans égale des classes supérieures, sur les classes inférieures, condamnées à la lutte des classes, que ce mot plaise ou ne plaise pas à Elio Di Rupo.
Que le prince héritier du PS, Paul Magnette, n’ait pas lu Karl Marx, c’est dans la nature de l’évolution de ce parti qui ressemble de plus en plus à son collègue français.
Quand on est aveuglé à ce point sur le partage non équitable entre le capital et le travail, il est certain qu’on est sorti du concept de gauche et que l’on est plus proche des Michel et Reynders que du PTB. Dès lors, la rivalité entre le PS et le MR n’intéresse plus la gauche.
Mieux encore, que le PS abandonne le principe de la lutte des classes, on s’en fout !

11 novembre 2017

Il ne s’en ira qu’en 2019 !

La plupart des travailleurs décrochent du boulot sans rameuter les foules de leur départ. Tous ne sont pas de cette trempe-là. Quand on fait un métier où l’immodestie est primordiale pour réussir, on en a pris tellement le goût qu’on s’imagine qu’on ne peut pas partir discrètement comme tout le monde. Bien réjoui d’en avoir pris plein les poches, sans avoir secoué grand-chose de ses burnes, ce serait pourtant le moment de ne pas trop la ramener.
C’est le lot cette semaine d’un vieux briscard du libéralisme avancé, une sorte de cocotte 1900 que nous avons entretenue à grands frais, qui a traversé un demi-siècle en tenant salon sous la grande photo en pied de Jean Gol.
Louis Michel quittera la politique en 2019, source : Avec Belga Louis Michel. © photo news.

1lsx2mp.jpg

Vous avez bien lu en 2019 !
Dans deux ans, because la galetouse qui coule toujours de l’Europe à sa tirelire personnelle, sans défaillir, ce serait trop bête d’en arrêter le flux, vu que c’est d’une succulence généreuse et sans faille.
Ainsi, son cher public aura deux ans de répétition avant de remonter sur le théâtre antique pour animer le chœur des pleureuses.
On a demandé au petit Chastel ce qu’il comptait faire pour marquer le plus grand événement qui soit survenu au MR depuis ses débuts, y compris bien au-dessus de celui de Jean Gol, dont à part Richard Miller, plus personne ne sait qui il est.
À sa manière de biaiser en tonitruant comme aux temps héroïques, quand il était conseiller communal à Charleroi déjà promis à un grand avenir, il nous a répondu qu’en deux ans, il a le temps de compiler les grands textes sur les départs des géants de la politique.
Et de nous rappeler qu’il avait toujours le texte dont il s’était fendu pour saluer le décès de François Perin en 2013.
Comme on lui faisait remarquer que Louis Michel ne comptait pas décéder en 2019, mais seulement demander à l’Europe qu’on n’approvisionne plus son compte en banque, il nous a semblé déçu.
Cependant, comme Chastel a la politique dans le sang il s’est vite ressaisi.
Modifier certains passages de l’éloge funèbre et passer d’un grand homme mort à un autre vivant, sera l’affaire d’un instant.
Il aurait déjà envoyé le texte au service « grammaire française » du MR pour en expurger les fautes de style et d’orthographe.
Nous avons pu nous procurer la morasse.
« C'est avec tristesse que nous avons appris, la retraite du professeur Louis Michel, à un âge où il aurait pu rester parmi nous, dix ans au moins.
Politique éminent, c'est une intelligence hors du commun qui nous quitte trop tôt.
Fils d’ouvrier, son père était maçon, ouvrier lui-même, c’était un bon bricoleur, il a gardé de ses débuts obscurs une modestie qui ne le quittera qu’en présence de ses concurrents l’affrontant dans la lutte aux idées, pour la chasse aux mandats rémunérés.
Le parcours de cet homme ne ressemble en rien à une ligne droite. Tout au long de sa vie, il a aimé prendre les chemins de traverse, bousculer les itinéraires, s'inventer des alternatives. A priori, on pourrait le croire incohérent. D'aucuns le jugeront éclairant, d'autres l'ont pensé sans le dire, moi je le dis sans le penser ! (1)
Il a affirmé son libéralisme avec éclat et conviction. Durant la Seconde Guerre mondiale, il n’était pas né, puisqu’il ne vint au libéralisme que le 2 septembre 1947, il eut été de la Wallonie libre, résistant par la presse clandestine, collaborant activement au journal du mouvement.
Bien après la guerre terminée, Louis Michel commence ses études d’instituteur qu’il fera à Jodoigne, jusqu’en 1968, il poursuivra une profession financièrement peu recommandable mais hautement utile jusqu’en 1977, date à laquelle il entre enfin dans ce qu’il appellera la seule chose qu’il sache faire pour progresser dans le libéralisme et la construction de son patrimoine : la politique !
Il n’a pas cessé depuis.
Le brouillon de Chastel s’arrête là.
Quant à Louis Michel, il a déclaré "avoir du mal" à se retrouver dans le monde politique actuel. "Avec l'émergence des réseaux sociaux, on est dans le simplisme", a-t-il conclut à Matin Première, en toute simplicité, évidemment, comme on lui faisait remarquer qu’avant « l’actuel » il avait déjà « du mal ».
Comme il fallait une belle formule pour le clap de fin, sans consulter ses notes pour un monsieur de son âge, il a terminé tout à trac "Il n'y a plus d'affrontements d'idées, que des affrontements d'émotions. Ce n'est pas comme ça qu'on dirige un pays."
Personne n’a fait remarquer (à la RTBF on n’aurait pas osé) qu’il est resté quarante ans sur la même idée de l’économie de marché à l’américaine et qu’il ne supportait pas qu’on l’affronte sur ce terrain là.
---
1. Il est question de supprimer cette partie du discours à la suite d’un souligné en rouge de Charles Michel.

10 novembre 2017

Où il est question des WC de Kardashian.

La presse internationale a rouvert un dossier d’optimisation fiscale « Paradise Papers ». Cet anglicisme pourrait faire croire que c’est l’exclusivité de Trump et des banques. La Belgique a droit à une colonne pour ses notables libéraux, comme les autres.
Ce scandale peut en cacher un autre, aussi rampant et à la marge, que le premier est montré du doigt.
En équilibre sur le morfil d’une lame entre légalité et illégalité, c’est celui du black chez les petits entrepreneurs, commerçants, artisans de la petite entreprise navigant à deux ou trois personnes, jusqu’à la petite centaine.
Là-dessus, les chiffres sur l’UE pourraient atteindre des milliards. Sauf qu’on n’en sait rien, vu que le personnel traquant le black est moins nombreux que celui traquant le chômeur et le faux bronchiteux chronique.
Finis les beaux oiseaux au plumage chatoyant des comptes en banque des îles Caïman, ici, rien que des cache-poussière gris, au-dessus, une tête refrognée, des yeux pleins de reproches et à la bouche, l’amertume de ceux « qui travaillent pour ceux qui foutent rien ». Épaulés par la cavalerie du Prince, voici les « cols blancs » en renfort, étude supérieure, mépris souverain pour les « incultes » et petits tricheurs cohabitant. En un mot, dans les petits fraudeurs, vous retrouvez l’essentiel de la clientèle du MR, les grognards de Charles Michel, plus libéraux qu’eux tu meurs !...
Libéral jusqu’aux fibres intimes, anarchiste d’accord quand on parle pognon… mais de droite, le fraudeur à ce niveau est l’archétype de l’électeur MR. Il a fabriqué Borsus, métamorphosé Chastel en Pinocchio doublure de son maître et, dans la lutte contre les « communistes », soutenu la politique pro-flamande de Charles Michel.
L’argent rend le riche vulgaire. L’entrepreneur « modeste » qui aspire à le devenir, l’acquiert aussi par contagion, jalousant Kim Kardashian et Kanye West qui auraient dépensé 600.000 euros pour quatre toilettes plaquées en or dans leur nouvelle demeure, selon le journal britannique "The Sun".
Je passe sur le prix de la merde de Kardashian (1), pour recentrer le débat sur les fraudeurs des 28 pays de l’UE. En s’en donnant la peine, on atteindrait vite les mille milliards !

1lqamp2l.jpg

JC Juncker, président des Commissions européennes, doit tout son succès et probablement toute sa fortune de ses ministères au Luxembourg, pays hautement toxique qui cache l’oseille, là où elle ne devrait pas être.
Tandis que le scandale des « Paradise papers » éclatait, Juncker accompagnait Macron en Guyane, comme s’il n’avait pas mieux à faire dans son bureau de Bruxelles !
La jacquerie contre l’impôt vient essentiellement de la clientèle MR. Elle estime que trop d’impôt tue l’impôt. Vieille comptine qu’ânonnait déjà Louis Michel dans son berceau, lorsqu’il agitait son hochet de la « rage taxatoire ».
Si l’impôt est trop élevé, disait déjà ma grand-mère, c’est parce qu’il y a beaucoup de gros fraudeurs et que cet argent échappe à la collectivité.
On voit bien que leur argument est retourné, d’autant que les fraudeurs sont aussi des électeurs et que démocratiquement ils associent le MR à leur revendication. Ce que le parti fait avec un zèle renouvelé, depuis qu’il a la N-VA, un allié qui pense pareil.
Les personnes qui approuvent la triche sont celles qui auraient précisément les moyens de ne pas le faire, disent des économistes sérieux. D’après eux, c’est parce qu’ils se sentent supérieurs et hors d’atteinte, que les fraudeurs, riches, boutiquiers et « col blanc » rassemblés, légitiment, inconsciemment ou consciemment, le droit d’agir de manière déviante et immorale.
----
1. On ne sait pas si elle a un compte au Luxembourg pour que sa merde lui revienne moins chère.

9 novembre 2017

Confusion des pouvoirs.

C’est aujourd’hui que Charles Michel doit s’expliquer devant la Chambre sur son gouvernement, dans la crise espagnole qui nous a fait héberger Monsieur Puigdemont, président déchu, par Madrid, de la Catalogne (1).
Ce qu’il y a de bien avec Charles Michel depuis qu’il est au pouvoir : on sait à l’avance ce qu’il va dire. C’est à la fois irritant et reposant.
Il faut bien comprendre que son problème n’est pas de prendre position dans ce cas particulier, mais de ne pas se brouiller avec la N-VA pour l’année qu’il lui reste encore à faire en qualité de premier ministre.
Irritant, parce que contrairement à l’idée reçue selon laquelle en ne faisant rien, les problèmes se règlent d’eux-mêmes, celui-ci en l’état ce serait à la Justice de suivre son cours sur la plainte de Madrid demandant le retour pieds et poings liés de son justiciable. Tout en sachant que Michel compte sur la lenteur légendaire de la justice afin que des événements extérieurs à la plainte de l’Espagne finissent par la faire disparaître, sinon la rendre caduque.
Et enfin reposant, parce qu’en recouvrant le feu d’une couverture, on ne sait pas s’il est éteint ou s’il couve encore.
Sauf qu’il n’est pas prévu que statuant rapidement, coupant l’herbe sous le pied des appels, comme on sait le faire parfois pour des sans-papier, un beau matin sur réquisition d’un juge, il soit procédé à l’exécution du mandat d’amené européen à l’encontre du sieur Puigdemont, et celui-ci aussitôt embarqué sur un Falcon avec ses quatre coreligionnaires, destination la geôle madrilène.
Évidemment, cette hypothèse est hautement improbable. Elle embarrasserait aussi bien Rajoy que Michel.
La question est de savoir pourquoi ?
Parce que la séparation des pouvoirs qui fera la base du discours de Charles Michel n’existe pas à un certain niveau et que c’est la raison d’État qui prévaut.
Voilà donc pourquoi, le discours attendu apparemment anodin et qui ne défonce que des portes ouvertes, l’est entre les lignes. C’est un fake news dirait Trump.
Puigdemont peut dormir tranquille, on ne le sortira pas du lit à l’aube prochaine.
Par conséquent, le discours de Charles ne sert à rien et il ne répond pas à une autre question que les citoyens des deux côtés de la frontière linguistique se posent.
Ce gouvernement n’est pas formé que de la seule personne du premier ministre et de ses ministres francophones, restés bien paisiblement au chaud à admirer dans les gazettes le formidable retournement du CDH en leur faveur, ce qui a permis à Borsus de savonner la planche à Magnette ; non, il y a tous les ministres flamands et parmi les plus remuants, les ministres de la N-VA qui ne se sont pas fait priés à l’initiative de leur chef, Bart De Wever, de produire les plus vives manifestations d’amitié à Puigdemont jusqu’à l’assurer de leur soutien et de leur invitation à se rendre en Belgique.

1jarret1j.jpg

Charles Michel a bien mollement demandé à ses tumultueux ministres d’être plus mesurés, mais quoi, le public a quand même bien vu que Michel ne maîtrisait pas la situation quand il s’agissait des ministres N-VA
Quand d’autre part le MR gollien, Richard Miller, flanqué du petit Chastel, enjoignent à Élio Di Rupo de mesurer ses expressions qui sont de nature à décrédibiliser la Belgique à l’étranger, ils feignent d’ignorer la presse à l’étranger et pas seulement la presse espagnole, pour qualifier d’étranges les réactions d’une partie du gouvernement qui tend les bras à Puigdemont, a contrario du premier ministre qui s’en remet à la justice « par la loi même établissant la séparation des pouvoirs ».
Enfin, tout a fait à l’opposé des déclarations de Charles Michel selon lesquelles Puigdemont relève d’une affaire essentiellement espagnole, on peut relever que celle-ci permet en annexe, de mettre en évidence la grande faiblesse de ce gouvernement et de son premier ministre, dans la lutte de la Flandre pour son hégémonie et finalement de résoudre ainsi le problème du séparatisme, en donnant à la Flandre la mainmise sur les autres composants de l’État belge.
C’est un peu comme si en Espagne, on résolvait la volonté de séparatisme de la Catalogne en remplaçant Mariano Rajoy par Carles Puigdemont.
---
1. Ce blog a été écrit avant le discours du premier ministre.

8 novembre 2017

L’UE veut chiper du fric à Chypre

Comme son premier ministre, Monsieur Johan Van Overtveldt, Ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, est un acteur de film muet. Il s’agite, on voit qu’il dit quelque chose, mais on n’est pas à l’âge du parlant et bien malin, à part au journal La Meuse, qui peut lire sur les lèvres du personnage.
Les nouvelles révélations sur les paradis fiscaux "Paradise Papers" montrent la partie honteuse d’une Europe laxiste dans la lutte contre l'évasion et la fraude fiscale. Dans ce championnat du « traîné de savate » Van Overtveldt est dans le peloton de tête. Il est bien plus facile de traquer les abus d’indemnités-chômage et Mutuelle, que de s’attaquer aux gros fraudeurs toujours incognito aux Îles Vierges, les valises bourrées de billets de 500 euros.
En plus les gazettes raffolent des chômeurs des Caraïbes qui font plus recette, qu’un grand patron de presse en touriste assidu, pour cause d’évasion fiscale.
Pourtant, les nouvelles révélations des « Paradise Papers » donnent des noms. Il paraît que la liste des citoyens belges y côtoie celle du ministre américain au Commerce Wilbur Ross et ses amis, et plus étonnant, la reine d’Angleterre ne résiste pas à y faire affaire !
Rien que du beau monde, ce qui fait hésiter Charles Michel, car quand on est libéral du fond du cœur, c’est comme une religion, on ne peut pas croire que l’élite s’abaisse à tricher dans un système qui la favorise tant.
On attend, du reste, un noble discours du petit Chastel sur le sujet, avec une note supplémentaire pour demander des excuses à Di Rupo, au cas où le Montois aurait des doutes sur l’honorabilité du gouvernement Michel.
En réalité, nous assistons à une pratique généralisée d’une classe parasite, tant en Europe que partout dans le monde.
Comme cette classe parasite se montre assez généreuse à l’égard des pouvoirs « démocratiques » en place, ces derniers « par solidarité » ne veulent pas être trop sévères, surtout que la répression ferait mauvais effet, bien plus que les « on dit », les fuites des partenaires banquiers et les enquêtes des journaux dignes de ce nom. Les journaux entendent bien brouiller les pistes, écrire que se sont des ragots et couiner de douleur en soulignant que ces braves gens ne sont même pas accusés, avant d’être présumés innocents.
Il faut bien reconnaître que grâce à la persévérance de Johan Van Overtveldt à regarder ailleurs, ils ont parfaitement raison.
Ce n’est pas à un an des élections, qu’on sort des nouvelles pareilles, alors que le MR ambitionne de battre du tambour pour être numéro un en Wallonie.

1mhysz2q.jpg

Pourtant, nous sommes bien là dans une inaction délibérée du gouvernement. Charles Michel a déjà acquis une forte expérience de la non-action dans tout ce qui dérange, apprise sur le tas avec la N-VA. Il ne va pas tomber dans le piège de la dénonciation des financiers véreux et des hommes d’affaire indignes !
Les nouvelles révélations démontrent que certaines entreprises et particuliers sont prêts à tout pour ne pas payer d'impôts, y compris à débourser des sommes considérables à des experts en fraude fiscale qui ont des cabinets dans toutes les grandes villes d’Europe. Les bougres ne s’en cachent pas, puisqu’il n’y a aucune loi qui interdit ce genre de conseil.
C’est un Consortium international de journalistes d'investigation (ICIJ), regroupant 96 médias de 67 pays, qui a levé ce nouveau lièvre des "Paradise Papers".
On peut rassurer les chefs d’entreprise propriétaires des gazettes belges, aucune n’est reprise dans les 96 médias. 13,5 millions de documents financiers d'un cabinet international d'avocats basé aux Bermudes, Appleby, ont été obtenus par le journal allemand Süddeutsche Zeitung.
Un paradis fiscal est un pays qui pratique un taux d'imposition très bas sur les sociétés. Il privilégie l'opacité bancaire. C’est donc parfois « légal » qu’à la suite d’une gymnastique financière une société économise des grosses sommes en déménageant son siège social pour compter les bénefs de la recette dans un pays de son choix. À l’Europe on étudie la parade. En Belgique on est dans l’extase de ce truc ingénieux. Bref on ne fait rien et c’est plutôt scandaleux.
L’éthique, comme toujours quand il s’agit de fric, en prend un sacré coup.
L’employé bosse dans un pays et son patron déménage les fruits de son travail dans un autre où l’impôt coûte moins cher. De l’éthique se perd quelque part. L’employé doit compenser le manque à gagner de l’État, baisé deux fois, en quelque sorte.
Gibraltar, les îles de Man, Gersey, Guernesey, mais aussi Chypre, Malte, Monaco, et des pays comme les Pays-bas, le Luxembourg, l'Autriche, la Suisse, sont rangés dans la catégorie "paradis fiscal" par l'OCDE.
Il ne faudrait pas s’étonner d’apprendre que des membres de ce gouvernement place l’argent que nous leur allouons chez nos partenaires du Benelux. Forcément, les deux autres sont des truqueurs.

7 novembre 2017

À tes Tariq et péril…

La plupart des lecteurs des journaux régionaux sont des autruches qui sortent la tête du sable d’étonnement, quand les préposés aux infos des gens importants se résignent à la publication de justesse, avant les réseaux sociaux.
Ce fut le cas pour le célébrissime Weinstein, star des stars. Les cris, plaintes et lamentations d’une kyrielle d’anciennes stars et de nouvelles, aux petites mains des studios d’Hollywood et d’ailleurs, étaient incontournables. Il devenait nécessaire de parler du violeur.
Le public a été surpris du nombre de confessions désignant de nouveaux prédateurs. Comme s’il découvrait que les sales manières ne datent pas d’hier, mais d’un aboutissement de l’esprit de l’âge des cavernes, le fort s’imposant aux faibles, c’est-à-dire aux femmes.
Je ne suis pas sûr qu’une fois le soufflé retombé, l’art de trousser le jupon, quand la titulaire n’en a pas envie, ne soit plus le sport favori des machos en rut. Si les ouvrières, les caissières et les secrétaires pouvaient parler sans perdre leur emploi, la masse des grossiers personnages, des machos honteux et des violeurs en puissance submergerait complètement le cas Weinstein.
Comme on épingle un salaud tapi dans le cinoche, on vient de coincer un accroc du stupre sexuel paré du titre de philosophe-religieux, en la personne de Tariq Ramadan.
Tout le monde sait que Tariq Ramadan s’est fabriqué une réputation de sagesse dans le monde de l’Islam, inspirée par celle d’Abu Ali al Hosein Ibn Abdallah Ibn Sina dit Avicenne.
L’hebdomadaire Charlie-Hebdo s’est chargé d’épingler en première page, ce pseudo héros de la cause de l’Islam, amoureux d’adolescentes, pris en flagrant délit de turgescence inappropriée.
Devant le scandale, il faut s’attendre à ce que les besogneux de la presse croupion se précipitent sur les devoirs de l’année dernière, pour recopier les meilleurs couplets du danger de l’amalgame, à seule fin de se prémunir de la colère des Salafistes djihadistes et du désabonnement des musulmans ordinaires.
À la suite de sa publication, des menaces de mort ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Charlie Hebdo « dépose plainte » a annoncé le dessinateur Riss.

1kjhgds1kj.jpg

Il est vrai que c’est en religion que se concentre le plus de cons fervents. Dame, qui croit à de la connerie, est, à force, pour lui-même un sacré con !
Si les religions n’étaient pas si agressives, leurs douces sornettes seraient comme de la poésie, pure fantasmagorie un peu à la manière dont nous considérons aujourd’hui les dieux de la mythologie grecque.
On pourrait en nourrir l’imagination de nos enfants, dans un rewriting complété d’Homère de son inoubliable Odyssée ! Ce monde capitaliste du fric et de l’égo s’en trouverait plus léger !
Hélas ! Tariq Ramadan d’un côté, les pédophiles de nos églises de l’autre, toute cette mascarade à rire et pour qu’on rie moins, mortelle aux pauvres gens !
Restent les témoignages, tardifs toujours, principalement à cause de la honte d’être victime.
Voici le paquet-cadeau pour notre prêcheur suisse : « Quatre anciennes élèves témoignent. Elles ne sont pas musulmanes. La plus jeune, alors âgée de 14 ans, affirme avoir refusé de coucher avec Tariq Ramadan. « Il a mis sa main sur ma cuisse en me disant qu'il savait que je pensais à lui le soir avant de m'endormir […] C'était de la manipulation. Il disait qu'il pensait à moi mais qu'il était marié. J'étais mal, mais je ne pouvais rien dire. C'était mon prof. L'élève résiste et doit alors subir les foudres de ce professeur de français possessif et jaloux ». L'ancienne élève parle d'un « homme tordu, intimidant, qui usait de stratagèmes relationnels et pervers et abusait de la confiance de ses élèves ». Il y eut pire avec d’autres, des viols, des violences…
Par ailleurs, Edwy Plenel qui s’est toujours montré assez conciliant vis-à-vis de la nébuleuse musulmane a, quand même, qualifié de "très graves" les faits dont Tariq Ramadan est accusé.

6 novembre 2017

Quand Charles marmonne !

La crise catalane a comme effet de se demander « mais où est passé le premier ministre belge » ?
Puisque le ministre-président catalan, Carles Puigdemont, s’est réfugié à Bruxelles, le conflit entre les gouvernements espagnol et catalan, s’est étendu à la Belgique.
Sauf qu’ici « terre d’accueil », Charles Michel nous entraîne au pays des Zombies.
Si, dès l’arrivée de Puigdemont chez ses amis Flamands N-VA, Charles Michel s’était exprimé d’une voix forte « Nous ne souhaitons pas nous immiscer dans la crise interne de l’Espagne. Mais, puisque Monsieur Puigdemont a décidé de rejoindre le cœur de l’Europe pour témoigner de sa personne, nous sommes disposés à lui offrir toute garantie de sécurité et de liberté de mouvement, dans l’espoir qu’une solution pacifique intervienne bientôt en Espagne. »
On ne serait pas aujourd’hui à spéculer sur le degré d’ascendant de Bart De Wever et de la N-VA sur ce gouvernement.
La responsabilité de l’escalade actuelle du conflit peut franchement être imputée à la fois au Premier ministre espagnol Mariano Rajoy et au ministre-président catalan, Carles Puigdemont. Ce serait du devoir des partenaires de l’Espagne au sein de l’UE d’aider les parties à trouver un terrain d’entente. Ce n’est pas en jetant les responsables de la Catalogne en prison que Rajoy y parviendra.
Il suffirait d’un rien pour que le conflit dégénère. Les Ramblas sont une véritable poudrière.
Si un « loco » avait la sotte idée d’en découdre depuis l’un ou l’autre camp, de même un provocateur moins innocent, on en arriverait vite à une situation dans laquelle toute discussion deviendrait impossible.
Il appartient à un responsable digne de ce nom d’assurer la sécurité et la libre circulation à Carles Puigdemont, malgré l’ukase de l’Espagne, via l’Europe, de saisir ce dernier au corps. Dans ce contexte, on se serait passé volontiers des provocations irréfléchies du secrétaire d’État Theo Francken (N-VA).
Le débat, tenu lamentablement et dans la cacophonie par Deborsu sur RTL ce dimanche, a bien montré l’orientation du MR et du porte-parole de Rajoy, empêchant l’opposition séparatiste à prononcer trois mots à la suite. André Flahaut, représentant l’opposition socialiste dans le débat, fut tout autant chahuté, sauf que lui n’ayant pas grand-chose à dire comme à son habitude, on ne s’en est pas trop aperçu. Il a ciré les pompes du système dans le rôle de la dignité offensée où il excelle. Tout ce qu’on sait, tient en son refus de présenter des excuses au petit Chastel sur une soi-disant offense d’Elio Di Rupo au maître de l’autre, Charles Michel.
Comme si tout le débat dépendait d’excuses, pour la solution du conflit entre la Catalogne et l’Espagne !

1mpdebg2.jpg

La déclaration de M. Francken, qui propose l’asile au ministre-président catalan, pose problème à plusieurs égards. Est-ce au secrétaire d’État à l’Asile de décider de ce genre de choses ? Charles Michel aux abonnés absents, Deborsu a préféré glisser sur la chose.
Tous les Catalans pourraient traduire l’invitation de Francken comme un permis automatique du droit d’asile. Comme appel d’air pour quelqu’un qui veut fermer le vasistas des cabinets pour que nous nous occupions de nos propres odeurs, c’est plutôt nul.
Les nationalistes flamands se passionnent pour la situation en Catalogne, comme s’ils y étaient. Et si un conflit violent éclatait la semaine prochaine ? On verrait peut-être des pointus d’Ostende ou de Bruges s’engager sur le chemin de Compostelle (1) armés jusqu’aux dents sous leur robe de bure. Que ferait alors « le doux Charles » ? Ne demandez pas la réponse à Richard Miller, il est comme tout MR, il n’en sait rien !
C’est pour cela qu’il en a parlé avec compétence ce dimanche, avec un bel acharnement.
À propos de Francken, Daardaar, l’excellent magazine en ligne, a donné à lire un joli verbe : Charles Michel « marmonne ». Le mot mérite de rester.
Parce qu’il ose et que son chef de gouvernement n’ose pas, Theo Francken est l’homme politique le plus populaire du pays.
C’est encore ce même magazine qui réfléchit sur l’attitude passive de Charles Michel « Il est temps qu’il décide de ce que veut dire, pour lui, être Premier ministre. Est-il le chef d’un gouvernement, ou bien est-il le baby-sitter d’un secrétaire d’État qui – contrairement à Geert Bourgeois ou Jan Jambon, des militants nationalistes pourtant tout aussi convaincus que lui – refuse obstinément d’apprendre la différence entre militantisme et responsabilité gouvernementale ? »
Excellente question à laquelle s’associent les gens sérieux et qu’a loupée l’opposition socialiste de Flahaut, bien trop « sage » de la vieille école et incapable de faire la différence entre politesse et flagornerie. Décidément, en voilà un qui ne s’est pas encore remis d’avoir été président de la Chambre des représentants.
----
1. Compostelle n’est pas en Catalogne, comme la Turquie n’est pas la Syrie.

4 novembre 2017

L’élu narcissique.

La personnalité triomphant dans le succès politique est la plupart du temps narcissique. Trump en est une à titre d’exemple universel. Au premier anniversaire de sa présidence des USA, il en a déjà tellement fait, que dans le genre, c’est un champion.
La profession – oui, c’est une profession c’est Laurette Onkelinx qui le dit– est presque essentiellement composée de narcissiques.
On ne voit pas une personnalité évitante (terme requis) devenir premier ministre, ni même ministre.
C’est grâce à ce défaut dans leur personnalité que les hommes politiques doivent leur succès.
Probablement que les trois-quarts de citoyens ne sont pas aptes à exercer cette profession, non par défaut d’intelligence, mais par défaut de vanité et d’orgueil. Voilà qui prive la démocratie des meilleurs, pour nous laisser les pires.
Qu’entend le DSM par personnalité narcissique ?
Le sujet a un sens grandiose de sa propre importance. Il suffit de quelques photos de groupe à l’Union Européenne ou au 16, rue de la Loi pour s’en convaincre. Les interviews sont aussi très éclairantes. Ils la jouent tous avec un semblant d’humilité qui ne trompe pas. À la moindre occasion leur ego blessé se rebiffe, magnifié, il se rengorge.
Tous succombent aux attraits du pouvoir et du commandement. De ce point de vue le parangon du genre est, après Trump, le président turc Erdogan.
Sous des apparences soustraites au plaisir de commander, Charles Michel, comme son père, est très à cheval sur ses prérogatives et son droit de direction.

Poursuivons la recension du caractère narcissique.
Quand un défaut ou une erreur le place dans la nécessité de se justifier, il pense être «spécial et unique » et ne pouvoir être compris que par des intelligences de très haut niveau. Il se montre sincère en récusant les fautes dont on l’accuse, par le raisonnement qui le place dans une catégorie où il est hors de question à être celui qui a commis une erreur d’une telle ampleur, quasiment « indigne » de lui.
Il justifie son besoin excessif d’être admiré, par la nécessité de se faire connaître des électeurs.
On a vu avec la collection de mandats, les abus et souvent des pots-de-vin déguisés en « gestes d’amitié auxquels il ne pouvait déroger », il pense que tout lui est dû. C’est naturellement qu’il précède les groupes, que ces désirs soient automatiquement satisfaits et qu’on lui cède la parole.
C’est du même élan qu’il exploite les autres sans vergogne s’attribuant les bons mots et les idées d’autrui, quand ils peuvent servir sa notoriété. Il utilise tout moyen et tout protagoniste pour parvenir à ses propres fins.
Sous des dehors affables et intéressés à la vie sociale et même personnelle des citoyens, il manque d’empathie. Il n’est pas disposé à reconnaître ou à partager les sentiments et les besoins d’autrui.
Il envie souvent les autres et croit vivre au milieu d’envieux.
Quand il n’est pas en public ou en service commandé dans une mission qui sera répercutée dans l’opinion, il fait preuve d’un comportement hautain et méprisant.
Il y a des professions qui entrent naturellement dans la vocation politique, celle d’avocat est à mettre particulièrement en évidence. C’est une profession manipulatrice des vérités. Les meilleurs avocats sont narcissiques. Les médecins suivent directement.
En général, on fuit ce genre d’histrions dans la crainte d’un affrontement, d’autant que la personnalité opposée est décrite comme « évitante ».
L’électeur est plutôt attiré par « les grandes gueules », les « m’as-tu-vu » et les faux humbles qui flattent le public.

3 novembre 2017

Être déshonoré ou pas…

…telle est la question !
Que va décider Charles Michel, à la suite du mandat d’arrêt européen lancé contre Carles Puigdemont, puisque ce dernier s’est réfugié en Belgique et n’a pas l’intention de rallier l’Espagne où l’attend un procès politique ?
J’ai déjà répondu à cette question sous forme d’un honneur à défendre en son nom et à ceux des citoyens de Charles Michel, au motif qu’on ne livre pas un homme à la vindicte d’adversaires politiques, aussi marqués que le ministre Rajoy de Madrid.
Ceci écrit, les amis de mes amis sont mes amis doit aussi se dire le premier ministre belge. Et ce faisant, il doit songer à sa majorité dans laquelle la N-VA est indispensable.
À mon sens, Michel devrait recevoir l’aide de l’opposition pour conforter cette idée de protection démocratique à qui n’a commis aucun délit, sinon celui d’une trahison imaginée par un pouvoir central à l’encontre d’un leader autonomiste.
Mais Charles Michel est un mou, avocat défroqué, politicien retord, il doit lui sembler que toute décision politique doit faire abstraction d’éthique, quand celle qu’il va prendre serait de nature à peser lourdement sur sa carrière.
Il est vrai que la justice belge à 60 jours pour examiner la demande espagnole. Mais pour cela, il faut qu’elle puisse disposer de l’individu recherché, le placer dans un lieu sûr, résidence surveillée ou lieu fermé de détention.
On sait bien que dans ces sortes d’affaires, la justice attend des instructions du gouvernement. C’est une affaire d’Etat qui pourrait avoir des conséquences sur les relations entre les deux pays.

1hebefd2j.jpg

Si dans le droit européen et les conventions passées entre les États de l’UE, il n’existe guère d’échappatoire juridique, Charles Michel peut toujours refuser de livrer Puigdemont en finassant, louvoyant intelligemment et déléguer Reynders, chef de la diplomatie, faire des ronds-de-jambe en bas de soie chez Rajoy.
S’aplatir serait plutôt dans sa manière, que de dire à l’Espagne « Allez vous faire foutre ! ».
Ça ne doit pas être facile pour Charles Michel de s’employer à satisfaire son honneur. C’est l’homme de l’obéissance servile à une Europe qui sert si bien ses pareils, libéral pète-sec, atlantiste en diable, grand croyant en orthodoxie mondialiste, comme son collègue Rajoy.
Des avocats chicaneurs, il y en a. Michel pourrait arguer que la demande de Madrid est infondée dans le droit belge. L’Espagne de son côté contre-argumenterait et enverrait des infractions additionnelles. Cela ferait traîner la procédure et peut-être y aurait-il du nouveau entretemps, puisque Madrid voudrait faire voter en décembre pour renouveler le parlement catalan.
La Libre écrit à ce sujet « Pour Anne Weyembergh, présidente de l'Institut d'études européennes de l'ULB, la définition des contours de l'infraction "pourrait donner lieu à certaines difficultés". Selon elle, Carles Puigdemont et son avocat pourraient en outre arguer du respect de ses droits fondamentaux, même s'il "faudrait (sic NDRL) qu'ils démontrent qu'il y a un réel risque" d'atteinte à ces droits.
Si Carles Puigdemont et ses ministres consentaient cependant à retourner en Espagne, la décision de remise doit être prise dans un délai de dix jours. » (fin de citation)
On parle aussi d’une procédure « à distance ». Puigdemont répondrait à un interrogatoire de Madrid depuis Bruxelles, sur commission rogatoire émise par un juge espagnol.
Le meilleur argument pour ne pas que Michel livre Puigdemont aux autorités espagnoles, reste encore l’amitié de Bart De Wever et la solidarité de la N-VA à la Catalogne.
Il ne faut pas oublier que Geert Bourgeois (N-VA) est ministre président du gouvernement flamand. Dans sa dernière intervention, il était assez favorable à ce que la Belgique ne livre pas Puigdemont à l’Espagne.
Les autres membres du gouvernement catalan ont été placé en détention provisoire, sauf un laissé en liberté sous caution. Le catalan court bien un réel danger.
Puigdemont à une chance sur deux de rester en Belgique, avec Di Rupo, si on comprend bien ses déclarations, il n’en aurait eu aucune.
Ça doit gamberger ferme au 16, rue de la Loi.
Ce gouvernement qui vit sous la terreur d’un geste d’humeur de l’Europe, avec déjà la présentation d’un faux budget et le dépassement du plafond quasi certain des 3 % d’augmentation de la dette, on peut dire que, pour une fois, Charles Michel aura bien gagné le salaire que nous lui donnons ce mois-ci.

2 novembre 2017

Accueil du MR à Queuille.

Richard 3 – Henri Queuille est, dans l'art de l'aphorisme en politique, le père spirituel d'Edgar Faure : « Il n'est aucun problème assez urgent en politique qu'une absence de décision ne puisse résoudre. » Ne pourrait-il être aussi le vôtre ?
Charles Michel – Avec une petite nuance. Je pense « Il n'est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout. »
R3 – C’est la même chose !
CM – Oui, mais dit autrement. Et cela change tout pour nous autres les libéraux, orfèvres de la nuance !
R3 – Vous êtes donc queuilliste ?
CM – Nous le sommes tous au mouvement Réformateur, sans quoi comment élaborer une politique de droite d’austérité, en ne donnant aucun espoir à nos électeurs ?
R3 – Vous ne reniez pas non plus cette réflexion d’Henri Queuille « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. » ?
CM – Vous m’étonnez ! Elle est de lui ?
R3 – On ne peut plus.
CM – Dans un dîner entre nous, Didier (Reynders) qui passe pour un homme d’esprit, l’a dite devant moi à ce benêt de Chastel.
R3 – On n’emprunte qu’aux riches.
CM – Au MR, nous disons « on ne prête qu’aux riches ».
R3 – Je ne parlais pas des banques, je parlais des traits d’esprit.
CM – J’ai toujours soupçonné Reynders d’avoir une source de bons mots quelque part, un spin-doctor, peut-être son épouse, dans l'esprit de laquelle il puise sans réserve. Vous venez d’en faire l’illustration.
R3 – Cet interview n’est pas un inventaire des gymnastiques d’esprit d’Henri Queuille, mais la question que l’on se pose à propos de Carles Puigdemont. Est-il encore en Belgique ?
CM – La presse espagnole l’a vu à Tielt en Flandre occidentale. Pour nous, c’est une bonne nouvelle.
R3 – Pourquoi ?
CM – À partir du moment où de son plein gré il quitte le centre fédéral de Bruxelles, il n’est plus en Belgique.
R3 – Où est-il, alors ?
CM – Il est en Flandre.
R3 – La Flandre n’est pas en Belgique ?

1msoo2n.jpg

CM – Vous voulez me fâcher avec mon Ami Bart De Wever ? La Flandre reste un territoire national dans la répartition 6/4 des dotations et des emplois, pour le reste nous obéissons à la stricte neutralité de notre confédéralisme !
R3 – Vous n’êtes plus fédéral ?
CM – Ce gouvernement résolument libéral et moderne vit déjà dans le futur, il anticipe.
R3 – Sauf que personne n’est au courant.
CM – C’est une disposition qui fait partie d’un accord secret avec la N-VA et qui ne concerne que le seul cas de Carles Puigdemont pour le moment.
R3 – Vous aviez prévu en 2015 que Carles Puigdemont viendrait se réfugier en Belgique en 2017 ?
CM – Pas précisément lui, mais un cas de figure similaire, oui.
R3 – C’est bon à savoir pour le président Maduro en difficulté au Venezuela avec son opposition libérale et la CIA !
CM – Cet accord secret n’inclut pas évidemment des hommes de gauche.
R3 – Il s’adresse à qui alors ?
CM – Aux amis de mon ami Bart De Wever.
R3 – On peut dire que vous y allez fort ! Quelle subtile dialectique vous déployez dans la logique libérale, j’en reste admiratif.
CM – Je tire aussi cette conviction d’Henri Queuille, puisque vous m’honorez du titre de queuilliste. Ce grand homme vénéré par tout le MR, à l’instar de mon père Louis Michel, sauf par quelques frondeurs, a gravé dans nos cœurs une dernière pensée que le petit Chastel, suite à mon désir, va buriner dans le marbre : « La politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent. »
R3 – De ce point de vue, on peut dire que votre ministère est une parfaite réussite.

1 novembre 2017

Une paire de Charles : Michel et Rogier !

Un premier ministre inexistant, comme d’habitude lorsqu’il s’agit de définir la politique du gouvernement quand les ministres de la N-VA jouent les frondeurs, le drame espagnol met en lumière le drame belge sur la non-gouvernance de Michel et la non-représentativité des francophones dans ce gouvernement.
Personne n’ignore que Charles Michel est un équilibriste qui doit son succès à l’impasse de construire un pays équilibré, si bien que faute de mieux, il a l’assentiment de la majorité des partis flamands et de la minorité bourgeoise de l’électorat de l’autre côté de la frontière linguistique. Cela consiste à contenir l’impatience flamande de se débarrasser des autres composantes, en lui accordant plus d’avantages à elle seule qu’aux trois autres réunies.
Voilà Carles Puigdemont en Belgique, sur l’invitation de la N-VA.
Du coup, c’est un boulevard pour l’opposition de Di Rupo qu’Olivier Chastel fustige en se disant « scandalisé », alors que l’autre ne fait que son boulot.
Le tout est de savoir par ce qu’entend Di Rupo en parlant de la « crédibilité de la Belgique ».
Si elle est de nature à s’assurer de la personne de l’ex président du « govern » catalan qui encourt trente ans de prison à Madrid dans une ancienne cellule à peine repeinte qui a servi sous Franco, on peut s’inquiéter de la nature du PS dirigé par le Montois.
Et ici, je me permets d’étaler ma liberté d’esprit en approuvant l’attitude de Bart De Wever qui dit tout simplement « Puigdemont est un ami, et je ne laisse pas tomber des amis, surtout quand ils sont dans l’adversité », j’assume la responsabilité de ce coup de chapeau.
Voilà enfin une parole digne que le concert des pays affiliés à l’UE soit loin d’égaler, si l’on en croit les aboiements d’un Verhofstadt déchaîné.
Ceci dit, je constate aussi que jusqu’à présent la violence est du côté de Rajoy et que la direction à distance de la Catalogne par une créature à Madrid du même Rajoy ajoute au sentiment que c’est plutôt l’État espagnol qui est mal géré.
Dans une Europe qui se dit un exemple de démocratie, un membre d’un parti politique est menacé de prison pour ses idées et ses actions pacifiques pour les faire triompher. On trouve normal qu’il en soit ainsi « parce que le pays en question est une grande démocratie », alors que, c’est tout l’assemblage élaboré autour de la liberté, dans la peine et les tourments depuis Jean-Jacques Rousseau, du peuple européen qui est par terre !
Charles Michel devra prendre une décision concernant Puigdemont, dès l’instant qu'un juge de Madrid lancera un mandat international. S'il se saisissait de l’homme et le réexpédiait chez ses inquisiteurs, ce serait la preuve, dans les temps difficiles que nous traversons en internes avec les Flamands, que Michel, en se dressant pour une fois contre son ami Bart De Wever, n’aura jamais la stature d’un homme d’État. Il restera pour toujours l’opportuniste un peu con, qui prend plaisir à dominer les gens du genre du petit Châtel et que son esprit ne peut aller plus loin.
Le reste de la littérature comme on les aime à la Commission européenne n’est que faux semblant et hypocrisie, comme l’ont d’ailleurs compris les citoyens européens qui ne se sentent plus concernés par cette Europe là.

Sans titre.jpg


Victor Hugo en sait quelque chose de la duplicité des gouvernements belges. Réfugié à Bruxelles à la suite de la prise de pouvoir de Napoléon III, Après un court passage en Belgique, se sentant menacé par la politique du premier ministre belge, Charles Rogier (1851), il est obligé de s’enfuir à Guernesey, « lire les Proscrits du 2 décembre ».
On voit bien que le sens de l’hospitalité n’est pas le fort de nos gouvernements. C’est qu’on a pris très vite le pli d’abdiquer en rase campagne, et ce n’est pas Léopold III qui dirait le contraire. Nos hommes d’États ne paraissent grands que pour les imbéciles qui les élisent. Ils ont en général toujours fait profil bas face à l’Allemagne ou la France, pourquoi pas l’Espagne aujourd’hui ?
En résumé, que Puigdemont se méfie de la lâcheté légendaire de nos ministres. C’est un conseil désintéressé.
Si Charles Michel se tire d’affaire sans déshonorer le pays, j’en ferais autant pour lui que pour son ami Bart De Wever, j’approuverai sans réserve !
Et pour ces deux là, ne les estimant ni l’un, ni l’autre, j’aurais du mérite !