« décembre 2021 | Accueil

15 janvier 2022

La main au panier de la ménagère.
S’il y a bien une chose que les bouchéristes ne sauraient truquer dans leur hymne au système libéral, c’est bien le panier de la ménagère.
Le mien en a pris un sacré coup depuis fin de l’année passée. En se tapant à peu près toujours les mêmes denrées et les mêmes produits, depuis juillet 2021, mon panier est passé de 60 à ± 75 € la semaine, sur six mois de courses.
Il y a là un phénomène qu’il faudrait expliquer. Je paie les marchandises 12 % de plus en 2022 qu’en 2021 !
Pour les messieurs qui font de la politique haut niveau, cela semble anodin. Avec notre pognon, la vie est belle. Pour le consommateur lambda, cela mérite qu’on s’y attarde.
Selon l’INSEE, en 2021, l’inflation était à 2,8 %, quand l’Allemagne était à 5,3% ! Crucke à la Région wallonne – bien fourré, gros et gras (La Fontaine pour Raminagrobis) - avait parlé de cette progression des prix chez Deborsu. Il avait conclu qu’elle était largement inférieure à celle de nos voisins.
Si j’en crois mon panier, Crucke nous racontait des craques ; mais si je globalise avec les prix de l’énergie + 18% sur un an, les prix de l’alimentation de 1,4 %, les prix des services de 1,8%, les uns interférant sur les prix des autres, mes 12 % serait un pourcentage à « diluer ». Bref, le consommateur fait de « l’un dans l’autre » sans le savoir. Les économistes se chargent de diluer le poisson dans l’ensemble. On a l’air de payer trop. C’est une illusion. Il faut diluer et on ne dilue jamais assez !
Seulement voilà, si je dilue mes 12 % dans les 18 % de l’énergie, ce n’est pas une raison qui fera passer les 18 à 16 % ! On voit d’ici l’arnaque. Nous sommes victimes d’un raisonnement libéral qui ne vaut que pour eux, nous faisant passer pour des imbéciles. En réalité, lorsque nous payons notre mazout 18 % plus cher, cette hausse influence aussi sur d’autres augmentations, comme le pain, que nous payons aussi plus cher.
Dans ce beau micmac, Eurostat n’arrive pas aux mêmes chiffres que l’INSEE. Son indice des prix à la consommation harmonisé - calculé différemment et qui sert de base de comparaison au niveau européen - a progressé en décembre de 3,4 %.
Au fédéral s’entend une musique qui devrait faire effet d’endormissement sur les gens. « l’inflation est temporaire, vous verrez que fin 2022, elle sera « normale ».
Qu’est-ce que le gouvernement en sait ?
Pour la zone euro, la prévision d’inflation est de 3,2% en 2022.

1acaddie1.jpg

Depuis que nous avons casé de gros pions à l’Europe, les frères ennemis Reynders et Michel, nous devons croire aux Institutions européennes. Lorsqu’un commissaire garanti que l’Europe et la BCE ferons ce qu'il faut pour que l'inflation revienne autour de 2% dans la durée» et que le gouverneur de la Banque de France tient le même langage, que voulez-vous qu’on dise ? Que ce sont des escrocs ? Qu’ils n’en savent rien ? Sans doute, mais nous non plus, tout compte fait. Sinon que nous sentons le malaise et que statistiquement la pauvreté progresse et que le capitalisme nous dore la pilule.
D’abord parce que des économistes sérieux ont mesuré l’inflation a 5% en zone euro en 2021 et que l’inflation en Belgique est sous-évaluée et qu’ensuite, le consommateur voit ce qu’il sort de son porte-monnaie un an sur l’autre, pour s’acheter la même chose.
On se demande si ces marioles ne laissent pas filer exprès l’inflation puisqu’ils n’annoncent pas de resserrement immédiat de la politique monétaire avec des taux qui restent à 0, contrairement à ce que commencent à faire la FED et la banque d’Angleterre qui ont relevé leurs taux.
Les milliards qu’on lâche chaque année au-dessus de nos moyens pour payer les salaires de nos cinq gouvernements et de nos neuf ministres de la santé, notre manque d’intérêt pour récupérer dans l’évasion fiscale les milliards que nos richissimes parvenus escamotent sous notre nez et aussi les milliards que la pandémie a coûté et coûte encore, il faudra bien les régler à quelqu’un quelque part ! Si les taux d’intérêt remontaient ? L’État belge serait virtuellement en faillite, son patrimoine serait vendu à l’encan. Cette dernière hypothèse, rassurez-vous, ne se peut. C’est toute la mystification du système capitaliste. Il établit des règles que les circonstances suppriment, comme en 2008-2009.
Pourquoi laisse-t-on filer l'inflation ? Pour écraser les dettes publiques, pour qu’elles soient mécaniquement plus basses par rapport au PIB et dans le bilan de la BCE.

Ce sont en fait les épargnants, les retraités européens qui paient automatiquement la note de la crise sanitaire sans que les gouvernements européens aient besoin de lever des impôts.

14 janvier 2022

Le roi se représente !

Tout un temps, la Pologne élisait ses rois, plus de deux siècles plus tard, la France élit le sien. Malgré les prérogatives de ce puissant monarque, les Français ont décidé qu’il serait toujours appelé président de la République.
Comme l’égo devient vite l’hubris en monarchie, le règne est de cinq ans renouvelable une seule fois.
On est à 100 jours de l'élection présidentielle. Autre référence qui sent l’Empire : les Cent jours. Sans le savoir Bonaparte accédait à son périgée. D’aucuns attendent l’apogée de Macron.
Contrairement à ce qu’on croyait, cela se passe « comme prévu » beaucoup de candidats, peu ou pas de critique sur le monarque sortant qui pourtant n’a pratiquement avancé sur aucun des dossiers de son programme de candidature, se contentant se surfer sur la crise du sars-cov-19, avec plus ou moins de bonheur, sous la houlette d’un premier ministre brouillon et d’un ministre de la santé calamiteux.
Les habitudes prises lors des élections précédentes présupposent une abstention record, sans doute plus de la moitié du corps électoral. Si bien que déduction des troupes des prétendants non élus, c’est à peu près avec moins d’un quart des voix de la population, que Macron II succédera à Macron I, selon toute probabilité.
La campagne se déroule comme un roman de Houellebecq : une mince intrigue avec des personnages qui évoluent dans des décors certifiés authentiques par Wikipédia et la Maison éditrice du bottin des chemins de fer, pour l’horaire des trains. Campagne informe, sans reliefs, comme l’écriture anti-Céline de l’anodonte écrivain, qui depuis son succès « Soumission », en qualité de nouveau Balzac, a pu se payer un bridge avec ses royalties.
Le virus fait l’histoire depuis 2019, en dicte les épisodes, devant un pouvoir multipliant ses ukases comme autant de gestes d’impuissances. Pour un roi absolu voilà qui est plutôt fâcheux, heureusement il y a Castex, une caricature de MM les Ronds-de-cuir. Macron I a confiance, les Français le dissocieront de cette caricature. Comme avait prévu Hugo, on ne jettera des pierres que sur le vilain crapaud.
Signe que le roi est encore très couru, comme on dit dans les salons, le résident de l’Élysée a envie d’emmerder les non-vaccinés et son mot a fait florès. Tout le monde en parle !
Le complotisme prospère sous d’aussi heureux auspices. Le spectacle vire à la magie noire. Le sommet serait que la dernière nasarde complotiste de Dieudonné vînt à maturité dans les réseaux sociaux « Brigitte Macron serait un homme » ! Rabâchée entre deux mèches chez le coiffeur, la réalité dépasserait la friction ! Ce bouteillon est tellement faux que cela en devient drôle. Même si des bijoux de famille s’étaient trompés de slip, ils ne pourraient empêcher le sacre.
Plus il y a d’abstentions, plus il y a de candidats ! Le peuple, regardant ailleurs, accouche d’une portée d’ambitieux qui a honte pour lui.
Tous les candidats, Macron I compris, partent à la rencontre d’un peuple indiscernable. C’est embêtant de ne pas savoir par où le ramener à son devoir démocratique. On devrait faire comme pour le Covid-19, en-dessous de 1 % de contaminations, il n’y a plus de démocratie.
Sans les lanceurs de tomates, devant une salle vide, les fausses valeurs pullulent. On n’est pas loin d’un vaudeville sans spectateur. Plus aucune valeur du rire certain n’est acquise, de De Gaulle à Pétain, de la Résistance à la Collaboration, Zemmour en blouson à la Communale, Marine en chaudasse se tapant de l’ouvrier et Valérie Pécresse en précieuse ridicule, le peuple réputé le plus blagueur d’Europe fait la gueule ! Devant le bide, le politique s’autodévore !

1amac3.jpg

Seule madame Hidalgo suscite des ricanements. Sa bêtise profonde résume bien l’état de vide absolu du parti socialiste français. Pour éviter la faillite, le dernier secrétaire PS, lui-même en assistance respiratoire, va devoir couper le courant du micro et la traîner de force, s’il le faut, hors de la tribune où elle cumule les conneries.
L'actualité se fiche des indignations morales et du calendrier électoral, comme du PK. Elle sème la panique chez les militants fanatisés les plus cyniques. Les états-majors suivent les sondages à défaut de suivre l’opinion des rues qui leur échappe. La période actuelle n’est ni l’occasion de revenir aux Trente Glorieuses, ni un essoufflement passager du néolibéralisme, à force de monter dans les maisons de passe avec des Bruno Lemaire et des Edouard Philippe. C’est un ovni incolore et inodore avec des bras comme des entre-parenthèses aux digressions infinies.
À défaut de bien lire la carte actuelle, Zemmour se croit en 1933, inquiet du discours d’Adolf qu’il perçoit aussi dans des mosquées ; Hidalgo est en 36 au front populaire, avec les réfugiés de Barcelone passant les Pyrénées ; Pécresse et Marine se partagent la Ligne Maginot de 38.
Je ne sais plus quel journaliste, moins tordu que d’habitude, sert de cul de lampe à cette chronique qui prend l’allure d’édito : « La globalisation a entraîné partout dans le monde une dénationalisation de l'espace économique qui a eu pour effet paradoxal de provoquer une renationalisation des discours politiques. »
Cela doit être la raison profonde du micmac. Tant qu’on n’attaquera pas au système économique repeint en façade, l’Europe sous la Démocratie libérale, ne n’en sortira pas.

13 janvier 2022

Pétard chez les américanolâtres.

Bouchez et Charles Michel sont restés en contact permanent. Il se dit en coulisse que Georges-Louis ne peut pas faire un geste d’autorité sans consulter l’autre. Les deux compères sont en train de faire du MR une machine de la droite dure. Ils éliminent les libéraux « sociaux ». Après Crucke, Defraigne et Ducarme peuvent faire gaffe et prendre soin de ne pas heurter GLB de front.
Le Napoléon du MR part d’un raisonnement simple sur le constat de l’effondrement de la classe moyenne inférieure, celle des petits commerçants et des artisans.
Farouchement anticommuniste cette catégorie de citoyens tient le MR pour responsable de leur échec. Très peu de ces faillis iront au PS. La plupart reviendront au MR si une politique plus ferme de ce parti est entreprise. C’est ce qu’à quoi s’applique Georges-Louis.
La classe moyenne inférieure joue un grand rôle pour les partis se recommandant du centre : MR, CDH, PS. Son effondrement inquiète les tenants d’un libéralisme à la belge qui dominaient la scène politique jusque-là. Aucuns des penseurs de ces partis ne s’interrogent sur les causes de la disparition de cette classe sociale très importante. C’est dire à quel point d’abêtissement, ils sont arrivés !
Déboussolée, prête à tout, y compris aller se jeter dans les bras d’un nouveau Degrelle pour tout autant que la situation en créât un autre, la classe moyenne inférieure n’a pas pensé une seconde que ce ne sont pas les chômeurs et le Covid-19 qui sont responsables de leur déchéance, mais le système économique libéral qui est en train de se concentrer dans quelques mains en poursuivant, contre vents et marées la mondialisation de la concurrence du commerce et de l’industrie, à coups d’exclusions des petites entités dont se repaissent les grandes.
Pour retrouver des voix perdues, nos deux compères rétablissent un MR à l’ancienne : une vitrine de dirigeants « intransigeants » pour une politique « ferme » sauvegardant les intérêts des « privés ». En un mot, un MR dont les chefs se clonent à Wall Street.
Georges-Louis Bouchez, nouveau « bourreau de Béthune », envoie un message à son parti et rue de la Loi : la Belgique a un chef, qu’on se le dise.
Jean-Luc Crucke, première victime, prendra sa retraite à la Cour constitutionnelle. Il a juré qu’il n’en voulait pas, le peuple par-dessus tout. Libéral, donc vénal, il accepte un poste académique fixe qui paie mieux que celui qu’il quitte !
La Belgique est une merveilleuse pourvoyeuse de sinécures. Les partis y ont veillé. Il y a des emplois qui coûtent des centaines de millions aux citoyens et qui ne servent à rien, sinon à embellir des fins de carrières de nos illustres.

1afest2.jpg

Après Mathieu Michel, tiré de l’anonymat où il s’étiolait, Georges-Louis nomme un jeune président d’un CPAS du Hainaut, Adrien Dolimont, pour reprendre le portefeuille ministériel du budget au sein du gouvernement wallon. Ainsi, il ridiculise l’ensemble du MR, qui comptait de nombreux briscards candidats à un poste ministériel. Bouchez, éternellement au Pont d’Arcole soignant la réécriture de ses pages de gloire, voilà deux fois qu’il fait le coup aux caïds de son parti.
C’est un Jean-Luc Crucke pas très en forme, pour tout dire mal à l’aise, qui a souhaité bon vent au président Bouchez, lors d’une conférence de presse étonnante. C’est ça la politique. Tu travailles pour le peuple et tu baratines pendant vingt ans que l’argent ne t’intéresse pas. Tu te fais débarquer par ton président qui te propose une retraite garantie pour tes vieux jours. Tu fais un rapide calcul. Tu signes tout de suite, quitte à passer pour un pauvre type aux yeux de l’opinion.
Pour des défenseurs acharnés de la mise à la porte à l’américaine pour tous les Belges et en adoration au système capitaliste, Georges-Louis et ses pareils sont plutôt du côté des apparatchiks de l’URSS qui se soignaient aux petits oignons dans leur vieux jours, dès qu’il s’agit d’eux-mêmes.
Après cette bouffonnerie de dégommage, Bouchez triomphant a fait une tournée aux studios radios et TV habituels, certain d’y trouver les brosses à reluire habituelles.
« Il ne faut jamais retenir les gens contre leur volonté », a-t-il conclu sans rire. Tandis que Crucke toujours sous l’effet du salaire qu’il va toucher à la cour constitutionnelle de répéter avec la conviction d’un débutant au cours Simon « Georges-Louis Bouchez ne m’a pas poussé pas vers la sortie. Je suis libéral et je reste dans la famille libérale ».
C’est minable quand même et ne rehausse pas la qualité d’être ministre dans une démocratie libérale.
Le MR est un conglomérat d’individus poursuivant des carrières politiques. Un groupe autour de la famille Michel et un autre autour de Didier Reynders (MR) se sont alternés à la présidence des libéraux francophones. Avec un vélociraptor à la présidence, ça risque de se terminer en pugilat public. Tous ne fermeront pas leur gueule en échange d’un emploi-bidon à pognons maximums.

12 janvier 2022

Au petit pandémiste anonyme.

L’épidémie, puisqu’il faut bien la caser quelque part, alors autant commencer tout de suite. L’épidémie, donc, est un puissant révélateur des limites de ceux qui ont la vocation de commander aux autres, dans le cadre de la démocratie libérale.
Quand les législateurs-exécuteurs se trouvent devant une situation inédite et l’épidémie en est une, tout en conservant de leur superbe, on voit leur désarroi poindre à la lumière de leur indécision. Ils prennent des mesures de contraintes sans savoir si elles seront efficaces. Ce sont des apprentis hygiénistes qui ont la responsabilité des lieux publics et des écoles. C’est tout de même inquiétant.
Le citoyen est déçu de la manière dont l’épidémie est gérée. Il manque à ce pays des hommes d’action.
Les mesures prises devraient être l’émanation du bon sens et de l’intelligence de la population. Au lieu de quoi on a un Vandenbroucke qui décide de tout sans un regard sur les autres.
Admettons que nous allons vers une situation inconnue, c’est-à-dire qui pourrait correspondre à divers schémas d’improbables à possibles. N’est-ce pas dans les périls que se révèlent les âmes fortes et bien trempées ? Il va de soi que les valeurs humaines ne prévalent pas à la sélection des personnages qui s’agitent au-dessus de nos têtes. Au lieu de prévoir différentes voies, ce qui semble agiter les ministres serait plutôt de faire tout pour ne pas arrêter la vie industrielle et commerciale de ce pays. On ne sait pas encore ce que la démocratie libérale donnera comme dégâts et quelles en seront les conséquences, mais on sait déjà que la démocratie libérale aura un bilan plus tragique en morts et en malades à vie, que si elle n’avait été qu’une démocratie, tout court.
Ce qui ronge ce pays, ce sont donc bien les élites ; la manière dont elles sont sélectionnées et leur mauvais résultat.
Ce qui fit le charme et l’intérêt de la presse de Girardin à 1940, c’est que les journalistes venaient de tous les milieux et aucun ou presque n’avait été formé par des écoles de journalisme.
De même en politique, ce qui tue, c’est la spécialisation que l’on en fait et les critères outre de la bienpensance libérale, qu’on s’y croit obliger d’exiger des élites.
C’est pourquoi la profession regorge d’avocats et d’autres professions libérales. Or, la compétence professionnelle pour faire carrière dans le droit n’a rien à voir avec l’intelligence proprement dite et la compétence pour une autre fonction, que celle de plaider et d’être à l’aise dans le galimatias juridique.

1asarko12.jpg

Il semble encore en 2022, qu’être docteur donne la priorité sur qui n’est docteur en rien, pour être parmi les dirigeants de la démocratie libérale. Comme si un diplôme de haute spécialisation était le signe d’une vive intelligence !
À force d’user de ce principe, on a proprement vidé toute envie de montrer leur valeur à des tas de gens qui, dans la conjoncture présente, s’en fussent mieux tirés.
En plus de ce passeport donnant droit à être ministrable, c’est toute la procédure précédente qu’il faut comprendre, pour se convaincre que ceux qui sont passés par là sont souvent de petits messieurs qui ne doivent leur réussite qu’à la servilité et à l’hypocrisie.
Car à la base, il y a la sélection qui s’opère dans les partis et qui n’est pas propre à hausser le niveau. Sauf les-fils-de qui échappent à l’art de plaire, tous les autres sont incertains de faire carrière dans le métier de diriger les autres.
J’ai suffisamment cité ici les tribulations de Louis Michel et de Didier Reynders, empressés auprès de Jean Gol et qui ont été de facto, à la mort de celui-ci, les légataires et interprètes de l’illustre.
Si on veut bien prendre du recul, pour analyser le comportement de Reynders à la suite de son déménagement à Uccles, il est évident que dans le premier quart de siècle de sa carrière, il avait misé sur le maïorat de Liège. À l’époque, plus liégeois que lui, c’était impossible à trouver. Sa vie n’était qu’un combat pour la Ville, son histoire, ses habitants. Il était imbattable sur tout. C’était le genre de citoyen prêt à tout pour faire de Liège un phare rayonnant sur le pays. Et on se disait que voilà un politicien attaché à sa ville, qui ne partirait jamais s’installer ailleurs.
Eh bien on se trompait. Son patriotisme local n’était que de la frime, son amour des Liégeois du vent. La preuve, dès qu’il lui fut devenu impossible de faire bourgmestre à Liège, il chercha un autre endroit plein d’avenir. Il y avait Uccle et sont bourgmestre Armand De Decker, pas encore convaincu de forfaiture. La suite on la connaît. Aujourd’hui, il est imbattable sur Uccle, son avenir, son riche passé, etc.
Que ceux qui adorent ce libéral opportuniste conviennent que les sentiments nobles, généreux, l’amour du terroir déclamé à tout moment, sont des outrages à la vérité et à l’honneur.
Et on pourrait reprendre ainsi des carrières « miraculeuses », des ascensions qui amènent à lever solennellement la main devant le roi pour l’assurer de la fidélité indestructible de celui qui la lève ! Alors que rien n’est moins sûr.
Aujourd’hui, des hommes d’actions intelligents et honnêtes manquent face à la tragédie. Le langage du pouvoir est un système clos, un code socialement imposé. On ne peut y échapper sans verser dans la marginalité et risquer la mort sociale. L’épidémie nous aura quand même fait découvrir un pouvoir malade bien avant le Covid-19.

11 janvier 2022

Cric – Crac – Crucke !

Toutes les infos convergent sur Covid, sa vie, son œuvre, ses méfaits. En-dehors du virus, que des « on-dit », de vagues échos, il y a toujours des partis, des ambitions, une manière simple de se faire du pognon en ces temps difficiles. Il suffit de se proclamer patriote, vouant au commerce et au travail, c’est selon, une passion sans borne, doublée de fortes relations dans le parti voué aux affaires de son choix, aimé la promotion libérale par le travail et le commerce, avec pour seul exemple les USA !.
Le reste suit ou ne suit pas, par coup de bol, de complicité ou induction amoureuse par port de la serviette de la célébrité du moment dans le parti. L’exemple que l’on cite en premier, c’est le port de la serviette de Jean Gol par Didier Reynders et Louis Michel, alternativement, pour une ouverture aux grands emplois. Ils n’y ont pas mal réussi, les bougres. Ils en ont gardé une certaine méfiance des jeunes qui s’empressent autour de la leur, aussi lourde de documents ultraconfidentiels que celle de Jean.
Ce fourmillement des élites se voit moins sous les sédiments des mutants virulents, les conversations sur les antivax, les masques dessus ou sous le nez. Souvent, c’est par ricochet qu’on sort des spirales, des vagues, des décomptes des morts, des incitations à la dénonciation des « irresponsables », pour apprendre un haut fait, une mystification ou une démission.
Ce weekend, Georges-Louis Bouchez a présenté ses bons vœux et éventuellement ceux du MR en public. Dans son discours, le président du MR a fait état de son habituel volontarisme. Un discours qui réaffirmait les valeurs libérales traditionnelles.
Dans l’atmosphère actuelle, Georges-Louis a beau se démener, montrer sa vive intelligence (il vous la présente comme un berlingot d’un sachet du Cora) On prend la friandise. Ce n’est pas tous les jours qu’on a quelque chose de gratis de l’illustre coopté.
Ce n’est pas parce que l’on ne voit plus la démocratie libérale sous la canopée, dans les profondeurs humides de la forêt de l’inconscient, qu’il n’y a plus de sénateurs cooptés, de doublons dans l’administration et l’appréciation de « connerie » dès que l’on parle du fonctionnement par Région, de ce fichu pays.

1aglb7.jpg

Que peut y faire Georges-Louis? Rien ! Il entre et sort de l’usine à gaz, montre les buses rouillées, les tuyaux crevés. Que voulez-vous qu’il fasse : il en vit ! Alors, ses vœux, c’est comme un mauvais papier WC qu’on a acheté pour faire des économies et qu’on doit mettre en double pour ne pas le percer de l’index ! Sauf qu’on a beau le mettre en double, Georges-Louis, on se brunit quand même la peau.
C’est cela la politique en démocratie, vivre cossu en pratiquant l’art de se dire désintéressé.
Parfois, un type d’un autre parti vers lequel on n’a pas de sympathie est réellement désintéressé. On n’en croit pas ses yeux. A un autre moment, un ministre claque la porte en fureur contre son président. Est-il désintéressé ? Va savoir. C’est peut-être aussi bien un orgueilleux qui n’a pas souffert que les siens doutassent de sa capacité à gérer le job pour lequel on le paie.
En Belgique, l’électeur dort debout. Il lit les gazettes pour ne pas réfléchir. Voilà qui tombe bien, Rossel ne veut pas que ses éditorialistes réfléchissent ! L’électeur dort donc, et cela devient inquiétant. On s’endort en démocratie et on se réveille en dictature. Ce n’est pas ça qui sortira l’électeur de sa torpeur. Covid peut-être ?
Derrière omicron, la seule info venue des profondeurs, c’est celle du ministre Jean-Luc Crucke, poussé vers la sortie par Georges-Louis et présentant sa démission de ministre régional d’Elio Di Rupo.
L’année 2022 sera l’année du processus de concrétisation « Liberté, travail, fiscalité, énergie », alors on pense au MR que son ministre avec sa loi n’a pas concrétisé un tout nouveau programme.
Crucke has been, désavoué par l’être suprême du MR, quoi de plus naturel ?
Ça rappelle comment Charles Michel au MR, tenait ses régicides en puissance, col serré. Les gens qui veulent durer dans une fonction ardemment convoitée par une demi-douzaines de gaillards aussi performants, comment surnagent-ils ? On crée des incidents. On perpétue les discordes. On disjoint les nœuds des élites entre elles. C’est facile. Il suffit de créer des problèmes où il n’y en a pas et d’en accuser les autres.
Jean-Luc Crucke ne fera pas partie du nouveau programme de l’esthète du beau. Les journaux : « Il a présenté sa démission ce lundi, jour de rentrée politique, en conférence de presse aux côtés de Georges-Louis Bouchez (comme pour prouver qu’il n’y avait pas de malaise). »
C’est classique. Bouchez a certainement un dossier ou, persuasif, il a doré la pilule au ministre du budget. « Ta carrière ne fait que commencer. Je vais te planquer dans la soie des oreillers à plumes, à condition que je te remplace à la Région.
La « fiscalité plus juste » du ministre ne passe pas. Bouchez et Wilmès ont mné une bronca chez les caïds du MR.
Bouchez n’aime pas le mot « juste » il le combat depuis qu’il est au parti. Si ce mot avait été appliqué à sa personne, il ne serait pas le chômeur coopté le plus célèbre de Belgique.
Finalement, le décret est passé, soutenu par la majorité PS et Ecolo.
Jean-Luc Crucke bientôt à la Cour constitutionnelle, malgré ses cris et ses pleurs ?

8 janvier 2022

Overdose.

Ainsi l’aventure humaine retrouve l’étroitesse des traitements d’un moyen-âge lorsque la lèpre, la peste ou le choléra allaient de-ci, de-là, réduire de mille à dix, la population des bourgs et des villages. Sauf, qu’outre l’isolement dans nos modernes léproseries, nous avons des vaccins, apparemment si peu efficaces qu’il faut s’y reprendre à trois fois pour s’en trouver à moitié protégé.
Il n’est pas resté dans l’Histoire un cas d’épidémie qui se soit installé plus d’un an à dévaster un pays. Nous entamons notre troisième année de face à face avec notre ennemi, sans que celui-ci montre le moindre signe de fatigue.
Est-ce à dire qu’on était mieux protégé contre ces rongeurs de vie, avec les fumigations de Diafoirus ?
Oui, si l’on considère que les espaces étaient plus grands et se traversaient moins entre les villes et les villages. La navigation d’un continent à l’autre était inexistante. C’est après Colomb que cela commença à n’être plus si infranchissable. On a fait mieux depuis. De Covid-19 à Omicron, l’infiniment petit voyage avec nous, emprunte nos avions, nos bateaux, nos trains, jusqu’à nos colis postaux et doit aimer ça.
Avec les moyens sanitaires, les chercheurs et les gens formés des hôpitaux, le personnel politique pensait se défaire du fléau dans les six mois de sa découverte. Toutes les désinvoltures de Maggie De Block, Wilmès et Di Rupo partaient de là. Ce n’était que le produit d’un raisonnement basé sur la conviction que cela ne durerait pas.
La politique est une machine où on enterre les échecs sous des pelletées de mots rassurants des courtes victoires. Ici, l’échec est tellement patent, que les responsables effrayés qu’on leur impute les pires fautes, rivalisent de mesures nouvelles, toutes contraignantes. Le peuple paraît accepté l’esprit que le pouvoir souhaite « ils font ce qu’ils peuvent ».
Au fur et à mesure de la propagation du virus, les mesures se durcissent, sans qu’apparaisse le moindre signe que les mesures prises soient efficaces.

1aimag5.jpg

Heureusement, le peuple oublie vite. Il y a deux ans, l’opinion en était à rendre responsable les autorités des morts du Covid, le manque de masque, les fermetures massives des lits d’hôpitaux, la volonté de brader l’hôpital public pour le secteur privé en poussant à bout médecins et infirmières. Le monde libéral des affaires spéculait sur nos vies sans que nous le sachions, en agitant des grands principes..
Aujourd’hui, on ne parle plus des tromperies et des lâchetés de la démocratie libérale à l’égard des citoyens. « Ils font ce qu’ils peuvent. »
Les politiques ont même trouvé un bouc émissaire au cas où il faudrait se disculper de la méchante tournure des événements médicaux.
Après avoir pendant un an fait état péremptoirement qu’une vaccination à soixante pour cent de la population était suffisante pour enrayer l’épidémie, alors que nous sommes à près de nonante pour cent de vaccination, ce n’est pas du tout ce qu’on avait cru, les malades admis à l’hôpital augmentent journellement. Alors, en désespoir de cause, Vandenbroucke en accord avec le fédéral et les Régions s’en prend aux non vaccinés, responsables de l’échec actuel.
C’est facile. Les gens qui ont besoin de détester quelque chose pour leur rendre le moral, abondent dans ce sens. Nous voyons ainsi que les dernières libertés de cette démocratie libérale fichent le camp, sans que le gros du public s’en aperçoive !
Vandenbroucke semble apprécier la saillie de Macron qui veut emmerder les non-vaccinés et qui propose le pass vaccination obligatoire pour qui veut encore goûter aux quelques libertés qui restent.
Les scientifiques sérieux les ont prévenus. La vaccination n’empêche pas le vacciné qui a une forme bénigne du virus et qui se croit même parfaitement immunisé, de transmettre Omicron à qui l’approche.
Vous vous rendez compte du scandale, à force d’emmerder les citoyens, si toute la population adulte était vaccinée et que le virus circulait encore ? Il ne resterait plus que de fondre sur les enfants pour les piquer au Pfizer ou au Moderna, en descendant l’âge permis, jusqu’aux marmots de quatre ans !
Cela permettrait à Vandenbroucke d’abandonner son hystérie à l’encontre des 10 % de la population réfractaire et reporter son ire imbécile sur les parents récalcitrants de notre jeunesse !
Avec le recul, on voit bien que tout sent le bâclé, l’incohérence des résolutions prises sous l’emprise de la peur d’endosser une responsabilité quelconque de leur échec. Ils se rappellent, les bougres, la réplique de Laurent Fabius à propos du sang contaminé « responsable, mais pas coupable ».
Les autorités s’agitent comme ceux qui tombent à l’eau sans savoir nager. Voilà deux ans qu’ils tentent de s’agripper à quelque chose et qu’ils n’y parviennent pas.
On vient d’apprendre que l’armée américaine a mis au point une pilule faisant le même effet qu’un vaccin. Au moins, avec cette nouvelle invention on pourra sucer la boîte entière et se réapprovisionner le lendemain chez le pharmacien.
Et si ça ne marchait pas aussi ?
Imputer la faute à l’Armée américaine de la part de nos libéraux, ce serait une nouveauté. Il est vrai qu’en politique on ne s’étonne plus de rien.

7 janvier 2022

Roman de gare.

Une vague odeur d’exhalaison nidoreuse sort du chauffage d’air pulsé de la grande salle de la « Toison d’or ». Des papiers gras gisent au fond des plats Jean G., souillant de résidus dentaires le chiffre en porcelaine du grand homme. Une chaise est renversée. On apprendra que c’était celle d’une ministre pressée par un horaire serré, la voyant dans moins de trois heures à Garmisch-Partenkirchen.
Loulou est retourné chez lui avec les bougies du moka du 175me anniversaire. C’est une manie. Il a l’instinct pillard. Il faut toujours qu’il ramène quelque chose à la maison ! Charles s’est rassis sur son trône monoplace Rond-Point Schuman. Il n’y a que le fauteuil napoléon III dans la pièce. Il adore voir Ursula von der Leyen debout devant lui. « Votre honneur Didjé » est de retour à son QG, berceau des songes creux du droit européen. Seul Georges-Louis est resté au 84-86 empêtré dans sa démocratie libérale avec un Mathieu, peu prometteur, à charge. Les « sots » (de l’aveu même de GLB) qui peuplent sa majorité d’électeurs passent sur le trottoir en levant les yeux sur les vitres détaguées à grand renfort des bras de la femme d’ouvrage, payée au barème.
Le roi Georges a dressé un tel tableau enchanteur de la démocratie libérale que Ducarme en a mal pour lui ! Son modèle de la démocratie américaine est acculé et à bout de souffle, attaqué par un Parti républicain aux tendances autoritaires, piégé par des lobbys puissants et rongé par le conspirationnisme trumpéien. Il est devenu difficile de faire croire au merveilleux du libéralisme aux populations de plus en plus misérables. Après le faste et le moka, Georges rapièce des idées, on le croit bidéniste, alors qu’il est trumpéen de toujours !

1aimag1e.jpg

Le retour au pouvoir des démocrates par la présidence de Joe Biden marque le pas. Biden n’est pas Obama qui lui-même ne fut pas un grand Président. Un an après l’élection, on se demande si cette victoire n’est pas la dernière, une sorte de miracle avant le triomphe du populisme républicain.
Georges-Louis ne montre que sa face enthousiaste, celle qu’il cache est inquiète. Il est le premier à ne pas croire à ce qu’il dit. Il ronge son frein. Biden est en bonne place dans la catégorie Quatrième âge.
Sa démocratie dans laquelle on a proscrit le mot « nègre », il pourrait replacer le mot sur la tête des bannis des usines et des salaires raisonnables. Lui qui croyait pouvoir compter sur l’éclairage américain, peine à se relire à la bougie que Loulou a négligée parce que tordue. Le progrès fiche le camp. Enfin, le voilà mélangeant les genres dans sa volonté de paraître antiraciste « les petits blancs sont en train de bosser comme des nègres, pour le profit des nouveaux colonisateurs », dame ils sont partis d’Afrique, c’est dans leur nature d’utiliser la chicote en guise de récompense. Tout ça valant de beaux et forts discours, il faut bien que l’espoir vienne de quelque part, or l’Amérique fait défaut !
Georges-Louis est atterré. Il ne va quand même pas discourir sur ce thème devant des militants. Il faut aux sots de grandes images où toujours ils triomphent. S’il mettait un peu de sauce froide en servant du Poutine en entremets ?
« Make Authoritarianism Great Again » le président du MR aime cette formule, celle du retour qui signifie que l’aventure n’est pas finie, au contraire, qu’elle revient en force !
Donald Trump aurait pu déjouer les pronostics et rempiler pour un second mandat s'il ne s'était pas astreint à nier la gravité de la crise sanitaire au point de se ridiculiser lors de ses prises de parole. Incapable de revêtir le costume de père de la Nation et de faire preuve d'empathie, le milliardaire new-yorkais s'est réfugié dans l'outrance pour masquer son incompétence. Le quarante-cinquième président n'a pas mesuré le traumatisme lié aux conséquences de la pandémie sur les Américains.
Constatant qu'il perdait pied, Donald Trump a choisi de flatter le pire du complotisme pour éviter une remise en question. Durant de longs mois, il s'est contenté d'accuser –sans preuve– les Démocrates d'organiser une fraude massive à l'élection. Avant de revendiquer la victoire dans la nuit du 3 novembre, puis d'organiser un combat juridique ridicule visant à faire reconnaître ce qu'il qualifie encore aujourd'hui de «Big Lie».
Cette attaque sans précédent contre la démocratie s'étant soldée par un échec, le président a profité de son statut d'icône conservatrice pour pousser ses partisans à envahir le Capitole le 6 janvier 2021, jour de la certification des résultats de l'élection. Échappant à la destitution grâce à la lâcheté d'un Parti républicain aux abois, Donald Trump entreprend depuis une reprise en main autoritaire et totale de sa famille politique, écartant les uns après les autres tous les opposants internes afin de paver la voie à une nouvelle tentative de subversion en cas d'échec en 2024.
Le système électoral américain est défavorable aux démocrates. Le découpage le plus important fut établi après Roosevelt, quand les Républicains représentaient le capitalisme et le patronat US dans toute sa splendeur. Ce qu’on n’avait pas prévu, c’est le charisme d’un leader populiste sur un électorat à la limite aussi peu malin que celui de Georges-Louis et versant dans le populisme le plus abscons, donc ayant toutes les chances d’obtenir une large majorité. Les Républicains pourraient prendre le pouvoir pour une décennie, tout en défendant les intérêts économiques d'une oligarchie.
Ce qui est bien chez Bouchez, c’est qu’il comprend vite où se trouve le pognon. D’ici à ce qu’il fasse au 176me anniversaire l’apologie de Trump…

6 janvier 2022

Jupiter attaque

Rattachistes ou non, les Francophones de Belgique ont toujours un œil sur la France qui reste une mère patrie de substitution au cas où la droite flamande nous laisserait sur le paillasson de la nouvelle Flandre. C’est même grâce à ce poids lourd de la francophonie à nos frontières que le Vlaams et la N-VA y regardent à deux fois avant de nous insulter.
La dernière sortie de Jupiter, alias Emmanuel Macron, lors d’un entretien au Parisien « "Les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu'au bout. C'est ça, la stratégie" a surpris le monde politique belge et pas tellement les gens ordinaires qui lisent la presse française, moins lèche botte que ses confrères du groupe Rossel.
Les politiques parce qu’ils suent sang et eau dans les interviews pour faire « convenable » dans la terreur d’un « écart » raciste ou malveillant et, pour certains, le belgicisme de trop ou la mauvaise liaison entre deux mots qui prêterait à rire. Ce qui n’empêche que dans le privé, d’aucuns retrouvent avec un certain délice leur disposition à la vulgarité et à l’inculture. Unanimement à la place de Macron, ils n’auraient pas dit ça.
Les gens ordinaires, beaucoup plus intelligents dans leur ensemble que leurs mandataires, pensent à la préméditation de Jupiter, un œil braqué sur sa réélection d’avril. Car, la grosse majorité des Français est incapable de mesurer les enjeux démocratiques et les droits de l’Homme dans cette résistance à la non-vaccination. Ils approuvent donc ce langage cru du président. Cela lui fera de l’estime en plus, donc des voix. Reste quand même la façon cavalière de s’adresser à une partie des Français, mettant par la même occasion la valeur de l’homme à la hauteur de ses anciennes déclarations « Il n’y a qu’à traverser la rue pour trouver un boulot » et « Dans une gare, on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien. »
Manifestement, alors que la première tâche du président aurait été d’aider les gens « qui ne sont rien » pour qu’ils deviennent quelque chose, en commençant par les traiter avec respect, Macron a laissé voir sa vraie personnalité par ses bouts de pensées. Enfin raison suprême, en parlant Covid et vaccination, on met sous le tapis tous les autres sujets dans lesquels Macron à lamentablement échoué. Il est presque certain que c’est la bonne méthode et que Jupiter sera réélu, pour le plus grand bonheur de MM. Bouchez, Magnette, Prévot et consort. Ces gens croient à la réussite individuelle par la seule volonté de l’individu. Le système libéral dans toute son implacabilité leur va comme un gant. Hélas, ce faisant, ils montrent qu’ils n’ont aucune aptitude à conduire la population vers le mieux-être, mais plutôt à les conduire dans l’arène d’un cirque romain en gladiateurs. Les uns auraient un équipement moderne avec pistolet mitrailleur, les autres n’auraient que les armes antiques, filet, trident et glaive.
Macron excitant ses partisans à emmerder les non-vaccinés fait penser à Trump excitant les siens à contester le vote le renvoyant à son golf de Floride, en faisant envahir le capitole.
Est-ce bien la bonne démarche d’un président de la République de montrer du doigt une catégorie des Français à la vindicte populaire, alors que les députés débattent à la Chambre de nouvelles mesures de contraintes dont le pass vaccinal devenu une sorte de sésame à la vaccination obligée ? Les députés avaient auparavant repoussé à 16 ans contre 12, le seuil exigé pour le pass vaccinal, afin d'apaiser des débats engagés dans une ambiance électrique.

1aser2.jpg

Une comparaison est intéressante entre la situation française et celle de la Belgique dans le domaine de la santé. Vandenbroucke, avec le feu vert de tous les chefs de partis de la coalition en fait autant que Macron. L’opposition dans le public ne se perçoit qu’à peine, alors qu’en France l’affrontement verbal risque de déraper.
L’épineux problème de la différence entre un État qui respecte les libertés individuelles et un autre qui ne les perçoit pas ou plus, reste entier.
Peut-on restreindre les libertés au nom de l’intérêt général ? En cas de guerre, sans doute. Poser la question dans le domaine de la santé est moins évident. Depuis le début de la pandémie, les experts s’affrontent. Les divergences sont énormes. Comment dès lors, savoir si le gouvernement a consulté le « bon » expert pour prendre des mesures efficaces ? Il s’est déjà avéré au cours des deux années précédentes que des décisions prises n’étaient pas les bonnes. Pendant que le doute s’installe et que parfois on a le sentiment que le gouvernement fait du n’importe quoi, on oublie l’était lamentable dans lequel les gouvernements successifs ont laissé les hôpitaux, dans le but de liquider le public et de rendre tout au privé.
Là est le vrai combat citoyen, celui qu’il convient de faire pour qu’il soit encore possible de se faire soigner en France et en Belgique quand on possède un faible revenu. Personne, sauf Georges-Louis Bouchez et ses pareils, ne veut la situation des hôpitaux américains où une semaine d’hospitalisation coûte une année de salaire d’un ouvrier.
Pour le reste, il est vraisemblable que la pandémie partira comme elle est venue sans qu’on sache bien pourquoi, conservant ci et là quelques foyers, histoire de ne pas se faire oublier.
J’ai bien peur que Macron ne partira pas avec elle.

5 janvier 2022

Une démocratie libérale.

Quand on pense à l’histoire du nazisme, on ne peut qu’être troublé par l’écrasante majorité du peuple allemand qui de 1934 à 1940 approuva l’hitlérisme.
Comment un peuple intelligent, occidental, c’est-à-dire imprégné d’un humanisme des grands philosophes dont certains étaient Allemands, le tout acquis dans les écoles et dans les familles, a-t-il pu à ce point se tromper sur un système manipulé par des voyous ?
Sans ne faire aucune comparaison entre le nazisme et la démocratie libérale dont Georges-Louis Bouchez raffole, il faut bien admettre que cette quasi-unanimité de deux peuples pour un système, l’un qualifié d’exécrable et l’autre porté aux nues, a quelque chose d’extrêmement troublant.
Ça l’est à tel point, qu’on peut établir une règle commune à savoir qu’une majorité démocratique peut lourdement se tromper sur la qualité des gens qu’elle envoie à la direction du pays, puisque 80 millions d’Allemands ont élu Adolphe Hitler tout à fait démocratiquement.
J’exclus de mes propos la moindre pensée qui porterait à faire croire que nos dirigeants établiraient des camps de concentration et traqueraient les Juifs à l’occasion, si l’histoire souvent se répète, une période n’est pas le copier/coller d’une autre, pour que des similitudes de cet ordre s’observent. Certains traits des dirigeants du national-socialisme sont universels et se retrouvent dans des personnages actuels de la politique. À côté d’altruistes, portés à la représentation du peuple par amour, on le sait en Belgique, comme ailleurs, des individus sans scrupule, des arrivistes pour la plupart, ne s’encombrent pas de principes vertueux. Ils existent bel et bien, preuve en est que certains soit par imprudence ou par malchance se retrouvent impliqués dans toutes sortes de combines qui les conduisent en correctionnelle et certains même aux assises !

1aempot32.jpg

Comme ces merlans pas frais de la politique se retrouvent à peu près dans tous les partis de pouvoir, serait-il excessif de se poser la question de savoir, si c’est un petit nombre de quidams tous démasqués ou si ce n’est que la partie visible d’un iceberg ?
C’est une question de la plus haute importance. Je me la suis posée souvent devant certains hauts personnages dont les comportements relèvent du fait-divers !
Voyou, le terme gêne, je sais ; cependant à regarder la deuxième définition du Robert : « homme d’une classe sociale en général moyenne ou basse, de mœurs ou de moralité condamnable », selon le dictionnaire, nous n’avons pas qu’affaire à un gamin des rues déluré et mal élevé, quoique à certains de nos représentants, les deux définitions sont adaptables, mais à des gens à l’apparence respectable.
À vrai dire les dirigeants nazis n’étaient pas des voyous, mais bien des criminels. Les nôtres n’en sont pas encore là. Quoique certains dans l’Affaire Cools, l’aient été.
Le constat est cependant pénible : certains de nos dirigeants sont des voyous !
D’autres sont à ce point de bascule qu’ils peuvent le devenir.
Avez-vous déjà imaginé que nous sommes dirigés en partie par des voyous ? Moi, souvent ! Et cette idée, statistiquement certaine et facilement vérifiable, m’obsède.
Comment faire le tri dans une démocratie libérale, sinon en tenant compte de qui prend ou a pris une mesure ou déposé une loi qui met les citoyens pauvres un peu plus sur la paille ? Comme à l’inverse, qui a aidé par des artifices et des arrêtés à l’évasion fiscale, aux intérêts notionnels et à toutes sortes de moyens légaux de ne pas inquiéter les riches sur la nature de leur profit, comme sur la destination de leurs capitaux ?
Oui, ces ministres, ces promoteurs d’idées souvent du plus pur radicalisme libéral sont des voyous, parce qu’ils vont à l’encontre des besoins du peuple et de son bonheur.
Quand le PIB d’un pays augmente avec le taux de pauvreté, on peut quand même se poser légitimement la question de savoir où sont passés les milliards et comment se fait-il qu’en démocratie libérale personne ne puisse donner une réponse construite et satisfaisante !
Reste le cas de l’honnête parlementaire qui vote par inadvertance ou même en croyant bien faire, une loi qui conduit le peuple vers une plus grande misère.
Certes, c’est un incompétent, voire un complice involontaire de la voyoucratie, donc un homme dans lequel on ne saurait avoir confiance, mais ce n’est pas un voyou.
Les hommes d’État devraient pouvoir chasser du pouvoir tous les voyous. Or il n’en est rien. Manquerions-nous de belles consciences, de cœurs purs et de visionnaires ?
Est-ce à dire que la démocratie libérale est inamendable ? Déjà tellement décrite comme insurpassable par nos fausses élites et nos voyous patentés, vous voyez d’ici le tollé que cela ferait dans une majorité de citoyens enthousiasmés de libéralisme, sans même savoir ce que recouvre le mot, si elle acquérait soudain la conviction qu’on la roule depuis la nuit des temps !
Et c’est là que le peuple d’aujourd’hui a, d’une certaine manière, bien des analogies avec les 80 millions d’enthousiastes d’Adolf.
Si le peuple belge se trompait sur la nature du régime et l’honorabilité de ses pairs ?
Cette alternative est donc si impossible ? Et si au lieu de monter ce régime en sucre d’orge qu’en tribune on célèbre, on commençait par le regarder droit dans les consciences, afin de savoir une fois pour toutes, s’il est au service du plus grand nombre ou seulement au service de quelques-uns ?

4 janvier 2022

175 ans d’embrouilles.

Il suffit de les entendre gazouiller pour comprendre qu’ils font le libéralisme du temps de ma grand-mère ! Leur leader actuel a résumé dans son discours du 175me anniversaire du mouvement libéral tous les poncifs sur ce qui crée « le plus de bien-être », grâce aux recettes du « tout pour moi, rien pour les autres » qui caractérise tous ces mauvais belges qui se proclament patriotes.
En plein manspreading, Charles Michel, invité d’honneur, aérait ses gonades au premier rang du public.
Les arguments de Georges-Louis Bouchez datent des débuts de la guerre froide, 1945-1947. C’est du Harry Truman quasiment mot pour mot. Alors que l’économie s’est mondialisée durablement en un énorme système d’exploitation des masses, le petit rigolo nous invite à nous enrichir. Pas comme lui, évidemment, sénateur coopté et chômeur de luxe, mais comme c’est impossible à faire chez les pauvres. C’est-à-dire bosser, rester dans la misère mais dignement, en fermant sa gueule !
Cet idéal pour riche oisif ou demeuré du bulbe à force de pointer en usine fut établi lorsqu’il était devenu urgent de contrer une autre manière d’assurer le bonheur des gens par une politique collective.
Elle s’est renforcée aux Trente glorieuses, pour s’effondrer dans le système actuel à partir des crises économiques des années 70 à nos jours, tandis que les libéraux et le PS, faisaient mine de ne pas s’en apercevoir. Aujourd’hui, c’est un abîme entre ces voyous honorés et nous.
Quels sont les arguments dont tentent de nous persuader Bouchez et les hors-sol de son espèce ?
Le projet libéral s’en remet à l’identité des individus. Ces beaux merles croient dur comme fer qu’ils amènent plus de démocratie ; une économie plus forte et des richesses mieux partagées ; qu’ils étendent la liberté d’être et d’entreprendre à chaque individu ; qu’ils n’entendent pas produire des recettes ni imposer leur conception du bonheur, dans leur grande magnanimité.
C’est pathétique ! L’orateur reprend l’antienne des libéraux qui prêchaient il y a cinquante ans une éducation des masses africaines par le travail et l’effort. En décembre 2021, Bouchez ose tenir ce même discours aux ouvriers sous-payés et aux chômeurs « on ne peut pas affirmer qu’un individu est libre si on ne lui donne pas les outils de sa liberté. » et de finir dans la grandiloquence « j’aime à le rappeler, nous ne vivons pas dans une démocratie, mais bien dans une démocratie libérale ». On voit quel genre d’outils l’éducation nationale libérale donne aux enfants : un savoir en fonction des besoins mondiaux de spécialisation excluant les connaissances essentielles du savoir : l’humanisme et l’histoire de la civilisation desquelles nous procédons.

1aplein10.jpg

Bouchez délire à bloc quand il passe de la diligence au chemin de fer, pour montrer que le progrès est essentiellement dû au libéralisme. Toto oublie qu’on a fait des pyramides avant lui, comme il ignore les progrès du Siècle des Lumières, avant l’avènement des théories d’Adam Smith, le grand homme de G.L Bouchez, avec Alexis de Tocqueville (sans les avoir bien lus évidemment). C’est le double Lutz de ce patineur des verbes sur les impasses du libéralisme : les applications de l’atome dont les suites d’irradiation des matières ne sont pas prises en compte et l’IA (intelligence artificielle) dont les drones tuent déjà des gens à mille kilomètres du manipulateur et on lui passe la 5G.
Bouchez est tout à fait ignorant de l’Histoire des civilisations, lorsqu’il termine son discours en s’écriant d’une voix extatique que le libéralisme est la seule philosophie politique qui a fonctionné dans l’histoire de l’Humanité ! Son contemporain Xi Jin Ping rit déjà trop avec Biden sans se faire mal aux côtes, pour se brancher sur un nouveau crétin, à Pékin !
Le président-avocat du MR atteint son plein de conneries dans les discours discourtois et agressifs sur les plateaux de la télé, quand il s’attaque au chômage et au chômeur. Pour lui, toute pauvreté est le fruit d’un échec individuel. Non seulement les pauvres sont coupables de l’être, mais en plus, ils sont sournois et pétris de mauvaises intentions. Un Belge sur sept est donc un mauvais Belge avant d’être un mauvais libéral, comme un Belge sur cinq n’a pas les moyens de s’offrir une semaine de vacances, selon les journaux.
Le monde libéral prend les travailleurs pauvres et les chômeurs pour des idiots.
L’avocat de la cause libérale est au sommet du cynisme, quand il critique l’indexation supplémentaire aux bas revenus qui « désavantage » la classe moyenne, puisque « c’est elle qui paie à peu près tout » ! Le grand malheur des libéraux éclate sous nos yeux : l’effondrement de la classe sociale moyenne, victime, à son tour, de l’économie libérale. Un comble ! Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Bouchez qui l’affirme dans cette réflexion.
Bref beau discours pour des agents de la grosse galette et grossier spectacle pour des gens qui prétendent à la distinction et qui, dès qu’il est question de leur beau pognon, ont des réflexes d’assassins !