« septembre 2020 | Accueil

21 octobre 2020

De Wever, dépôt de bilan ?

Bart De Wever serait-il « démodé » aux yeux de son parti ?
Des bruits courent du côté de la métropole selon lesquels, il n’aurait plus la cote d’amour. Même son amie de toujours, la pétulante Lisbeth Homans, n’est plus chaude bouillante.
Les chefs, dans les partis de droite ne sont pas éternels. Ils restent en tête de gondole au prix d’un constant travail de gavage des amis et d’une traque impitoyable des opposants. Le chef est un gagneur, tant que le parti frôle des sommets aux élections, on ajoute une feuille d’or à son front. Malheur, s’il fait un flop, pour régner encore, il doit alors gouverner par la terreur.
D’après des journalistes flamands, la carrière politique de Bart De Wever serait terminée. Après la défaite électorale de 2019, sa tentative de faire participer la N-VA au gouvernement fédéral a échoué. Il n’est plus crédible !
La législature précédente, le MR a pleuré presque à la porte du bureau de Bart, pour que celui-ci reçoive Charles Michel. Le rejeton de la dynastie Gol-Michel est venu la gueule enfarinée, pour l’entraîner dans une aventure qui s’est terminée avant terme pour la N-VA. Bouchez avait reçu une mission du clan Michel : joué un tour de cochon à Bart. Georges-Louis a fait échouer le tandem de Wever-Magnette en se scotchant à Alexander De Croo. Il s’en attribue le mérite, alors que l’idée venait du clan maffieux.
Comme quoi, faire le domestique consciencieux peut vous rapporter plus dans certain cas et moins en d’autres, selon les caprices du vieux Louis Michel. Celui qui n’a pas été récompensé pour sa fidélité et son obéissance, c’est le petit Chastel, président croupion au MR, pour finir obscur député à l’Union Européenne, poste qu’on attribue, en dernier lieu, à certains vieux militants, pour avoir porter les attachés-caisses sans rouspéter pendant vingt ans.

1action80.jpg

Voilà donc la N-VA évincée, son chef historique contesté et son rival direct le Vlaams Belang montant en flèche, actif sur tous les fronts flamands. Dans l’opposition, la N-VA va se faire déborder par le Vlaams Belang. Il faut se rendre à l’évidence, ce dernier est plus vif sur la balle, relance l’esprit combattif du flamingant estudiantin à longue penne, partout où il le peut. Les Flamands sont comme nous, assommés par les contraintes de la Covid-19. Ils ont tendance à se défouler sur ces fainéants de francophones qui contaminent les bons flamands. C’est tout bénéfice pour le parti de DE Winter qui en remet une couche quand il peut.
Vu l’ambiance délétère, des années de vaches maigres attendent la N-VA. À moins que…
Theo Francken soit le sauveur du parti, le nouveau prophète !
Il est plus populaire en Flandre que Bart De Wever. Il a tous les atouts en main. « Voilà plusieurs années qu’il fait le tour de toutes les salles paroissiales ; il connaît le ban et l’arrière-ban du parti ; son score en voix de préférence reste impressionnant, et depuis quelque temps, il surprend tout le monde par une certaine apparence de grandeur. Alors que son président bousillait une énième tentative de coalition, il se tenait à carreau sur Twitter, allant jusqu’à féliciter son meilleur ennemi Kristof Calvo (Groen) au parlement, lorsque celui-ci transforma avec élégance son humiliation en un chant de louange au nouveau gouvernement. » (Dare-dare magazine)
On sent pointer l’outsider, tandis que son président s’étouffait de rage au micro de la BRT de ne pas avoir pu former un gouvernement avec « son ami » Magnette.
Un parti de droite ne fonctionne qu’avec le système du chef qui n’a de compte à rendre à personne. Le MR est aussi un parti de droite, avec habileté, son vieux chef a pu le transmettre par droit d’aînesse à son fils, Charles, grâce à un système maffieux d’affiliés fidèles récompensés.
De Wever n’a sans doute pas assez « donné » à ses amis qui sont devenus ses concurrents.
Le président de la N-VA est tout à fait capable de comprendre un putsch. Quand on ose conseiller à Kris Peeters (CD&V) de sauver l’honneur en se tranchant les veines du poignet, on doit pouvoir accepter un coup de poignard dans le dos : tout ce qu’il lui resterait à faire serait de dire dans un souffle « tu quoque mi fili » en pensant à Theo.
Reste à savoir comment Francken va s’y prendre et si même il a le cran.
Au PS, on carbure autrement. Le bureau est une prélature régie par un pape. C’est ce dernier qui décide de quitter le pouvoir. Le bureau du parti se contente d’entériné la décision à l’unanimité, comme ce fut le cas pour Magnette, dauphin de la vieille cocotte.
Que des cinglés du mahométisme militant s’en viennent venger pour on ne sait quelle offense leur prophète, en faisant couler le sang flamand, on verrait celui de Theo Francken ne faire qu’un tour et peut-être bousculer le chef historique et prendre sa place, en profitant de l’occasion.

20 octobre 2020

Virginity Love s’exorcise.

Covid nous ramène à l’an zéro de la communication. On n’entend parler que de lui. À croire qu’il ne se passait rien. Les pauvres vivaient dans un paradis libéral, sans le savoir !
La crise avant Covid s’annonçait violente. Elle est remplacé par une autre, qui est la même sous un autre aspect. C’est comme si Colomb, découvrant l’Amérique, se croyait en Inde.
Un gouvernement de raccroc aussi insipide que l’eau distillée, gouttelette après gouttelette, a débuté une stalagmite de plus dans l’usine à gaz. La Belgique est la risée de ses voisins, comme l’Europe, du monde. Nos politiques se ventilent à l’aide des respirateurs Covid !
On ne s’intéresse plus qu’au confinement ! Ce n’est plus la peine de préciser lequel, ni en raison de quel danger ? C’est bien simple, il n’y en a plus que pour lui et, écrivant cela, il est inutile de le désigner davantage.
On a gagné une peur diffuse qui entraîne des milliers de gens vers des problèmes psychiques, des déprimes, des suicides, des faillites en cascades, des nouveaux pauvres par milliers et des désordres dans les finances publiques. Le manque d’empathie des autorités à l’égard des chômeurs, des malades, des vieux, saute aux yeux. Il n’est pas dit que le personnel hospitalier voie le moindre argent de ce que De Croo lui a promis.
La population est divisée : les partisans des mesures prophylactiques et les enthousiastes pour les fermetures de certains lieux publics contre ceux qui pensent qu’on ferme à tort et à travers. Les antis et les pro-masques s’affrontent sur le danger de notre ennemi lilliputien, tandis que les entreprises où se côtoient des ouvriers et des employés, qui ne peuvent faire du télétravail, poursuivent gaillardement la contamination et leurs clusters.

1aaction58.jpg

Les milliards dispersés pour faire face à la chose, nous fait quand même revenir à la réalité. D’où ils sortent les biftons à zéro % d’intérêt, comment il va falloir rembourser, à qui profite cette manne providentielle et pourquoi on n’a pas pu faire ça, pour éviter le surcroît de misère provoqué du temps des gouvernements d’austérité Di Rupo et Charles Michel ?
Ces questions, on ne les pose même pas.
Dans l’immédiat, on devrait réfléchir à une affaire qui risque de changer nos vies dans bien des domaines : celle du retrait de l’Angleterre du marché européen, qui va nous entraîner dans de possibles luttes commerciales. Il va sans dire que nous sommes en première ligne en tant que consommateurs !
Et c’est pour dans deux mois !
Aucune signe nulle part, ni commentaire, non pas d’un Deborsu tout à fait gagné à la cause épidémiologique, mais des journalistes sérieux… il en reste encore.
Est-ce que cet âne bâté de Charles, président de l’Europe, a bien fait de renvoyer la patate chaude à Boris Johnson en déclarant « qu’il revenait à Londres de faire des compromis pour éviter un no deal » ?
Car au train où c’est parti, la guéguerre économique avec l’avalanche des frais de douane et les taxes à l’importation de produits hors de la zone de commerce des 27, va drôlement saler nos portemonnaies.
Parler de ce qui va se passer dans deux mois, si ça continue à bloquer, revient presque à parler d’un ovni. Je ne suis pas sûr qu’on aille distraire dix lignes de la grande affaire du covid pour un sujet qui semble être passé complètement à la trappe.
Ceci est un exemple qui montre à quel point notre désintérêt pour toute autre histoire de la pandémie est dramatique.
Il est même fort possible, au point où nous en sommes, que nous nous trouverions complètement déphasé dans un monde inconnu, si un jour nous sortions de notre grand tourment, un monde tellement changé que ce serait peine perdue de le comprendre.
Il n'y aura pas d'accord sur la future relation entre Londres et Bruxelles après la sortie du Royaume-Uni le 1er janvier. L’Arménie n’existera peut-être plus en tant que Nation bouffée par Erdogan et l’islamisme. Le Liban n’aura pas viré les corrompus et la mafia intégriste qui prospère à la frontière Syrienne. Tel-Aviv se sera goinfré de nouveaux bouts de la Palestine. La Chine nous aura piqué quelques nouvelles entreprises de pointe. L’Europe se sera vassalisée davantage à l’administration américaine.
Qu’est-ce que cela à côté d’un couvre-feu, insuffisant pour les uns, détruisant nos dernières libertés pour les autres, nous ramenant à celui de la Wehrmacht en 40 ?

19 octobre 2020

Basse-cour à RTL, la ferme aux cons !

On n’a jamais vu Deborsu passer deux heures d’antenne sur un seul sujet. Cette fois, il a dépassé les limites de l’écœurement. Tout sur la Covid-19, c’est fort de café. Mais comme il n’a pu s’empêcher de faire parler son cœur libéral, le ton général avait quand même l’imprégnation bleue qui fait que même une tempête (tsunami pour Vandenbroucke) avait la tendance « cintré » d’un veston de Georges-Louis Bouchez. J’imagine l’assidu téléphage du dimanche, la mine plombée en imitation de celle du présentateur, en deuil par avance ! Pour la relève du moral du Belge moyen, Deborsu, employé des Pompes funèbres, a fait fort.
En soutien aux cordons du poêle, des images bien senties des experts, des étudiants, des infirmières, des syndicalistes, des grands professionnels de la politique. Celle de Di Rupo me reste à l’esprit, fardé sous la perruque comme Madame de Pompadour, nous dire d’une voix contrite, que les hôpitaux saturent et qu’on est presque déjà à sélectionner ceux d’entre nous qui méritent de vivre et ceux qui ne le méritent pas. Des malveillants pouvaient se dire, vu son état de décrépitude, que la vieille nounou des Wallons au moindre toussotement se verrait embarquée dans le fourgon spécial depuis la « maison de repos troisième âge », directement à la morgue pour ses derniers hoquets, avant qu’on ne referme le tiroir d’aluminium de l’autopsie. Oh ! qu’ils sont naïfs, ces malveillants !
Si Covid-19 s’invitait à la présidence de la Région, croyez-vous vraiment qu’on ne trouverait pas quand même un lit, un respirateur, deux ou trois infirmières et un médecin en permanence auprès du grand Wallon et même pour Borsus, Crucke et consort, jusqu’au portier du ministère ?
Mais quelle émission à ficher le moral de tout le monde par terre !
À la prestation de Frank Vandenbroucke, j’ai lâché prise. Avant, j’avais eu Prévôt en phase d’opposant constructif, venu pour relancer Catherine Fonck, cheffe du groupe CDH.
Les marchands de corde à pendre vont faire des affaires la semaine prochaine.

1action77.jpg

Et j’ai zappé, lâchement. Pas tout à fait, juste pour, en apnée, replonger quelques secondes sur la face ironique de Paul Magnette, sans doute bien content d’avoir donné son aval au gouvernement le plus calamiteux que l’on ait eu depuis ces vingt-cinq dernières années.
J’ai zappé sur une chaîne histoire, pour faire courant d’air et disperser les miasmes de cette télévision ectoplasme. Bien m’en a pris. Je suis tombé sur la vie de ce délicieux Bernard Dimey, poète, auteur à chansons, ivrogne magnifique, racontée par ceux qui l’ont connu (mort en 81). Sa compagne artiste-peintre et sa délicieuse et magnifique enfant qui, aujourd’hui a 63 ans, m’ont donné la nostalgie du temps où les artistes étaient de vrais artistes, tellement qu’à leur contact, on devenait plus intelligent.
Je laisse à l’appréciation des dévastés (mot à la mode) du Covid, un poème de Dimey.

Il paraît que je bois, que je bois trop souvent.
J’aime le Juliénas et le Côte-Rôtie
Le Chirouble et l’Brouilly et le Moulin-àVent,
Ces liquides affreux qui vous gâchent la vie,
Il paraît que j’en bois très exagérément,
C’est peut-être pour ça que je perds la mémoire.
Le Pommard, le Morgon et le petit Cahors,
Il paraît qu’à mon âge on a bien tort d’en boire,
Je n’ai plus qu’un moyen pour éviter la mort,
Demain je vais me foutre à l’eau,
Je ne sais pas encore laquelle,
Peut-être bien l’eau de Vittel
Ou la Contrex ou la Badoit.
Pour qu’enfin ma vie soit plus belle,
Je vais me foutre à l’eau pour toi.
Le Muscadet qu’on lèche à sept heure du matin
Avec les plâtriers ou les meneurs de viande,
Ce Traminer d’onze heure que m’offre les putains
Avant que j’aie le temps de passer la commande,
Histoire avant midi de se remettre en train,
Sans parler du whisky, du fin et de la fine
Qu’on écluse la nuit dans les cabarets chics
Avec des créatures échappées des vitrines
Qui vous laissent sans force à l’aurore et sans fric.
Demain je vais me foutre à l’eau.
Dès que j’aurai choisi laquelle
J’irai tout doux m’y fair’ la belle,
Mais ni Contrex ni Badoit,
C’est trop sophistiqué pour moi,
J’en garderai un verr’ pour toi

18 octobre 2020

La vie est belle !

Il ne s’agit pas de la farce de Begnini, mais du chef-d’œuvre de Capra. Oui, la vie est belle et chacun, s’il en a la volonté, peut prendre son destin en main. L’ange de second ordre imaginé en 1946 par le cinéma américain peut se transformer en quelque chose de bien plus puissant, celui du peuple rassemblé qui se secoue et renvoie au néant ce système absurde, incapable de faire depuis six mois quelque chose d’intelligent.
La vie est belle parce que nous sommes au pied d’un mur qui présente des failles par lesquelles on devine un autre paysage, que tout puisse arriver et que l’on se surprenne à imaginer autre chose. Le plus important, c’est de trouver le chemin pour nous y conduire.
Le mur : l’incroyable expansion de ce mur fait des faux arguments, mais implacables, d’un destin d’une économie qui survit par son expansion continue. C’est comme une gangrène qui ronge la planète.
D’abord le constat : un délitement général du système. L’économie libérale ne tient pas le coup devant un virus qui pèse quelques dizaines de fentogrammes * (10-15) ; mais qui nous donne une leçon magistrale de holisme, en se dupliquant des milliards de fois, il fait trembler le monde. Nous sommes 7 milliards 800 millions !
L’avenir immédiat est prodigieusement intéressant et c’est en cela que la vie est belle.
Ce n’est pas en s’inquiétant de savoir comment le système libéral va s’en sortir, mais de poser une autre question, comment nous, allons-nous nous en sortir et ce n’est pas la même chose.
Le SRAS-cov19 a ouvert les façades, montré les intérieurs et nous avons découvert que si nous en sommes là, ce n’est pas l’effet de la fatalité, mais l’ensemble des monstruosités que l’économie libérale perpètre depuis un siècle, sans que nous nous en soyons aperçus jusqu’à aujourd’hui.
C’est l’économie libérale qui a permis à ce poids plume malveillant de nous détruire. D’instinct nous devons nous prémunir contre les deux.
S’occuper du poids plume d’abord ou de celui qui l’a invité ? Cette démocratie baroque complémentaire du système économique, ne peut avoir les réflexes que du commerce de nos peaux dont il est issu. Il n’a pas la capacité de nous sauver du poids plume.
On le voit bien au fil du temps.
Il ne peut que provoquer des dégâts, la misère qui monte, les petits métiers qui disparaissent, l’art dont les métiers, comédiens, chanteurs, bateleurs ne font que des chômeurs ; bientôt des épaves à la rue, mendiants chez qui ? puisque nous serons tous majoritairement pauvres !
La vie est belle parce que nous sommes encore à peu près tous vivants et lucides. Que la curiosité de savoir ce qu’il va se passer nous taraude l’esprit et que nous sommes déjà des millions à pouvoir dire que le petit jeu des crises, yoyo libéral qui fait monter et descendre tour à tour les gens, ballotté entre angoisse du lendemain et repas aux chandelles, c’est fini.

1action73.jpg

C’est fou comme les milliards d’euros sortent des cachettes ! Ces milliards si bien cachés avant et qui auraient pu servir mais qu’on a gardé au secret pour bien nous faire sentir que nous ne les méritions pas, qu’ils n’étaient pas à nous bien que le fruit de notre travail. Balayés les scrupules, les doutes, les austérités. Mais alors, qu’est-ce que Wilmès fichait au budget de l’État quand des chômeurs, des pensionnés, des malades réclamaient quelques euros de plus pour ne pas crever de faim ?
Et voilà que les milliards affluent en cascade ! Pour nos beaux yeux, parce que le capitaliste au cœur dur, se repent ? Non, parce que les riches ont le feu aux fesses de la colère qui monte, c’est ça le secret, les riches prennent peur.
La dette devient une rigolade, la barre des 3 % de déficit, une belle connerie lancée par Fabius il y a longtemps. Dans la partie « sérieuse » de cette prodigalité soudain merveilleuse, le petit doute journalistique « tous ces milliards comment va-t-on les rembourser ? ». Question stupide à laquelle les gouvernements ne peuvent pas répondre, tant ils ont peur qu’en la divulguant, on ne les pende au plus proche réverbère. Ces milliards ne seront jamais remboursés, car ils ne sont le fruit que d’une accumulation des profits conservés par quelques-uns de notre travail et que le capitalisme pour survivre, sacrifiera volontiers ces grands détenteurs de ces immenses fortunes accumulées.
La vie est belle, non ? De savoir que tout ce monde bâti à l’esbroufe, cimenté d’une morale mensongère n’est en réalité qu’une manière de faire bosser presque tout le monde gratuitement. Les couplets de grandeur du travail, de l’amour du devoir accompli, foutaises à mourir de rire pour certains et à mourir de vrai pour d’autres !
-----
*. (Métrologie) (Physique) Unité de mesure de masse du Système international (SI), valant 10−15 gramme ou 10−18 kilogramme, et dont le symbole est fg.

17 octobre 2020

La politique du coucou !..

Les Européens ont eu leur quart d’heure colonial… qui a duré plus d’un siècle.
Staline eut le sien en découpant à sa guise les républiques de l’Union. C’est ainsi qu’il détacha la Crimée de la Russie, que Poutine vient de reprendre sans qu’il ait eu trop à se justifier. Enfin, Staline donna le Haut-Karabakh à l’Azerbaïdjan peuplé majoritairement d’Arménien. À l’époque cela ne prêtait à aucune conséquence, le pouvoir était centralisé à Moscou dans les mains du secrétaire du parti communiste. Mais aujourd’hui que ces républiques sont devenues de vrais États, ce n’est plus la même musique.
Ce conflit aux portes de l’Europe dans lequel sont impliqués la Russie et la Turquie devrait nous inquiéter. L’Europe est majoritairement pour l’Arménie, peuple martyrisé par l’ogre turc.
La spécialité turque est l’agressivité, celle de s’installer chez les autres en les chassant. Plus radicale que celle du coucou qui se contente de pondre ses œufs dans le nid des autres, sans l’occuper.
Originaires d'Asie centrale, ils se sont établis en Anatolie au XI e siècle à travers les conquêtes seldjoukides, faisant progressivement basculer la région d'une terre grecque et chrétienne à une terre turque et musulmane.
Les Arméniens, selon la même technique d’expulsion par la force, ont été victime d’un génocide en 1915 que les Turcs s’obstinent à ne pas reconnaître qui fit 1,5 millions de morts.
La situation actuelle mérite le détour. Seule la Russie soutient l’Arménie en matériel militaire et en forces « spéciales ». La France qui voudrait intervenir au côté de la Russie ne le peut pas, parce que l’Allemagne et les pays de l’Est sont contre toute intervention. Sur le territoire allemand vivent plus d’un millions de turcs.
Les Turcs ont derrière eux le clan sunnite. Allié inattendu, Israël, tout à fait scotché à ses nouveaux alliés, luttant contre les Chiites et l’Iran.
Les choses sont en train de s’envenimer, le cessé le feu négocié par Poutine n’a pas été respecté. L’Azerbaïdjan équipé en armes israéliennes est en offensive en ce moment et mord sur le territoire arménien. Si la Russie s’énerve et passe à la pression supérieure, l’OTAN dont la Turquie est toujours membre pourrait intervenir. Ce serait contre les intérêts de l’Arménie qui a la sympathie des Européens !
On voit le micmac et cela principalement à cause de l’Europe qui est nulle sur le plan militaire et doit rester sous le parapluie américain. Triste chose que 450 millions d’Européens doivent subir, d’autant plus cruelle que l’Europe aurait intérêt à se rapprocher de la Russie, européenne en partie et directement intéressée à tous points de vue, sur le sort du continent qu’elle partage avec nous.
Au lieu de quoi, on plie un genou devant Trump qui fait de l’Europe son punching-ball en alternance avec la Chine. On est embringué dans l’OTAN machine devenue inutile et à présent dangereuse dans les circonstances actuelles.

1acdpa3mm.jpg

Mercredi, l'Azerbaïdjan a annoncé avoir frappé des sites de lancement de missiles sur le territoire arménien. L’Arménie prépare une réplique inédite : missile israélien pour l’Azerbaïdjan, contre missile russe pour l’Arménie !
Le cessez-le-feu n’est pas respecté, pour le cinquième jour consécutif, et malgré les appels appuyés de Moscou comme des Occidentaux.
Poutine et Erdogan appellent à des « efforts solidaires » pour la paix de façon officielle et, de façon officieuse envoient armements et troupes « spéciales » nourrir le conflit. Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan sont des spécialistes de la contre-vérité et du mensonge d’État, « l'urgente nécessité d'efforts solidaires pour mettre fin le plus rapidement au bain de sang » est dans les habitudes du cynique Erdogan .
Outre une crise humanitaire, la crainte de la communauté internationale est de voir ce conflit s'internationaliser, la Turquie étant accusée d'avoir envoyé des combattants pro turcs de Syrie se battre aux côtés des Azerbaïdjanais.
Encore une fois, l’Europe n’est nulle part. C’est un ectoplasme à la Charles Michel, épicier derrière son comptoir, avec Ursula von der Leyen, une VRP qui court après les commandes.
On peut faire le compte. La Covid-19 rebat les cartes. Elle détruit peu à peu le système libéral. Les États se recroquevillent sur eux-mêmes. Bientôt l’Europe sera un boulet. Chaque État pourvoira mieux à son propre destin, d’autant que l’entretien des fonctionnaires et des bâtiments de l’Europe ; ce n’est pas donné !
On va finir par se demander si les Anglais, avec le Brexit, n’on pas eu raison de tout plaquer et faire leur popote eux-mêmes, d’autant qu’en l’assaisonnant, ils savent au moins ce qu’ils mettent dedans, tandis que nous…

16 octobre 2020

Le capitalisme contaminé !

De Croo, libéral né, capitaliste convaincu, met tout son poids dans la bataille, non seulement contre les Rouges, c’est-à-dire la moitié de la Wallonie, mais aussi contre Covid-19. Mais combien donc pèse un virus contre les 68 kilos de l’autre ? A cette question, des chercheurs américains répondent quelques dizaines de fentogrammes (10-15). En effet ces derniers ont au mis au point une balance qui permet de détecter et de peser la masse d’une unique entité virale.
Par contre le poids de la démocratie libérale n’est pas aussi énorme qu’on a bien voulu le croire après la fin de la guerre froide. Il est de plus en plus remis en cause à la suite de l’impéritie en Occident face à une épidémie que le système est incapable de maîtriser.
Wilmès et à présent De Croo sont les agents locaux du libéralisme. Certes, ils ont failli. Pouvaient-ils faire autrement enthousiastes volontaires du système ? Objectivement, c’est bien l’économie à la De Croo qui est à l’origine de la défaite, devant cette crise inédite.
Pourtant l’Occident semblait au sommet avec l’effondrement de l’Union soviétique. La civilisation porteuse de l’économie libérale était sortie victorieuse de la bataille contre le communisme. Avec le ralliement au capitalisme, la Chine semblait renforcer de son poids le rôle définitif d’une généralisation définitive du système.
Reste que la dernière crise économique aggravée de l’épidémie a montré la fragilité du libéralisme. Ses valeurs ébranlées n’apparaissent plus si universelles !
Voyez-vous que même Alexander pourrait devenir ringard, lui qui se dit de pointe !
Le dernier trimestre de 2020 apparaît comme sanglant, morts par le virus et morts économiques des faillites en cascade et de la montée de la pauvreté.
Tout autre système, même le plus moqué du capitalisme aurait pu mieux faire !
L’histoire de l’économie libérale depuis la crise de 2008 a de quoi nous vacciner contre le triomphalisme. Le capitalisme autoritaire contredit l’hypothèse selon laquelle la démocratie libérale serait le meilleur système politique et économique.
Le dernier épisode de l’histoire risque fort de mettre un point final à l’évolution idéologique de l’humanité et à l’universalisation de la démocratie libérale.

1action67.jpg

L’évolution « naturelle » de la société par celle des marchés, depuis Locke et Adam Smith supposait les choses se passer d’elles-mêmes, par la seule action de l’intérêt des hommes livrés à la libre concurrence. Cette profession de foi bourgeoise vient, cet été 2020, d’être l’objet d’un démenti, comme celui d’un fake nidoreux de Donald Trump !
Voici le couac d’une chanson encore apprise dans les écoles « la société réalise pour elle-même presque tout ce qui est attribué à l’Etat. Cet Etat ne doit servir qu’à prendre en charge les quelques cas que la société et la civilisation ne peuvent aisément réaliser ». C’est justement la cause de nos onze mille morts bilan actuel ! Cette doctrine du capitalisme circule dans tous les cours d’univ du pouvoir libéral belge. Elle est aussi responsable de la débandade de l’économie et de la fin des illusions de la droite selon lesquelles l’État se désagrège « naturellement ». Dans un pays qui compte 9 ministres de la santé, quatre États dans l’État, des lois de ségrégation linguistique, avec le fédéral multipliant l’élu à la vitesse du Covid, on peut dire que l’Alexander, pour nous faire croire « ça » devra drôlement se remuer !
C’est-à-dire que les libéraux actuels, quoique prétendant le contraire, sont pris dans un maelstrom d’une telle ampleur qu’ils ne peuvent faire machine arrière. Ils contredisent la théorie du libéralisme, par la nécessité qu’ils ont d’exister. Ils sont en train de mettre au point une oligarchie qui tourne le dos à la fois à la démocratie et au commerce libéral, aboutissant dans un avenir proche à une dictature ne servant que des intérêts particuliers.
Aussi puissant et endurant qu’il soit, le moteur capitaliste de la productivité a échoué. Battu en brèches par la rapacité des dirigeants libéraux et chefs d’entreprises, les conditions naturelles aggravées des prédations dues à l’exigence de la croissance, sorte de pyramide de Ponzi portant sur les ressources naturelles, l’absurdité de la propriété industrielle, etc.
L’Amérique, elle, bascule dans un libéralisme de la méthode Coué, avec ce président complètement irrationnel et malhonnête.
La statue de la liberté n’éclaire plus le monde mais l’obscurcit.
L’ordre libéral fait place au « sauve-qui-peut » et au « chacun pour soi ». C’est presque un retour aux sources, Adam Smith et Alexis de Tocqueville, n’ont jamais dit autre chose. Ce système, dans son effondrement, entraîne un reste de démocratie et la perspective d’une reprise en douceur du pouvoir, par le peuple. Le changement se fera donc par la force ou ne se fera pas, nous rendant maîtres de nous-mêmes ou esclaves du libéralisme voyou.

15 octobre 2020

L’école des cadavres *

C’est une erreur de s’en prendre à des personnages que nous trouvons odieux, sans les entendre, parce que nous ne les voyons pas comme nous, c’est-à-dire pensant autrement. Nous écartons ainsi la possibilité de comprendre pourquoi ces gens sont différents et nous passons à côté de l’occasion de les réfuter par des arguments tirés de leurs propres contradictions.
Croyez bien que je ne partage pas les vues de ceux dont je vais vous proposer l’exemple.
Si le pouvoir accable Dieudonné et Zemmour, afin d’empêcher le premier de jouer la comédie par des moyens illégaux, comme la mise à la fourrière de son bus après en avoir saboté le moteur (venant des autorités, c’est assez curieux cet irrespect des lois) et le second de tenir des propos à la Barrès, ce n’est pas tant pour empêcher des esprits formés de les écouter, que pour empêcher les masses, faciles à convaincre, de les entendre.
Cette façon de faire commence aux libelles antiroyalistes sous Louis XIII, dont les auteurs se font éditer à Amsterdam, pour revenir incognito en France, jusqu’au fameux « Mein Kampf » du fou, interdit puis autorisé, aux ouvrages antijuifs de Louis-Ferdinand Céline encore non montrables aujourd’hui.
La responsabilité est partagée entre le pouvoir et la grande presse qui ne cessent d’infantiliser le citoyen, le croyant incapable de résistance et de réflexion contradictoire.
Les conséquences de cette mise à l’écart de la liberté d’expression sont cruelles pour les courants d’idées « autorisés », car ils passent tous pour avoir une proximité avec le pouvoir ! Cela a pour effet d’accorder une audience accrue à ceux que la société condamne, surtout dans les circonstances actuelles des partis décriés, des hommes politiques soupçonnés d’être les marionnettes du capital et une démocratie à genoux à cause du Covid-19.
Voilà que Zemmour troue le plafond des audiences de CNews, tandis que le racisme-show de Dieudonné survit dans des spectacles semi-clandestins.
On peut se demander si le système des listes noires n’est pas en train de perdre la partie au profit de ce qu’il voulait réduire en cendres ?
Il ne faut pas faire le plaisir de laisser les ennemis de la justice sociale se singulariser en-dehors de la société. L’opinion a horreur qu’on lui cache les choses.

1action61.jpg

Le plus dommageable, ces polémistes n’ont souvent tort qu’à moitié. La plupart du temps, Zemmour met le doigt sur une plaie qui existe réellement. La suite est controversable, car d’un constat que tout le monde fait, il part dans des raisonnements pour aboutir à des conclusions dont les applications seraient nuisibles à l'équilibre social..
Un journal parle d’une “Zemmourisation” de la société ! Et le Huffingtpost de conclure « Si les émissions d’Éric Zemmour, Pascal Praud ou Jean-Marc Morandini séduisent, c’est parce qu’elles sont le miroir de la société actuelle. Une société où les opinions les plus radicales sont mises en avant, quitte à enflammer encore un peu plus les débats. »
Le show-éditorial le plus couru aujourd’hui est en format court sur Twitter avec les débats à la télé qui ne font pas dans la nuance. C’est la prime à la grande gueule.
L’urgence est défavorable à la pensée. On sait bien que le tandem Wilmès-De block est responsable de milliers de morts et qu’Alexander De Croo en reprenant la boutique va sans doute faire mieux d’ici la fin de l’année. Il faut donc savoir mêler l’urgence à l’efficacité d’un contre, d’où la difficulté de l’exercice.
Des personnes refusent le dialogue avec des gens qu’ils décrivent comme des « salauds ». Le public les considère comme des lâches qui se planquent derrière les mots. En réalité, leur souci est de s’abstraire des batailles rangées, black and white, dichotomiques ou l’on ressasse des arguments simplistes.
Si nous voulons en finir avec la société libérale par des actions non-violentes, pour un monde apaisé, nous devons laisser parler ceux qui ne sont pas de notre avis.
---
* Titre d’un pamphlet de Louis-Ferdinand Céline, génie littéraire et parfait salaud dit à chaud une opinion indignée par ouï-dire, car n’ayant pas lu l’œuvre dans son entier.

14 octobre 2020

Tu parles !...

La société libérale a fait le vide autour d’elle. Elle pense pouvoir dominer le monde jusqu’à la fin des temps. Elle se détruit d’elle-même sous le poids de ses propres défauts. Elle croit malin de ne pas en tenir compte. De sorte qu’il est inutile d’essayer un échange sur le sujet avec ses supporters. Ils mourront sur leur Titanic en chantant l’Hymne à la joie, le rôle de Di Caprio sera évidemment repris par Georges-Louis en personne.
Pourtant, s’ils avaient un peu de bon sens, ce serait le moment, de passer au bilan de l’entreprise libérale sur deux colonnes : actif et passif, d’une situation qui tourne à la faillite générale.
Depuis quelques temps, j’ai évité le thème Covid. On n’entend plus parler que de ça. De la télévision à la radio, des réseaux sociaux aux gazettes papier, l’actualité tourne autour de la pandémie. Un accablement triste s’empare des uns, terrifie d’autres. Des sceptiques se découvrent rebelles en vilipendant les masques.
Sans en rajouter, la deuxième vague Covid-19 déjoue les pronostics et donne raison au pessimisme : 136 admissions quotidiennes (+68,4%). Il y a désormais 1.472 patients hospitalisés atteints du Covid-19 dans les hôpitaux belges, 267 aux soins intensifs, 165.880 personnes ont été testées positives et 10.211 sont décédées. Le taux de positivité des tests atteint désormais 11,1% à l'échelle nationale.
Il est temps de faire le bilan politique. Le ratage du gouvernement Wilmès semble complet. Alexander De Croo suit le même parcours. Et toujours le même air entendu, « on est au top, nous n’avons pas commis d’erreurs. »
La question qu’aucun libéral ne pose concerne la mondialisation de l’économie. Rapprochements, décentralisations, mises en concurrence mondiale, les dernières applications de l’économie sont devenues sa raison d’être !
Cette politique devrait être remise en cause. Elle ne l’est pas.
Le principal agent de dissémination du Covid-19, dans le monde, est le transport aérien. Avoir une maison mère au Luxembourg d’une entreprise qui fabrique en Corée ou en Chine, c’est monnaie courante.

1action56.jpg

La question avait été posée et résolue au Moyen-âge par la mise en quarantaine facile des villes, voire même des provinces, pour en revenir à ce qui avait été tenté avec succès il y a cinq siècles pour arrêter ce genre de fléau, mais pour trouver une parade en 2020 à ce qui dévaste tout sur son passage, le libéralisme est dans la tourmente. Comme il semble que cela soit impossible de l’amender, qu’est-ce qu’on fait ?
Les libéraux tiennent un discours qui sonne faux. Ils misent beaucoup sur la découverte d’un vaccin qui éteindrait l’incendie dans les six mois. Qui ne serait pas heureux de ce scénario ?
A-t-on réfléchit de la manière dont le virus s’est répandu, faisant le tour de la planète en moins de trois mois ? Le vaccin efficace contre le Sars-cov19 parfait, on l’espère. Mais les barrières étanches, à dresser entre nous et l’infection par un nouveau virus, ne sont même pas envisagées.
L’économie libérale par ses atteintes à la nature et au climat est en train de faire de la terre un champ d’un seul tenant, un terrain idéal pour un nouveau virus à cause d’une imprudence, croisement incertain des espèces ou insouciance de laboratoire ? Qu’importe, le sujet est suffisamment grave et important. Les libéraux ne veulent pas qu’on soulève le lièvre. La contribution libérale à une résolution tendant à empêcher la récidive est nulle.
Des professionnels de santé aux membres du gouvernement, rares sont ceux à comprendre la façon dont est gérée la crise depuis la rentrée. Alertes ignorées, consultations bâclées, défiance généralisée... « On est en train de créer un problème de nature politique et démocratique qui menace l’avenir du pays ». Tout est exact. Sauf que ce problème de nature politique ne date pas d’hier. C’est celui de l’aveuglement du libéralisme dans la démarche criminelle du MR auquel on peut associer le PS, le CDH et même Écolo qui dénoncent les fléaux, tout en oubliant les causes, et donc ne proposent que des pseudo-remèdes.
Wilmès et De Croo oublient qu’il ne s’agit pas d’« une question de moyens », mais d’« organisation » dans l’immédiat et d’une ouverture sur le sens à donner au travail.
La nouvelle ministre des affaires étrangères, Sophie Wilmès, devrait exiger des ambassadeurs belges, une démarche auprès des pays où ils nous représentent pour ouvrir un débat mondial. Évidemment, il n’en sera rien. Ces libéraux quand même, la tête sur le billot ils n’en démordent pas : « le système est parfait. Il se réforme grâce à l’initiative privé ». Tu parles !...

13 octobre 2020

Bouchez : marxiste ?

L’ex PRL de Jean Gol, ramassé à la va-vite au nez de Didier Reynders par Louis Michel, devient le MR après des tribulations homériques entre le clan Michel et le clan Reynders. Le témoignage accablant de la veuve de Jean Gol achève le portrait d’arriviste sans scrupule de Louis Michel.
Comment ce parti est-il passé du centre-gauche au centre droit ? De la même manière que le tandem Perrin-Gol, accoucheurs du parti, était allé du marxisme au centre-gauche. Il suffisait qu’en bon commerçant, Louis Michel poursuive la droitisation et le tour était joué. La physique nous apprend les lois de la dynamique d’un corps lancé par des forces initiales. Le MR verra peut-être aboutir cette pulsion allant du centre droit à l’extrême droite, voire au fascisme, rattrapant déjà l’Open-vld d’Alexander De Croo sous cette dernière législature, dont le parti était un peu plus à droite que le MR, pour finalement le dépasser et mourir – si cela se confirme d’ici quatre ans – dans les bras du nouvel Adolphe, Georges-Louis Bouchez.
Bien entendu, les électeurs qui ont eu l’imprudence de voter MR n’en ont rien vu, mais une partie même des élus, dont probablement Sabine Laruelle et Christine Defraigne ne s’en est rendu compte que tout récemment.
Ce n’est pas nouveau, pas plus que le MR, le PS ne respecte ses électeurs depuis longtemps. La supercherie des deux alliés de toujours tient entre le décalage du programme électoral, c’est-à-dire ce pourquoi les électeurs se déterminent, et le résultat quand ils sont aux affaires, parfois à l’opposé du programme, dans des termes récusés dans les meetings préélectoraux et en collaboration avec des partis, qu’il était exclu d’inscrire sur la liste des alliances possibles.
Bouchez fait mieux que ses prédécesseurs pour l’évolution du MR vers l’extrême-droite. Il a littéralement caporalisé ce parti. Le petit caporal, c’est lui !
Très actif, il est partout Georges-Louis. Élu à la tête du MR à 33 ans, il a négocié un accord de gouvernement vissé à l’Open-vld, maintenant les pires mesures des gouvernements libéraux précédents, en même temps qu’il payait sa dette au clan Michel en mettant le pied à l’étrier au petit dernier, Mathieu.

1action37.jpg

Sans rien ne dire à personne, Georges-Louis a estimé que le centre droit, c’était fini et qu’il fallait durcir les objectifs, alors que son challenger à la présidence Denis Ducarme, voulait disputer au PS la prédominance au centre.
Les nominations des trois ministres et du secrétaire d’État attribués au MR et que Georges-Louis va désigner seul et sans consulter personne était la goutte de trop.
Les cadres du parti déjà humiliés par l’arrogance de Charles Michel qui laisse ses instructions et Sophie Wilmès avant de découcher à l’Europe, vont faire payer l’addition à Georges-Louis qu’ils soupçonnent non sans raison d’être avec Wilmès le paquet-cadeau que Charles a laissé dans la corbeille, au moment du départ et du verre de l’amitié.
Il n’y a pire vicieux que des frustrés impuissants qui retrouvent leur virilité. GLB paie avec son individualisme et sa casquette de gardien du musée « Louis Michel », dix ans de michellisation du parti. Face "aux despotes, au népotisme et à ce qui ressemble à un clan de mafieux" dira Sabine Laruelle, dans une interview publiée dans La Libre Belgique de ce 5 octobre 2020.
Le narcissisme de Bouchez n’explique pas à lui seul la fronde du MR. L’Avenue de la Toison d’Or est un champ de batailles où vont devoir s’affronter des clans pas seulement nourris d’ambitions personnelles de pouvoir, mais aussi inquiets de la dérive du libéralisme très controversé de la gestion de la crise du sars-cov19 et du départ en sucette du plan mondial qui fixait à l’économie un terrain universel de concurrence des prix.
Évidemment le plouc qui donne sa voix au libéralisme est fort éloigné de tout cela. On lui explique toujours que le libéral est celui qui défend toutes les libertés contre le rouge qui n’en veut aucune. C’est suffisant pour que du haut de sa misère, il descende de sa mansarde pour donner sa voix à son patron ou à l’MR régional, ce qui est la même chose.
Le moment est donc venu pour une ixième réforme, sauf que les temps sont tellement troublés que ces bourgeois bourgeoisant ne sont même plus sûrs d’être là demain. L’habitude de manger au râtelier de l’État les a figés dans leur position de repus, ils craignent pour leur digestion future. Il leur semble que Georges-Louis Bouchez, comme il est parti, serait tout à fait incapable de revenir aux sources en cas de besoin et de se refaire marxiste comme Jean Gol à son tout premier départ.

12 octobre 2020

Un avenir Bouchez !

Comme écrivit Jules renard « celui qui nous aime et nous admire le mieux, c’est encore celui qui nous connaît le moins. » On connaît de mieux en mieux le président Bouchez. C’est un tort, il gagne beaucoup à ne pas être connu.
Ce dimanche chez Deborsu, libéral affirmé, Bouchez a délivré une parole qui ne s’adresse jamais aux citoyens présents, mais aux citoyens futurs.
Il a présenté des excuses pour la nomination hâtive de Ducarme et l’éviction ratée de Valérie De Bue du gouvernement régional wallon, en se plaçant dans le futur. Il mettait une distance entre le présent et lui, laissant ainsi la responsabilité de l’immédiat à quelqu’un qu’il n’est déjà plus. Question : pourquoi Bouchez serait-il moins gaffeur demain qu’aujourd’hui ?
Il se défend de la nomination de Mathieu Michel aux affaires, à peu près mot pour mot, comme Louis Michel à qui on reprochait déjà d’avoir joué de sa notoriété pour caser son grand dadais de Charles. On pourrait retrouver ce document dans les archives sonores. Sauf que la minute avant, Bouchez se disait face à un dilemme de compression d’emplois, sept ministres MR dans le gouvernement précédent, contre trois avec De Croo. Et il choisit ce moment pour faire venir quelqu’un de l’extérieur ! Deborsu aurait pu quand même lui montrer le paradoxe ! Mais peut-on demander à ce type de faire son métier de journaliste ?
Avec Mathieu aux affaires, chez les Michel, il ne reste plus que le chien sans emploi. On pourrait lui faire suivre une formation de renifleur ou de chien d’aveugle.
Les interviews trottoir de Deborsu ne veulent rien dire, puisqu’elles sont trafiquées après avoir été sélectionnées, aussi n’est-on pas surpris du nombre de passants libéraux. On l’est moins, quand les sélectionnés s’expliquent de leur préférence pour le libéralisme. Ils ne savent pas ce que c’est ! L’autre les impressionne par sa taille, sa perche et son micro, son air faussement surpris par les réponses. Ils perdront une partie du dimanche devant le poste pour s’y voir. Peut-être entendront-ils parler pour la première fois de libéralisme, eux qui se sont dit, deux jours avant, d’accord avec Bouchez !

1action47.jpg

Pourtant le libéralisme s’explique en peu de mots : si l’on veut gagner sa vie, il suffit de travailler. Mais si l’on veut devenir riche, il faut trouver autre chose. Apparemment, le micro trottoir a révélé qu’il y avait plus de libéraux modestes que des libéraux qui ont réussi, ce qui quand même montre l’échec du libéralisme, puisque son but c’est l’enrichissement !
Saint-Simon dans ses Mémoires fait un portrait prémonitoire de Georges-Louis Bouchez « Son esprit, toujours géomètre, l’égarait par règle dès qu’il partait d’un principe faux, et, comme il avait une facilité extrême et beaucoup de grâce naturelle à s’exprimer, il éblouissait et emportait lors-même qu’il s’égarait le plus, après s’être ébloui lui-même et persuadé qu’il avait raison ».
Ces personnages du système jamais renouvelés ou à peine, dont Bouchez fait partie, sont les acteurs d’une démocratie qui n’a jamais dépassé l’état d’ébauche. Cette société n’a pas de chance. En ces moments tragiques, elle aurait dû compter sur de grands caractères, alors que des médiocres l’entraînent vers le bas.
La religion ne peut même plus les tirer d’affaire en imposant uniformément ses propres voies pour immuniser le peuple contre la dureté des temps, puisque les croyants sont devenus tellement minoritaires que les bourgeois ont dû suppléer à l’esprit de sacrifice, par des lois sur l’austérité.
Si les mariages font les cocus et les nations des imbéciles, on se marie de moins en moins et le consumérisme a remplacé le patriotisme. Si la parade est efficace dans le premier cas, le consumérisme n’a pas rendu les gens plus intelligents dans le second.
Avec Georges-Louis Bouchez, Deborsu manipulateur de trottoirs et le peuple n’y comprenant goutte, comment voulez que nous nous en sortions honorablement ?
Bouchez n’aura fait que présenter les choses enfermé dans ses certitudes libérales conservatrices. Cette société est bien trop mal dirigée pour qu’elle perdure encore longtemps.
Elle est en phase finale. Que fait-on : un gouvernement De Croo sur des bases tellement convenues que ce n’est même pas la peine de les réfuter. Une majorité fatiguée s’y est ralliée. À quoi bon apporter une contradiction, tout cela est beaucoup trop avancé, l’affaire est pliée. Comment avoir un dialogue dans cette Belgique confuse et déraisonnables ?
Je ne suis même pas sûr que les curieux aillent au bout de cette chronique !

11 octobre 2020

La grande affaire des cabinets

Le gouvernement De Croo n’aura jamais fait autant prospérer les personnels de cabinet ! Charles Michel avait déjà mis le curseur très haut. Il ne comptait pas moins de 650 cabinettards. Leur nombre n’est pas définitif chez Alexander. Mais il pourrait être supérieur, avec le petit nouveau Mathieu Michel. On parle de huit cents cabinettards !
Le cabinettard est un attaché de cabinet ministériel. Il est nommé sans aucun autre préalable et examen que du seul ministre, pour faire partie du staff du ministère.
Vous avez compris le système. Ces cabinettards sont puisés dans les réserves de « compétences » du parti d’origine du ministre. Ils viennent de toutes les disciplines. Seul point commun, ils sont encartés au parti, issus d’un réseau ou font partie d’un courant, parfois celui du ministre lui-même.
Comme les cabinets sont éphémères, ce ne serait pas avantageux pour un cabinettard de quitter une fonction du privé. Dans la fonction publique, c’est au contraire une distinction qui peut valoir une promotion au retour obligatoire de l’enfant prodigue (on a envie d’écrire prodige) dans sa fonction originelle.
En accord avec le ministre, dès qu’un cabinettard entre en fonction, il cherche un point de chute pour la fin du ministère de son patron. C’est sa première mission. Comme il est aux affaires, il n’a pas trop difficile de trouver une place avantageuse qu’on lui conservera bien au chaud, pour son retour à d’autres activités.
Ce ne serait qu’un poids de fonctionnaires de plus sur nos impôts, si ces cabinettards n’avaient en main tous les dossiers, les traitant parfois à l’insu du ministre trop occupé à se faire valoir dans les salons et les inaugurations.
Si bien que cette fichue démocratie est en réalité dirigée par des gens que l’on connaît à peine, sinon parfaitement inconnus. Ce sont les véritables décideurs du système. Ils ne sont redevables que du seul ministre, qui peut leur couper la tête à chaque instant.

1action44.jpg

On ne soulignera jamais assez que ces employés de haut vol ne sont ni élus, ni responsables politiquement. C’est une curiosité antidémocratique qui perdure depuis le début de la démocratie. Le citoyen ignore presque toujours l’incongruité de cette organisation.
Installés aux avant-postes du processus décisionnel, ils ne sont pas directement « contrôlés » par le ministre, mais par son chef de cabinet, le vrai boss.
Dans la Quatre-Fromages, ils sont huit chefs de cabinet à prendre en main le sort de la Belgique, sans même que nous ne nous en doutions.
À peine nommé, c’est le premier travail du ministre. Il s’empresse de nommer son chef de cabinet, celui-ci engage au plus vite conseillers, techniciens, secrétaires, experts en communication, informaticiens, huissiers, cuistots et chauffeurs. Les seuls qu’il ne nomme pas, sont les jardiniers et les domestiques, si les assises du ministère ont lieu dans des bâtiments classés ou faisant partie tout simplement de la régie des bâtiments.
Bien entendu, le chef de cabinet accepte les yeux fermés ceux que le ministre désigne comme cabinettards incontournables, cousins éloignés, compères de parti, personnes qui pourraient être utiles avant et après que le ministre ait été titulaire du maroquin.
Huit cents postes à pourvoir, vous voyez d’ici la curée en ces temps de vaches maigres !
Il faut gratter les fonds d’archive des gazettes pour trouver des éditoriaux critiques à l’égard de ces cabinets surpeuplés. On l’aura compris, ce n’est pas le moment de critiquer les mauvaises habitudes d’un régime qui en a tant !
Les partis avides de places sont évidemment ceux qui ont été écartés du pouvoir pendant longtemps. Les écologistes flamands, l’ont été depuis 17 ans. Vous voyez d’ici la fringale. Question emplois pour les copains, le PS sait y faire. Il a son fameux Institut Émile Vandervelde, centre d’études du parti, puits sans fond de candidats cabinettards.
Du côté de l’Open VLD, du CD&V et du MR, l’heure est avant tout à la redistribution des cartes et au déblaiement. L’Open VLD et le CD&V conservent autant de cabinets que sous le gouvernement Michel. Le MR passe de sept à trois éminences. Sophie Wilmès reprend un type du nom de Gérard Duffy que le grand chauve lui avait refilé quand elle était première ministre. Mais la montée au gouvernement du frère de Charles, Mathieu Michel, va sans doute permettre à la famille de caser des cabinettards issus du système de clientélisme mis au point au temps où les Michel étaient en guerre ouverte contre Reynders.
Comme on le voit, les chefs de cabinet de l’usine à gaz sont déjà en bleu de travail. La Belgique Joyeuse d’autrefois repeinte en bleu, devient par effet de mirage, la Belgique moderne. Plus ils sont nombreux à nous cornaquer, plus on va déguster.

10 octobre 2020

Des gens peu respectables

Le public supporte de plus en plus mal les personnalités du pouvoir. Ceux-ci ont tendance à rendre responsables les électeurs de leurs échecs. Cela a commencé à la crise de 2008. C’est toujours le même scénario en 2020. Reynders sauva les banques de la faillite et la bourgeoisie d’affaire. La contrepartie fut l’austérité pour les gens et l’augmentation vertigineuse de la dette de l’État.
En 2020, pour sauver à nouveau les banques et la bourgeoisie d’affaire, on instaure une sorte de couvre-feu, sinon de ralentissement de la vie associative pour lutter contre le sars-cov19 ; mais on laisse les entreprises faire du n’importe quoi, soi-disant pour sauver l’emploi.
On use du même argument que celui de Reynders en 2008. Le gouvernement de Croo poursuit la politique du premier ministre d’alors, Herman Van Rompuy.
Les dix années d’austérité ont profité à la bourgeoisie au détriment des travailleurs. Cela n’a servi à rien, puisque la dette publique, motif de l’austérité, n’a cessé d’augmenter. On nous a vendu le danger de son accroissement pour nous imposer l’austérité. C’était une chimère, puisque la dette augmente plus que jamais et que ça n’inquiète plus tellement le gouvernement qui emprunte plus que jamais par milliards. Le discours sur l’austérité reste le même, alors qu’on sait qu’elle n’a aucune incidence sur la dette, dans les perspectives actuelles.
Ces quinze derniers jours, ils ont monté un bluff extraordinaire à propos des 1.500 € net de pension, pour faire croire que la Vivaldi allait faire des réformes, en commençant par réparer des injustices. Alexander installé, rien n’est décidé. Ce qui avait été annoncé ne l’avait été que pour faire taire les gens !
C’est ce genre d’appât et de faux calcul que le public déteste.
Que « l’haut lieu » se méfie de ses petites bassesses, si on venait à en accuser le capitalisme !
Quand on y réfléchit, la dégradation de l’environnement est intimement liée à la crise sociale dans le monde. Même l’épidémie due à la Covid-19 n’aurait pas eu lieu sans ce délire qu’est le néolibéralisme extracontinental ! Ceux qui détiennent les leviers politiques et financiers sont les promoteurs d’un modèle de consommation à outrance, dévastateur pour la planète.
Que ceux du haut de l’échelle misent sur la décroissance, et l’effet d’entraînement est assuré. La préservation de la terre passerait par plus d’égalité, en même temps par moins de gaspillage et une meilleure répartition des ressources.

1action38.jpg

C’est justement de cela dont le libéralisme ne veut pas. Tout infime soit-il dans cette organisation mondiale, Alexander De Croo fait partie de cette machine infernale.
Désormais, nous nous heurtons à des phénomènes naturels majeurs que nous ne maîtrisons pas et que dans notre volonté de croissance nous croyons asservir impunément.
Nous allons vers une crise écologique majeure, le sachant ! Et que faisons-nous ? Nous applaudissons aux discours de ces menteurs pathologiques du MR et du PS qui sont déterminés à ne pas sortir du parcours libéral classique.
Pourquoi de Croo ne s’informe-t-il pas de la possibilité d’une autre politique qui permettrait au moins d’éviter l’accélération de la crise écologique ? Après la Covid-19 pas encore maîtrisée, dans un monde devenu un mouchoir de poche par les avions gros-porteurs, un autre virus pourrait s’associer à d’autres mammifères pour nous infecter d’avantage.
C’est la question capitale. Les rapports de pouvoir bloquent les politiques nécessaires. La démocratie par délégation est bancroche. La confiscation du pouvoir, de génération en génération par des familles, crée une oligarchie de fait de façon pérenne.
On pourrait chipoter sur le ton des chroniques Richard3, le trouver vulgaire, outré par excès de propos poubelles. « L’élite » jette ces fatras avec délice dans la grande décharge de l’opinion publique des réseaux sociaux Twitter ou Facebook.
Mais le dégoût est réciproque. Le chroniqueur a le même mépris et le même raisonnement pour la voyoucratie des hauts perchés. On ne peut traiter avec respect ceux qui ne sont pas respectables.
Le patriotisme intéressé m’outrage. Ils sont les artisans d’un crime à l’échelon de la Belgique, mais aussi de la planète. Ils devraient partager la cellule d’un Dutroux, par leur participation active au génocide mondial, tant ils surpassent par l’horreur au nombre de victimes, les plus infâmes crapules.

9 octobre 2020

USA of Belgium !

Sacré Trump ! Il pouvait passer le reste de ses jours à jouer au golf, trousser tous les jupons consentants ou non, rouler ses associés, jouer les patriarches irascibles, s’envoyer des putes, tricher sur sa déclaration d’impôt, se payer des caprices, renvoyer des domestiques, faire pleurer des stagiaires qui tondent ses greens. Eh ! bien non, cette liberté là est bien inférieure à son amour de la gloire, sa posture de président magnifique, sa crinière léonine flottant par vent contraire, tandis qu’il feint de se recueillir aux sons martiaux du Stars and Stripes !
Il s’est donc battu comme un beau diable pour avoir le droit de poser ses grosses fesses sur le fauteuil du célèbre bureau de la pièce ovale, d’où de son énorme signature d’illettré important, il fait semblant de se dévouer à la cause de la noble Amérique !
Tu parles… Tandis que Poutine amusé, se délecte parfois des photos de la belle Natacha de l’ex KGB, en train de faire une turlute à l’industriel, pas encore président, dans un hôtel de Moscou, que Mélania supporte son mastodonte mal embouché avec la résignation d’une ancienne gagneuse qui s’est vendue au plus offrant, que le public attend toujours la déclaration d’impôt sur la fortune de son président, qu’un lexicologue s’est amusé de compter les mots du vocabulaire de Donald sur les tweets qu’il envoie par dizaines à ses supporters énamourés le plaçant au niveau d’une cinquième primaire, qu’il ne voit pas le ridicule dans lequel il s’enfonce dans son combat donquichottesque contre la Covid-19, que son débat devant les Américains contre Joe Biden s’est soldé par une volée d’insultes rabaissant la fonction, que c’est un bordel pas croyable dans les papiers à la Maison Blanche avec ses foucades et ses licenciement sur le champ à l’américaine de la plupart de ses collaborateurs sans autre raison que son bon plaisir, qu’à cause de lui, la politique extérieure de l’Amérique est incompréhensible, que Kim Jong-Un s’est fichu de sa gueule et que la Corée du Nord a la bombe atomique et les vecteurs qui vont avec.
C’est son droit d’être jouisseur, comme tous les riches le sont. Son erreur, c’est de croire qu’il peut aussi passer pour quelqu’un de bien, de grand, de juste. C’est dire son mauvais jugement et la dangerosité de ce type à la tête de la nation possédant la plus grande armée nucléarisée.
On va procéder dans un mois à une élection bizarroïde qui consiste à renouveler la catastrophe que représente Trump pour faire définitivement des USA une terre infréquentable.
Le monde stupéfait va assister à l’ultime duel de deux vieillards différents en tout, sauf de l’ambition qui les ronge l’un et l’autre.
Le résultat des urnes dans cette bizarre démocratie est indifférent à la nomination du grand chef blanc. Les grands électeurs priment sur 100 millions de bulletins et la cour suprême est au-dessus des grands électeurs.
Dans l’indécence d’une nomination mettant les Républicains à six contre trois pour les Démocrates, la juge républicaine qui si elle est élue avant les résultats du scrutin, mettra à l’abri d’une défaite électorale, le milliardaire new-yorkais.
Ce sera donc une nouvelle tranche de quatre ans de trucages, de mensonges et de coups de poker, de ce Trump hallucinant.
Les Européens sont à la fois indignés et fascinés par le personnage.

1a6ms.jpg

Les bourgeois belges l’adorent. Alexander De Croo ne jure que par lui. Mathieu Michel – dorénavant il faudra toujours passer par lui pour sentir le pouls de la droite qui réussit – est subjugué par la carrure de Trump. Il a intégré que l’on peut être un veau et faire une brillante carrière politique. Il suffit de se faire aimer par une forte minorité de façon très simple : trouver un juste amalgame de toutes les conneries qu’on écrit sur Facebook, prendre la crème du pot et rajouter un peu de sauce piquante. Ainsi, on se fait à bon compte une clientèle fidèle.
Si en plus on est d’une dynastie de gagnants, à défaut d’être un requin de l’immobilier comme Trump, en s’appuyant sur un frère illustre et son dab machiavélique, on peut briguer sans problème les plus hauts postes, même sans avoir aucune compétence en rien.
Mathieu, comme Trump a compris que la force de son clan peut tout sur le papillonnant Bouchez, avec ou sans dessous de table ou « service pour service » comme a dit Sabine Laruelle à Profondval l’autre dimanche, en parlant des maffieux.
Avec ce portrait mixte de Donald Trump et des américanolâtres de ce fichu royaume, vous savez tout par la même occasion de la politique belge. Si Trump le leur demandait, Alexander, Mathieu et Georges-Louis iraient embrasser Kim Jong-Un sur la bouche… et avec la langue !
Car, ce qu’on sait moins, en Belgique nos têtes de gondole sont aussi gaffeurs, menteurs, ambitieux, magouilleurs, maffiosi que Trump, sauf qu’ils sont un chouia plus intelligents, ce qui pourrait signifier qu’ils dépasseraient leur modèle.

8 octobre 2020

Qu’on revote !

Pour une fois, bien d’accord avec les médias européens attachés à décrire Donald Trump porte-drapeau d’une Amérique déboussolée, complètement larguée sur le plan intellectuel et vivant dans l’illusion du suprématisme blanc. Mais il s’agit de la presque moitié du peuple américain, alors qu’on sait à peine ce que veut l’autre moitié ! La qualité du modèle de démocratie, exportée des USA dans le monde, est en jeu !
On va très rapidement quitter les USA sur le dernier show du président partant et revenant en trois jours de l’hôpital militaire de Washington à bord de son gros hélicoptère, pour faire les onze kilomètres qui le séparent de la Maison Blanche. On le laissera au balcon adressant un message aux électeurs, bronzé artificiellement, soigneusement maquillé, preuve vivante que la Covid-19 ne résiste pas aux gagneurs dont il est le symbole.
Cette démocratie, qui a servi longtemps de modèle à la nôtre, n’est plus crédible. Ce que récuse la bourgeoisie libérale belge toujours idolâtre !

1action11.jpg

Le récent accord mettant Alexander De Croo à la tête du gouvernement n’est rien d’autre que l’expression de cette idolâtrie, à laquelle les partis de la Quatre-Fromages nous ont voués.
Ce n’est pas que ces gens n’aient rien compris au virage à prendre nécessaire, mais ils ne le peuvent pas ! Trop d’intérêts privés belges vont se ramifiant depuis l’Union Européenne, vers des producteurs aux antipodes. Le plus mal placé est Alexander De Croo, à la tête d’une solide fortune avec son père Hermann, héritier des pratiques de cette désappropriation industrielle belge pour des pays aux lois sociales inexistantes.
La méfiance envers l'élite politico-administrative de ce pays est fondée. La Quatre-Fromages est dans l'incapacité de redresser la barre. La responsabilité du peuple, diluée à l’extrême par un système de délégation des pouvoirs, ne correspond plus à une démocratie de progrès, mais à une mise sous-tutelle des gens par des types qui savent mieux que tout le monde et qui, en définitive, n’en savent pas plus que ça !
Voilà dix mois que la Belgique est touchée par la Covid-19. La communauté scientifique, les dirigeants politiques et les médias ont d'abord minimisé la gravité de celle-ci. Le port du masque n'était pas obligatoire pour la population et n'était réservé qu'au personnel de santé, à l’époque où Maggie De Block avait détruit les stocks et avait omis d’en recommander. L’affaire tournant à la catastrophe, le pays étant toujours sous la coupe des libéraux, force fut de parler d'urgence sanitaire. A partir de là, une situation confuse, entre les personnels scientifiques et les 9 ministres de la santé, fit le buzz. Cela dure toujours au 8 octobre 2020.
L’industrie remplacée par une société de service, l’économie est inadaptée à la crise sanitaire. L’économie allait déjà très mal et s’approchait d’une crise supérieure à l’effondrement de 2008. L’épidémie n’a fait que précipiter les choses. Ce que nous aurions mis cinq ans à comprendre, les événements sanitaires nous l’ont appris en quelques mois. Ce type d’économie nous fichera en l’air aussi sûrement que les dirigeants croient le contraire. Alexander De Croo au pouvoir avec d’autres de son espèce avant lui, contribuent à la situation actuelle !
Beaucoup d’entreprises ne survivront pas à 2021, victimes des erreurs de la bourgeoisie et cela en dépit des mesures, dont on va nous rebattre les oreilles comme étant les meilleures. Tout le monde sait qu’elles seront loin de suffire.
L’estimation du chômage se situent au-delà du pire qu’on a pu estimer. Il pourrait s’établir à la moyenne effrayante de 15 %, déjà atteinte dans certaines communes du Hainaut.
La mutation urgente de notre démocratie est nécessaire. Nous devons rapatrier le tissu industriel perdu, les brevets et les innovations que nous avons laissé filer ailleurs.
Les pannes d’un an et davantage après chaque élection ne permettent plus de conduire des politiques cohérentes à long terme. L’innovation est impossible avec les apparatchiks des partis qui, sans surprise, ne mènent que des politiques libérales classiques.
Le manque d'audace et de proximité avec le peuple fait le reste. La formation de l’élite est à l'origine du manque d'efficacité de la décision publique : les fils de, avec la dernière nomination d’Edouard Michel, les écoles supérieures distillant le même langage et la même politique, la flopée d’avocats délaissant le barreau pour la politique, à seule fin d’arrondir leurs fins de mois, aboutissent à la situation que nous ne connaissons que trop !.
Tout le système d'apprentissage universitaire est à repenser. Il faut faire du neuf. Que nous refile-t-on ? des gens qui ont l’apparence de la jeunesse et qui pensent comme Adam Smith !

7 octobre 2020

Sarko bis-Bouchez en sursis !

Le Château-Ferme de Profondval, à Court-Saint-Etienne, a retenti ce lundi soir des cris et des vociférations d’une soixantaine d’adjudant-chef du MR, lors d’une séance de training-explication, mettant sur la sellette le président Bouchez !
Enfin, se dit l’opinion publique, toujours naïve, voilà des gens qui débattent des nombreux problèmes de ce pays. Ces « héros » du bien-être général auront certainement évoqué le bilan désastreux de Wilmès, l’augmentation des inégalités sociales, l’enrichissement des hautes classes bourgeoises et politiques de ce pays. Ils vont reconnaître que l’engeance politique prospère et se multiplie, que la Quatre-Fromages, qu’Alexander-le-petit vient de sortir du four, sera bien la dernière. À la leçon de l’épidémie, nous savons que demain ne sera plus jamais pareil, disent les gens que les MR entendent de leurs fenêtres.
Eh ! bien, vous auriez tout faux !
C’était une réunion de furieux, outrés que Georges-Louis Bouchez ne les ait pas nommés à de hautes fonctions au gouvernement de Croo !
Georges-Louis… on lui a craché dessus. Il a vacillé. Son égo survécut à l’outrage de ces nains. Demain, César pourrait couper quelques têtes !
Le tribun n’avait qu’une seule crainte, que l’on insiste au point de remette en cause le secrétariat d’État de son cher Edouard Michel. Dans son traité avec les Michel, GLB avait garanti la promotion d’Édouard. Un ministère !... le document doit être à l’abri dans un coffre.
Les furieux de Profondval l’avaient profond, mais n’ont pas trop insisté sur Édouard.
Ces aigris en faisant valser les tables invoquèrent Jean Gol, l’image sainte entre toutes !
La Statue du Commandeur sauva l’avenir du malheureux Bouchez !
Il sera encadré de onze personnes choisies parmi les coléreux, Bacquelaine, Ducarme, Marie-Christine Marghem, De Bue, en foi de quoi, sous le poids de onze belles-mères, il ne sera pas destitué, mais conservera son trône, ses habits royaux, son sceptre et sa marotte.
Des vieux de la veille se rappelèrent le 19 octobre 2008, quand Didier Reynders fut réélu à la présidence, à 90,8% des suffrages. Comme ses prédécesseurs Jean Gol et Louis Michel, il dirigea sa formation d’une main de fer, comme plus tard Charles junior. Il ne s’appuya ni sur un courant ni sur un clan, mais sur une garde rapprochée de fidèles. Au cours des dernières années, il ne réunissait guère le bureau exécutif et le conseil du parti.
C’est le péché mignon du MR. Ils voudraient tous être califes et détestent tous les califes ! À défaut de trancher par eux-mêmes, ils aiment qu’un chef vienne trancher. Et comme Bouchez est de nature trancheuse plus que Charles et Didier réunis, ils ne sont pas contents !

1action39.jpg

Cinq jours après avoir désigné Mathieu Michel au gouvernement fédéral et tenté d’évincer Valérie De Bue du gouvernement wallon, Georges-Louis Bouchez restera président du MR ! Dans les prochains mois, GLB a intérêt à la fermer quelques temps. Certains lui suggèrent de se mettre en quarantaine sous prétexte du virus, d’autres craignent qu’il ne revienne aussi fort et arrogant qu’un Donald Trump.
Comme ce serait très mal vu de refaire le casting MR du gouvernement d’Alexander, il a été convenu qu’on l’aurait à l’œil, jusqu’à ce qu’il ait recasé tous les frustrés de portefeuille.
Georges-Louis Bouchez a quand même "présenté des excuses".
Glossaire des gazettes.
Georges-Louis, c’est ta dernière chance”, lance Willy Borsus.
Manu Douette, bourgmestre de Hannut, plaide pour de nouvelles élections.
Nicolas Tzanetatos, proche de Denis Ducarme, sort du bois furieux.
Je n’en peux plus des despotes, du népotisme et de ce qui ressemble à un clan mafieux”, avait déclaré la présidente sortante du Sénat, Sabine Laruelle,
Bacquelaine plaide pour "un groupe de challengers". Dans sa frustration publique, il associe Denis Ducarme au mélodrame de Valérie De Bue et l’accuse de complicité avec GLB.
La composition de l’encadrement devrait encore être validée, avant qu’elle ne soit avalidée dans un sursaut d’orgueil du président. Elle devrait se composer de Sophie Wilmès, Pierre-Yves Jeholet, Willy Borsus, Alexia Bertrand, Jean-Luc Crucke, Kattrin Jadin, Marie-Christine Marghem, Daniel Bacquelaine et Vincent De Wolf. Finalement, Ducarme, un moment débarqué, en sera aussi.
Le château-ferme puait encore ce mardi midi, malgré les fenêtres ouvertes du matin, d’une odeur nidoreuse indéfinissable, les aisselles de madame Marghem, du caleçon malpropre de Baquelaine, du suint sui generis de Sabine Laruelle, de la forte sudation de Crucke ou d’un aftershave persistant de Denis Ducarme ? Seul Bouchez, inodore, pour une fois insipide, s’enfuit discrètement par le vasistas des cabinets !

6 octobre 2020

Le beurre est encore en vente libre !

Dépêchons-nous d’en profiter, avec ce nouveau zèbre libéral d’Alexander, on ne sait jamais ! Son premier speech sur l’austérité fait froid dans le dos. C’est tout juste si chaque citoyen n’a pas déjà sa feuille de timbre de rationnement. Vous direz, pour les plus pauvres, ils font déjà ceinture. Quant aux1500 € du petit vieux méritant, il faudra attendre un peu, que les grosses fortunes fassent les comptes après le virus.
L’écoulement très long entre les élections et la formation d’un gouvernement est une formule usante qui permet aux partis de s’entendre en oubliant ce pour quoi ils ont été élus. Cinq cents jours ou presque pour cette législature avant de « hisser » le fauteuil d’Alexander De Croo au 1er étage du 16, rue de la Loi, le record ne sera pas battu.
Pour une belle affaire, c’est une belle affaire. La démocratie à la belge permet à la fois de passer outre la volonté des électeurs et de rendre tellement confuse la gestion des affaires, qu’il ne reste plus d’autre alternative que de poursuivre la politique libérale la plus rigoureuse, chère à la bourgeoisie belge, à laquelle tous les partis finissent par se rallier.
On ne se méfie pas assez d’Alexander De Croo. Sa logique est celle d’un libéral pur et dur qui colle très bien à l’intransigeance de son compère Bouchez sur la défense des intérêts privés, contre l’intérêt général. Ses interventions lorsqu’il n’était que ministre le classait parmi les sectaires les plus conservateurs. Il poursuit une vision de la société à l’ancienne. Ses répliques à l’opposition résolue de Hedebouw à la Chambre, témoignent de quelqu’un qui n’a aucune empathie pour les plus vulnérables et qui n’a pas froid aux yeux pour aller à l’affronement.
La devise initiale est respectée : les banques, le commerce, le roi. L’électeur est baisé. Le politicien s’engraisse et prospère… comme d’hab !

1action36.jpg

Alexander De Croo est le gendre idéal. Louis Michel aurait dû avoir une fille. C’était la symbiose parfaite ! Dommage qu’Alexander et Mathieu ne soient pas homos ! Quel couple cela aurait fait.
Le public qui avait le tournis au carrousel de la formation est tout heureux que les chevaux de bois s’arrêtent. Le manège tournait depuis 2019 !
Qu’avons-nous à gagner de la Quatre-Fromages ? Comme l’a dit le nouveau Premier « la coalition Vivaldi donnera à l’électeur un choix très clair, en 2024, entre différents projets d’avenir pour la Belgique. »
En attendant « les projets d’avenir », ce gouvernement se contentera d’un seul : comment faire durer la formule Michel ? Le coup de l’électricité à 21 %, c’était pas mal. Mais la mettre à 40, ce serait un peu fort !
Le gouvernement d’Alexandre aura pour mission – après celle de nous avoir tondus – d’user la N-VA. Elle a aidé à faire durer le système lors de sa participation précédente. Il n’y a pas de raison que les nationalistes flamands la soutiennent encore. C’est la majorité des deux partis nationalistes, tant redoutée pour les prochaines élections, qu’Alexandre a pour mission de faire échouer.
On a le projet du gouvernement, sa mission, sa seule mission : l’unité nationale, la bourgeoisie, le fric et le roi !
Mais quel mépris, cette politique politicienne, pour les gens, le social, la situation mal gérée de la pandémie, les vieux, les jeunes, les travailleurs, tout ce qui fait en définitive l’intérêt d’une démocratie !
Quant à revenir sur un vrai programme, puisqu’il est impossible d’obtenir un consensus sur rien dans ce pays, les partis libéraux sont en passe de mettre au point un système qui mette une des deux communautés, alternativement au pouvoir !
Historiquement, l’agonie lente de ce pays s’explique. Tous les Premiers flamands, Guy Verhofstadt (Open Vld), d’Yves Leterme (CD&V) ou de Bart De Wever (N-VA), ont eu des bouffées d’orgueil, quand il s’est agi d’occuper sous serment une place de ministre-domestique de la cour.
Flamand avant d’être élu, Belges par la combinaison du pouvoir, des honneurs et des avantages, on oublie d’être nationaliste, par le plaisir de ne penser qu’à soi-même !
Hedebouw s’en est rendu compte. On n’obtient pas plus d’avancées sociales quand on est dans ou dehors ce gouvernement libéral. C’est pareil pour le nationalisme flamand. Il n’est pas possible d’aboutir à la scission de la Belgique, en participant au pouvoir fédéral !
La jactance libérale tient bon. Le coffiot de l’état, Alexander le tient de ses petits bras musclés. Il faudra se le faire au chalumeau !

5 octobre 2020

Extravagance !

Il n’y a pas à barguigner. « Désormais toute collaboration, même indirecte avec le système libéral participe à la destruction de la planète. Paradoxalement, les Écolos dont le but de leur campagne est la préservation de ce que le capitalisme n’a pas encore détruit, mais seulement endommagé, font exactement ce que le parti socialiste pratique depuis l’après guerre : une collaboration avec l’ennemi numéro un de l’humanité hâtant la destruction de la vie sur terre. »
Cette exposition entre guillemets paraît être d’un radicalisme extravagant, puisqu’elle rompt avec tout ce que l’homme dépêche comme fausses raisons pour se disculper de la catastrophe. Elle ne tient pas compte des antécédents, quand l’homme était encore inconscient des dégâts qu’il allait causer en applaudissant jadis, aux théories d’Adam Smith et d’Alexis de Tocqueville.
Mais cette extravagance est l’exacte déduction de tous les scientifiques conscients et donc n’est extravagante que pour les fous et les riches, c’est-à-dire nous et les autres.
Ce troisième millénaire augure mal de la suite. Pour les humains, il est fort possible qu’il n’y en ait pas un quatrième. Mille années, ce n’est rien comparé aux trois mille des dynasties égyptiennes et bien moins encore que celles du long cheminement de l’humanité qui mit peut être des millions d’années, de sa descente des arbres à aujourd’hui.
Voilà que nous nous heurtons à la biosphère ! Avant même que nous ne la détruisions complètement, ceux-là même qui ont été l’accélérateur de sa fin, rêvent à des planètes pures et des natures vierges pour s’y implanter avant d’abandonner leurs poubelles sur la terre aux misérables qui resteront, suffocant par manque d’oxygène !
Magnifique fable qui attend les générations suivantes qui ne la considéreront nullement comme extravagante, mais réelle.

1poliyfeq21.jpg

Ce malheureux gouvernement, comme tous les gouvernements libéraux du monde, ne tient aucun raisonnement intelligent devant l’inquiétude croissante des climatologues. Alexander De Croo est aussi fou que son prédécesseur et que l’ensemble des tenants de ce libéralisme meurtrier. Pour masquer leur propre inquiétude, au moins chez ceux qui gardent une certaine intelligence, l’hypothèse d’une irréversibilité possible du changement climatique leur semble possible; qu’une invention géniale remettra la pureté du monde comme elle était il y a cinq mille ans, le temps que les moteurs purificateurs tournent et que les chênes et les séquoias croissent de la jeune pousse à l’arbre adulte en moins de six mois ! Ainsi, cette idée paraît être la plus extravagante de toutes, pire encore que celle qui s’enthousiasmait des bienfaits du libéralisme au temps d’Adam Smith !
À cause de ces imbéciles instruits, de ces puits de savoir abstraits, de ces politiciens bons à repeindre les volets de leur maison de campagne, mais à l’incapacité de penser « collectif », quand l’humanité se rendra compte de la gravité de la situation, après qu’ils en aient caché l’issue, ou pire qu’ils ne s’en soient même pas eux-mêmes rendu compte, il sera impossible de revenir en arrière et de retrouver un équilibre harmonieux sur cette planète.
Alors le système atmosphérique dérapera vers un désordre irréversible. Pour tout autant que l’avenir laisse encore à l’industrie le pouvoir de faire, on tentera d’adapter nos habitats et nos nourritures aux modifications profondes, parce qu’on ne fera pas autre chose, par instinct et par nécessité. Alexander de Croo aura peut-être disparu du circuit politique, ce sera un autre Alexander issu des mêmes écoles, des mêmes préoccupations libérales qui viendra dire aux survivants ce qu’il faut faire, comme si cela était fondé sur une extravagance qui fait loi déterminant que les fautifs aient raison.
L’érosion de la biodiversité, cette « sixième crise d’extinction » après la cinquième, il y a soixante-cinq millions d’années des dinosaures, verra-t-elle la disparition des mammifères avec nous ? Seule inconnue, qui viendra après nous ? Les insectes et les algues ont toute leur chance. Si la logique qui va du grand au petit se confirme, après les collemboles, l’unicellulaire, peut-être, après eux, les virus avec la fin de la vie pour rejoindre le sort de la planète Mars, notre voisine qui a mal tourné beaucoup plus rapidement que nous.

4 octobre 2020

Bouchez : la pipe à Mathieu ?

Le Mouvement Réformateur est en passe de vivre une période agitée. Vu le nombre de mécontents de la politique interne du président Georges-Louis Bouchez, les risques d’une guerre entre les stars du MR augmentent dangereusement.
Les grands patriotes se révèlent de petits mesquins, âpres aux gains et pas du tout intéressés par la situation dramatique de ce pays qui part en lambeaux.
Même Bacquelaine qui a préféré Bouchez à Christine Defraigne, se plaint amèrement de l’ingratitude de GLB.
Ce qui ne passe pas, c’est la nomination au gouvernement d’un nouveau Michel, un certain Mathieu frère de l’illustre président de l’UE. On va finir par jaser ! Cette nomination, Bouchez la devait-il, dans une sorte de marché que lui aurait proposé Charles, vendant sa charge de président, pratique très ancienne sous les rois de France ?
Bouchez est arrivé après la lutte des chefs, Charles Michel et Didier Reynders. Il a donc intégré le clan Michel, le seul qui restait, maître du terrain. Il reçoit aujourd’hui la facture. Certains disent que la liste des ministrables a été inspirée par Louis et Charles Michel !
Le choix du casting de George-Louis des ministres francophones au fédéral ne passe pas. On chuchote même que la boulette de la nomination de son ancien rival Ducarme, alors que le poste proposé devait échoir à une femme en raison de la parité des sexes, a été volontaire.
C’est surtout le manque de concertation des gros-bras du parti qui vexe. Bouchez n’en fait qu’à sa tête. On l’entend dire qu’il se sent inspiré, comme si une voix intérieure venait d’En-Haut.

1action9.jpg

Pour caser Ducarme, il aurait prévenu la ministre De Bue au tout dernier moment de son éviction du gouvernement wallon, sans même mettre Borsus, vice-président et ami de Di Rupo (PS) du dit gouvernement, au courant. Ce sans-gêne rappelle un peu Reynders, quand il avait la charge des libéraux. À l’époque, il avait voulu dessouder Gérard Deprez de son gagne-pain de député à l’Union Européenne, pour récompenser une créature. Le raffut de Deprez, son ralliement au clan Michel et la haine féroce depuis contre Reynders, restent un moment d’anthologie dans les mémoires libérales.
De cet ensemble fâcheux monte un sentiment qui se répand : Georges-Louis manque d’élégance ! Il parle bien, mais dans sa hâte à se faire valoir, il oublie les autres. Rien de plus terrible que la vengeance d’un larbin comme Bacquelaine ou d’une soubrette comme Marghem, contre son maître.
Ducarme, au contraire, se veut apaisant et charmeur. Privé de portefeuille ministériel, tant au fédéral qu'à la Région, Denis appelle au calme. "Je reprends à mon compte la devise des cavaliers de Saumur: 'En avant, calme et droit!' Je veux que le spectacle déplorable depuis quelques heures au MR prenne fin", a-t-il notamment déclaré à La Libre Belgique.
Il n’empêche, ces gens ne font pas de la politique par grandeur d’âme pour le pays. Ils ont le cul dans le beurre en se faisant passer pour plus malin qu’ils ne sont, agréable métier ! Tous les coups sont permis. Que le pays tombe en morceau, que des hordes déchaînées du Vlaams Belang viennent klaxonner au centre de Bruxelles, que la pandémie ravage les homes et que l’américanisation de la bourgeoise belge risque de mal finir, les têtes de gondole du MR s’en foutent éperdument. Rien ne compte plus qu’un titre glorieux avec à la clé 17 ou 18 mille patates. Que l’usine à gaz avec ses neuf ministres de la santé tourne ou ne tourne pas à plein, ce sont les biffetons qui comptent. Ils veulent tous repeindre les volets de leur maison de campagne comme Reynders, plutôt que d’aller coller des affiches le soir d’élection. On l’a si souvent reproché à « Didgé » avant qu’il ne fiche le camp à l’UE !
Coïncidence du calendrier, des érudits cherchent aujourd’hui la descendance du dernier des Paléologue, famille qui vit son illustre aïeul, Constantin XI, empereur de Byzance, mourir sur les remparts de Constantinople le 29 mai 1453.
Une belle mission pour George-Louis Bouchez : délivrer Sainte-Sophie des mains des Turcs ! Et pourquoi pas, une légitimation des descendants de Constantin XI, comme Delphine Boël, Saxe-Cobourg Gotha depuis avant hier et fille d’Albert II !
Tout le MR serait aux anges, rien que pour le voir partir à la croisade… Ce n’est pas anodin que Ducarme ait évoqué les cavaliers de Saumur…

3 octobre 2020

Les bourgeois une dernière fois !

C’est consternant ! Le gouvernement De Croo s’affiche comme au bon vieux temps, quand les ministères étaient distribués pour services rendus à la bourgeoisie. Alors que l’effondrement général est à nos portes, que dans cette perspective, la Belgique est de loin le membre le plus vulnérable des 27 de l’UE, par sa mauvaise gérance et sa possibilité d’éclatement.
Une fois de plus, c’est le MR et son allié flamand l’Open vld qui règlent tout, disposent de tout et rédigent la déclaration au parlement. Franchement battus aux dernières élections, ça ne les dérange pas de prendre les affaires en mains. Mieux, Bouchez morigène déjà son « partenaire » Magnette.
Le dosage « équilibré » n’a rien à voir avec la compétence qu’on supposerait élémentaire. Qui ne voit dans la nomination du frère de Charles Michel, Mathieu Michel, secrétaire d'État à l'agenda digital, au numérique, à la simplification administrative, à la protection de la vie privée et la Régie des Bâtiments, le juste prix que Georges-Louis Bouchez devait payer au clan des Michel pour sa promotion à la présidence du MR ? C’est d’autant plus flagrant que le frère de Charles n’a aucune compétence dans les domaines où il va « besogner » !
Que font les socialistes dans ce gouvernement ? Si ce n’est cautionner un régime ultralibéral dans ses ultimes manœuvres ! Magnette ne cesse d’agiter comme un chiffon rouge, la pension à 1500 euros. Et si ce n’était que le prétexte de souscrire à une politique dont personne ne veut, histoire de caser les marquants du PS, exactement comme Bouchez au MR ?

1alqvellh1.jpg

Bien entendu, le match de Magnette se poursuit contre Liège, la plus grosse fédération estimée maffieuse. Les 1,1 million d’habitants de la province, ne sont pas représentés. Sur 20 postes, seule l’écologiste liégeoise Sarah Schlitz est secrétaire d’État. Pas un socialiste ! On aurait juré que Marcourt, au moins, afin de ne pas trop montrer que Magnette pousse ses Borains, aurait eu droit à quelque chose pour calmer son égo. Rien ! Pour l'arrondissement de Liège, toujours, on dirait que les compères Bouchez et Magnette se sont donné le mot. Aucune des huiles du parti libéral de cette province n'a touché le jackpot. C'est dire la grogne chez les bleus régionaux !
Le PS a résolument montré ce qu’il était. Il est vraisemblable que son bureau a tenu le même raisonnement et qu’il s’est résolu à disparaître avec le camp au pouvoir, renonçant à se reconvertir dans la défense des travailleurs.
La bourgeoisie, toujours maîtresse du jeu, n’a même pas eu l’intelligence de la dernière chance, de faire de l’inédit, du neuf. Une explication est possible. La bourgeoisie pense que la Belgique n’en a plus pour longtemps et que ce gouvernement est le dernier du genre. Pourquoi ne pas se faire plaisir une dernière fois ?
Quant à Écolo, quand on connaît sa base très à gauche, et qu’on se retrouve très à droite avec la direction, on se dit qu’ils ont un problème.
Tous ces larbins du système laissent donc à la seule opposition nationaliste flamande et au PTB le soin d’apporter la contradiction.
Le public suffisamment remonté contre le pouvoir après une comédie de 500 jours, c’est une grande imprudence des bourgeois d’abandonner l’opposition dans des mains d’adversaires aussi résolus.
Pour une fois Bouchez a raison, les bourgeois jettent le masque et entraînent le PS dans leur fuite en avant. Ce sera la distribution des cadeaux aux indépendants : zéro cotisation sociale sur le 1er emploi, des mesures pour améliorer la vie des indépendants, des mesures de correction pour les pensions des indépendants, 1.600 policiers en plus à la protection des commerces, etc. ce programme est assez copieux pour n’autoriser rien d’autres, les salaires, les conditions de travail, le social, ce sera comme la pension à 1500, pour une autre fois…
Pendant ces derniers bavardages, ces ultimes rendez-vous de l’entre-soi, le Vlaams Belang se prépare pour les élections de 2024. Il est d’ailleurs en campagne depuis mai 2019, présents sur les réseaux sociaux par des actions ciblées. Son président Van Grieken entend bien être incontournable en Flandre et, par delà, redessiner la carte de Belgique.
Quand la Quatre-Fromages coincera avec la formule Bouchez, une nouvelle génération d’électeurs dégoûtés par la politique viendra grossir les rangs du VB. Si la pizza perdure, ce parti mettra la pression sur l’immigration et la N-VA sera obligée de suivre. Un conflit pourrait alors survenir entre la Région flamande et le fédéral.

2 octobre 2020

La 4 Fromages sort du four…

C’est fait ! À près de 500 jours de palabres, de coup de théâtre en coup de théâtre, la montagne accouche d’un classique souriceau MR-PS, les vieux amis se retrouvent !
C’est grave docteur ?...à l’ovation pour Sophie Wilmès de sa gestion de la pandémie, on a vu des socialistes applaudir. Cependant, la disparition au casting de l’inénarrable Maggie De Block, prouve bien que c’était loin d’être une gestion convenable.
De ce qu’on peut interpréter du programme d’Alexander De Croo, c’est du boniment à la Charles Michel. Aucun « fils de » n’a jamais cassé la baraque.
Avant qu’Alexander ne l’ouvre, l’ineffable Georges-Louis Bouchez s’est tout de suite fendu d’un communiqué question de montrer qui est le chef à ses patrons bourgeois. Les « amis pauvres » peuvent toujours rêver à la pension de 1.500 euros net par mois, ce n’est pas interdit, mais c’est un « objectif politique ». Dans l’immédiat, les ploucs vieillis sous le harnais devront se contenter de l’objectif et oublier le reste. Que ces messieurs du PS qui ont poussé à la charrette n’espèrent pas en faire un slogan électoral pour les élections suivantes. Cet objectif ne sera pas « matérialisé par le nouveau gouvernement ». La polémique des 1500 € brut pour Bouchez et net pour Magnette, ne fait que commencer, même avant de voir les premiers sous tomber !

1action21.jpg

Quoique le dénommé Bacquelaine n’en sera pas, son système par point, n’est pas mort. Il en restera des traces. Les partenaires sociaux seront invités à réfléchir à la manière dont chaque salarié peut être couvert par un régime de retraite complémentaire comportant une cotisation d’au moins 3% du salaire brut. Et voilà, on est reparti dans la direction souhaitée par les absolutistes du néolibéralisme. Ils ne désarment pas !
Qu’y a-t-il donc derrière l’accord des sept partis de la coalition Vivaldi, dite des Quatre-Fromages disent les curieux ? Suivent alors des pluies de milliards, tant pour ceci, tant pour cela, sociale, justice, défense, dans une forme abstraite renforcée sur les précédentes abstractions, si bien qu’à part des experts, personne n’y comprend goutte.
De ce bric-à-brac monte un scepticisme grandissant. Quoi ! ces temps perdus en parlotes pour arriver à ça ! L’impression suivante s’adresse au PS, une sorte d’étonnement nous vient, que diable font-ils dans cette galère ? Ce n’est pas avec ce qu’on sait, qu’ils vont redorer leur blason et aller à la bataille contre le PTB ! C’est la casquette assurée ! Rien que l’affaire des 1500 euros. Si c’est une fumisterie, ça va leur coûter au moins 10 % d’électeurs !
Le gouvernement fédéral mobilisera durant le reste de la législature 3,3 milliards d’euros pour des politiques nouvelles !... la justice, la défense, la sécurité des chemins de fer, l’informatisation des pouvoirs publics… mais, malheureux Alexander, pour satisfaire les besoins réels, il faudrait au moins 5 milliards par poste, soit 20 milliards !
Signe des temps, ce gouvernement a une drôle de formule. Plus le fédéral perdra en responsabilité, plus il y aura de ministres et de secrétaires d’État ! Une nouveauté qui va dans le sens de l’usine à gaz, deux ministres, un de chaque groupe linguistique, travailleront sur une nouvelle structure de l’État, “avec une répartition des compétences plus homogène et efficace”. Les deux ministres devront mener un débat impliquant les citoyens. Faire retomber sur terre ces ministres hors sol, Alexander n’en est pas capable ! Il est lui-même en lévitation permanente.
En justice, l’attention devrait porter sur un accord particulier « l’application de procédures rapides pour des délits tels que les émeutes, les vols à l’étalage, la criminalité de rue, etc. » Ce gouvernement décidément bien plus à droite qu’on a voulu le faire croire, prend le chemin de la justice française pour la condamnation de manifestants qui ne commettent aucun délit, mais qu’on condamne quand même, par une procédure expéditive qui vient d’être désignée comme abusive dans un récent rapport international.
Enfin, petite « douceur » qui va enquiquiner tout le monde, ce gouvernement « de la dernière chance » n’en laissera aucune aux automobilistes, puisqu’il est question de remettre sur pied l’examen d’un permis de conduire à points !
Ce gouvernement, c’est beaucoup de bruit pour rien… Seule joie pour l’appareil politique, ce gouvernement va recaser beaucoup de vieux militants, ex têtes de gondoles, qui reviennent goûter les plaisirs de la pizza à l’œil. La politique, ça nourrit mieux son homme que le turbin.

1 octobre 2020

Alléluia ! L’oratorio Magnette-De Croo.

La plupart des gens travaillent et n’ont pas le temps de s’attarder sur les positions des partis politiques belges. Ceux qui sont à la recherche d’un emploi ont autre chose à faire que spéculer entre ce qu’ils lisent dans les journaux et ce qu’ils pensent à titre personnel. Enfin, les exclus, parias du système, qu’ils le veuillent délibérément ou que le système les ostracise, ne croient plus que leur qualité d’humain suscite un quelconque intérêt dans une société libérale de consommation, égoïste par nature et, comme le souligne volontiers Georges-Louis Bouchez, par vocation.
Voilà donc une affaire entendue, les partis sont classés gauche /droite, mais tous du centre par l’usage, l’opinion des journaux et l’habileté des ténors des partis allant du gris au rose.
Les coalisés sous l’étiquette « démocrates » ne s’entendent sur rien, mais par nécessité se sont entendus, sur l’exclusion des nationalistes flamands N-VA. Quant au Vlaams Belang incompatibles avec leur vision de la démocratie, n’en parlons pas ! Ils craignent par une fausse manœuvre que le PTB n’aspire la gauche en Wallonie et le Belang, plus populaire que jamais, ne fauche la clientèle flamingante des autres partis flamands.
Toute la difficulté vient de la législature précédente, dans le court-bouillon du passé, le MR avait besoin de voix pour asseoir Charles Michel dans le fauteuil de premier ministre. Michel Junior a dédouané la N-VA. À l’époque, ce parti était plus important que le Vlaams Belang.
Si bien qu’aujourd’hui, le plafond de verre, avec ses exorcismes, n’a plus le sens qu’on lui donne dans les journaux. La population a compris.

1action16.jpg

Il est vraisemblable que le Belang dépassera en voix la N-VA aux prochaines élections Pour la bourgeoisie politique dirigeante, une majorité des deux partis nationalistes en Flandre n’est pas à exclure, d’autant qu’elle vient de jeter (les imprudents) la N-VA dans l’opposition fédérale, sur le coup de tête irréfléchi de Bouchez.
La coalition nouvelle, met Alexander De Croo à la tête d’un gouvernement qui sera sans doute le dernier du genre. Il faut être fous comme Sinardet et Delwit (les deux politologues bon chic, bon genre officiels) ou désespérée comme la coalition MR-PS, pour croire que ce gouvernement a une chance de redresser une économie qui tourne à la catastrophe, une épidémie mal gérée et freiner un élan d’indépendance de la Flandre, en rajoutant des lois linguistiques favorables à sa paranoïa par la construction hâtive d’un étage à l’usine à gaz.
Pragmatiques, les gens se font à l’idée que les élections prochaines seront les dernières fédérales, elles seront confédérales après. Le seul obstacle à l’indépendance de la Flandre est toujours l’Europe, notre affiliation d’État membre et les difficultés juridiques comparables au Brexit, pour en sortir un et y rentrer à deux.
Sans connaître la déclaration politique de ce nouveau gouvernement, la préparation du terrain va se faire. Les journaux ont débuté par un marquage au fer rouge du Belang.
L'Echo : Elections 2019 programme du Vlaams Belang? A gauche toute! « Le programme socio-économique du Belang s'est complètement "gauchisé", ce qui lui a permis de capter un public menacé de déclassement au ... etc.
Le soir : La FEB avertit: «Le programme socio-économique du Vlaams carrément à gauche ».
7/7 : Le Vlaams Belang s'est “gauchisé” sur le plan socio-économique. ... Le Belang plaide également en faveur d'une politique qui consacrerait beaucoup d'efforts à l'innovation, à la recherche ...
Magnette et De Croo essayeront de contrer la poussée des partis nationalistes flamands en donnant quelques broutilles sociales aux gens, comme la pension à 1500 euros pour 40 ans de travail, mais sera-ce brut ou net, échelonné sur deux législatures ? Mystère !
Il faudra attendre la déclaration du gouvernement. Tout ce qui sera entrepris ne servira à pas grand chose, une eau de bidet pour toilette bourgeoise intime. Un million de pauvres en Flandre. Deux cent mille de plus attendus cet automne, ce n’est pas rien !
L’avenir, si avenir il y a en une Europe incertaine, se fera entre un PTB et un PS en déshérence, en Wallonie et en Flandre, entre un Vlaams Belang et la N-VA en concurrence, mais alliés par nécessité. La bourgeoisie essaiera de se gauchiser en Wallonie pour ne pas tout perdre et, en Flandre, reprendra ce qu’elle fit si bien entre 40 et 45 : une nazification rampante, commerciale et servile.